La Gauche socialiste pétrifiée devant les Bonnets rouges, la droite s'imagine pouvoir en profiter
Chronique

Publié le 2/02/14 23:17 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le mouvement des Bonnets rouges n'est pas réductible à une émotion passagère qui aurait soulevé quelques milliers de Bretons, dont certains seraient des inconscients ou des amateurs de liaisons sociales dangereuses, ou, pire, des agitateurs plus ou moins autonomistes.

Étant implanté dans toute la Bretagne, grâce à des comités locaux qui s'activent pour recueillir les doléances bretonnes et faire des actions d'éclats, il mérite mieux que le dédain ou une bénédiction en termes vagues et intéressés.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Les socialistes font profil bas

En début de février 2014, la gauche socialiste bretonne n'a toujours rien à dire de consistant sur les Bonnets rouges et se contente de soutenir, mollement, la proposition de François Hollande de modifier le poids des régions, laquelle est, probablement, une réponse indirecte aux Bonnets rouges (conférence de presse présidentielle du 14 janvier 2014).

La gauche (socialistes et Verts) et la majorité de la presse parisienne n'ont pas voulu essayer de comprendre ce qui se jouait en Bretagne en octobre et novembre ( voir l'article ), mais, ils ont classé l'affaire comme une jacquerie sans lendemain, un mouvement de colère des petits enfants qui se laissent manipuler par des forces forcément obscures.

Les poids-lourds socialistes du Finistère, Marylise Le Branchu (ministre de la Réforme de l'Etat), Pierre Maille (président du Conseil général), François Cuillandre (maire de Brest), Bernard Poignant (maire de Quimper), ne sont guère allé au-delà d'une explication de type complotiste : un mouvement hétéroclite manipulé par le patronat et les agriculteurs productivistes.

Marylise Le Branchu, interrogée par Michel Urvoy, le 12/11/13, sur le canal Internet de Ouest-France explique que, dans le mouvement des Bonnets rouges, « ...on a  une conjonction de manifestants "..."Ils ont été eux-mêmes dépassés par leur mouvement...C'est un mouvement qui n'est pas très lisible politiquement ...Je pense qu'il faut passer à autre chose. Cette conjonction de gens ne tient plus » ». La « conjonction » a pourtant tenu jusqu'à une manifestation encore plus importante, 18 jours plus tard et elle persiste dans une organisation nouvelle, à la fois dirigée et délocalisée ( voir l'article ).

Pierre Maille, dont la parole est rare, répond, le 27 janvier, à Ouest-France sur la décentralisation, en prenant soin de ne pas dépasser la température de l'eau tiède.

Sur l'Assemblée de Bretagne (fusion des conseils généraux et de la Région Bretagne) : « Je ne comprends pas comment ça marche, je dois en discuter avec (Jean-Yves Le Drian) ».

Sur la question des financements multiples, il balance entre « il n'y a pas de raison que la Région intervienne sur (un) dossier crèche » et Marylise Lebranchu propose qu' « au sein de la Conférence régionale », ... « sur chaque sujet, on sait qui est chef de file », admetttant donc, sans le dire, les financements multiples et évitant de se prononcer sur la spécialisation des niveaux locaux.

Finalement, pour lui « décider en Bretagne » semble se réduire à ce que l'État apprenne à déléguer, car , «il faut finir par s'habituer à l'dée que si on délègue, on délègue. Ce n'est pas pour faire une double instruction ». Les Bonnets rouges l'ont, sans doute, aidé à poser cette question, mais, définir ce qui doit être délégué et savoir si on peut « relocaliser les décisions en Bretagne », sera, peut-être, pour une autre fois.

La gauche de gouvernement se contente de renvoyer au « Pacte d'avenir pour la Bretagne », qui sera détaillé en mars et, en affectant de n'apercevoir, ni le fond des revendications, ni la solidification du mouvement, pourtant rapide, dans la cinquantaine de comités locaux des Bonnets rouges qui couvrent toute la Bretagne et rassemblent des milliers de gens.

Des francs-tireurs de droite affichent une appréciation positive

Les élus bretons de droite n'ont pas beaucoup mieux compris le mouvement des Bonnets rouges, ne retenant qu'une partie des revendications (suppression de l'écotaxe et des contraintes administratives) et critiquant « les arbitrages hâtifs dans les cabinets parisiens » (voir le site) même si Marc Le Fur, député UMP de Loudéac-Lamballe, y étant le seul de son niveau de responsabilité, s'est coiffé d'un bonnet rouge, aux deux rassemblements historiques de Quimper et de Carhaix.

Il proclame qu'« Il faut entendre le pays réel : trop de taxes, trop de contraintes », veut libérer les initiatives et annonce sa participation aux États-Généraux de la Bretagne, à Morlaix, le 8 mars.

Le 18 janvier 2014, lors d'une émission très intéressante sur Tébéo, la télévision locale brestoise (voir le site) Jacques Baguenard, professeur de sciences politiques à l'Université de Brest, explique que le mouvement des Bonnets rouges signifie que les choses sont en train de bouger en Bretagne et qu'il a réussi à fédérer toute une somme de mécontentements, les structures partisanes et syndicales n'ayant plus rien à nous apprendre, et, d'ailleurs, les partis politiques ne nous apprennent plus rien, non plus, d'autant qu'à gauche, ils manquent de gens de caractère. Comment on transforme cette forme de colère pour un avenir commun?, s'interroge-t'il. Il ajoute qu'il faut accepter que chaque région,... ait un tempo qui lui soit propre et qu' on (leur) permette... de décider elles-mêmes des compétences à expérimenter.

Comme il l'avait expliqué dans le premier livre consacré aux Bonnets rouges ( voir l'article ), Jacques Baguenard voit le mouvement des Bonnets rouges comme centré sur la Bretagne Ouest et traduisant le mal-être du Finistère, écartelé entre un Nord et un Sud dissociés, Brest regardant vers Rennes et Quimper vers Nantes.

En fin d'émission, Jacques Baguenard, qui, dans ses nombreux livres, se fait le chantre du rôle indispensable de l'État et, simultanément, de la décentralisation ( voir l'article ), annonce qu'il s'est engagé auprès de Bernadette Malgorn, qui est partie à l'assaut de la mairie socialiste de Brest, en espérant le soutien de l'UMP. Celle-là n'est pas, non plus, en manque de formules qui sonnent bien : « On ne pourra pas étouffer la révolte des Bretons » (Ouest-France, 6 décembre 2013). Mis à part ces francs-tireurs de la droite institutionnelle, c'est plutôt un silence gêné qui domine dans celle-ci.

Les Bonnets rouges sont hors du champ politique classique, mais pas forcément marginaux

La Charte des Bonnets rouges, dont le contenu a été annoncé, par Thierry Merret, syndicaliste agricole et membre du Collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne, dès le 30 novembre, à Carhaix, comporte des revendications qui peuvent réunir beaucoup de gens (suppression de l'écotaxe, allègement des contraintes administratives, lutte contre le dumping social et libération des énergies), mais deux autres points sont généralement occultés, car, ils suscitent une forme de répulsion chez les élus et dans les instances politiques.

Outre le maintien de l'emploi, classé prioritaire, est donné comme objectif « l'aménagement et l'équilibre du territoire breton, en intelligence avec les populations concernées » et, comme revendication, Relocaliser les décisions nous concernant. Elles ont été confisquées par une machine bureaucratique qui ne fonctionne plus que pour elle-même.

Prises à la lettre, cela signifie que l'actuel système de gouvernement que le PS et l'UMP ne veulent réformer qu'à la marge (voir l'enlisement de la réforme de Marylise Lebranchu et la recentralisation sarkozienne) est contesté de manière radicale.

C'est cela qui inquiète les élus des partis dits de gouvernement. Les Bonnets rouges, s'ils persistent et prennent du poids dans le débat public en Bretagne, ne peuvent que bousculer leur système bien huilé et sensible à l'avis des « cabinets parisiens ». Ils ont lancé un objet politique non identifié qui pourrait même ringardiser l'engagement dans les partis classiques, voire autonomistes. Face aux partis de gouvernement, qui sont aussi des alliances sociales hétéroclites, les Bonnets rouges sont aussi légitimes, bien qu'ils ne veuillent pas entrer dans l'arène de manière ordinaire, se plaçant en amont et en surplomb et voulant faire émerger une parole issue de la société civile bretonne ( voir l'article ).

Une première réponse sur sa capacité à le faire sera donnée le 8 mars 2014, à Morlaix, lors des États Généraux de la Bretagne ( voir l'article ).

Note : Les Bonnets rouges ont un passé plus ancien qu'il n'y paraît, car, tout part de la manifestation de 2009 contre l'écotaxe, à La Gravelle (péage A 11 en Mayenne), l'alliance se recompose le 2 août 2013, à Guiclan (mise à bas d'un portique), prend son ascension en octobre 2013, à Pont-de-Buis (1000 personnes voulant abattre un portique) et éclate, en novembre 2013 à Quimper et à Carhaix (manifestations de masse), à la face des politiques qui seront solennellement interpellés à Morlaix, en mars prochain.

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1935 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 25 commentaires
dédé l'Abeillaud
2014-02-03 07:43:44
présenté T Merret comme un porte parole des BNR et omettre de préciser qu'il est membre de la Fdsea est une présentation incomplète et orientée. Importation de soja OGM, productions intensives + pollueurs, manne de la PAC pour les serristes, conditions de travail défavorable, absence de représentativité syndicale,... voila comment vous devriez présenter Merret et ses collègues et si vous ne le faites comptez sur moi pour que je le fasse savoir, pour les beaux nez rouges, dédé l'Abeillaud un breton sincère qui ne ferme pas les yeux sous prétexte d'un idéal breton
(0) 
Laorañs Motrot
2014-02-03 08:31:54
Distribution de la charte BR et de la feuille pour doléances à Guérande ce WE. Les deux candidates (PS et UMP) à la mairie nous abordent avec beaucoup de sollicitude...
(0) 
Christian Rogel
2014-02-03 14:34:49
@Dédé l'Abeillaud
J'ai ajouté que Merret est syndicaliste agricole (il est président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles), mais, quoi qu'on pense de celle-ci, c'est une personne-clé du mouvement et cela semble devoir durer.
L'actualité donnera l'occasion de commenter son implication, car, il y a lieu de penser que d'autres actions massives auront lieu pendant les deux campagnes électorales, qui seront des occasions pour se manifester.
(0) 
dédé l'Abeillaud
2014-02-03 17:22:42
c'est bien ce que je reproche aux bonnets rouges, c'est de fermer les yeux sur la représentativité de Merret et surtout d'occulter, volontairement ou pas, ce qu'il représente. Ils ne peuvent pas faire l'impasse sur 50 années d'agriculture intensive, sur la pollution engendrée en BRETAGNE par cette activité, les dérives constatées (accaparement des terres,remembrement,l'eau,...)et prétendre que ces solutions sont les solutions pour l'avenir de la Bretagne; Ils souillent une terre que beaucoup de Bonnets rouges considèrent comme Sacrée.Je ne les comprend pas, Oh ma doue benniget, sikourit anezho jesus, ils ne savent plus ce qu'ils font
(0) 
Paul Chérel
2014-02-03 18:04:14
Je trouve en général les textes de Christian Rogel beaucoup trop longs, et bien écrits dans l'ensemble mais ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et pour le dire les mots arrivent aisément. Cet article sur les émois des grands, tout petits individus de ce monde français à la dérive, ne sert pas à grand chose. Ces soi-disant personnalités ne valent plus un clou. Inutile de leur faire de la pub en répétant les âneries qu'ils ont proférées.On risque de les revoir à la prochaine élection. Paul Chérel
(0) 
Jean-Sébastien Lebon
2014-02-03 18:06:59
Cet article présente la déroute des partis parisiens face au mouvement des Bonnets Rouges... et ce n'est qu'un commencement, le prochain rendez-vous du 8 mars 2014, montrera que la société civil de Bretagne sait faire avancer les choses, et ce d'une manière originale, l'écoute réelle du peuple... et oui, c'est cela la démocratie messieurs les politiciens !
(0) 
merlay
2014-02-03 19:41:39
Les jacobins finiront comme Louis XVI et sans doute un peu pour les mêmes raisons, espérons que cela se passe mieux qu'à cette époque, les provinces de France le mérite.
(0) 
Fred
2014-02-03 20:42:24
Je suis Breton et Bonnets Rouges et fier de l'être ! J'ai toujours regardé la FNSEA avec une certaine méfiance pour plein de raisons mais contrairement à M. dédé l'Abeillaud nous devons jeter un regard différent pour avancer ! J'ai beaucoup appris depuis ce 2 novembre en côtoyant les agriculteurs toutes les semaines et inversement ! Ils évoluent, font des efforts au niveau environnementale, veulent vivre de leurs métiers et ne plus survivent par des aides européenne. Ils savent qu'il faut revoir une méthode qui a fonctionné pendant 30ans de 1950 quand la Bretagne mourait de faim et maintenant, ou tout a changé !. Mais pour changer nous devons DECIDER nous même et donc être UNIES et dialoguer malgré nos différences ! Une chose est sur c'est nous avons commencé et nous ne lâcherons Rien !
(0) 
galette saucisse
2014-02-03 21:25:41
Tout n' est pas rose dans les corporations bretonnes mais la vaisselle se fait en famille . Ce que je veux ,c'est une politique bretonne où je décide avec mes voisins de l' avenir de ma terre ou de la mer. Il n'y a plus rien a négocier, je suis prêt a la révolte pour le bien de notre avenir qui ne se fera pas sans douleur....
(0) 
Christian Rogel
2014-02-03 21:45:55
@Dédé l'Abeillot
Dans mes articles, j'ai montré que mld mouvement des Bonnets rouges est une alliance intercatégorielle, dont les agriculteurs du syndicat majoritaire sont une composante. Ils pensent pouvoir apporter des solutions aux différents problèmes de l'agriculture bretonne. J'ai rencontré, au moins, un Bonnet rouge, fier d'être aussi à la Confédération paysanne.
Pour le moment, il est dit qu'on peut porter le Bonnet rouge et ne pas renoncer à ses idées, même anti-productivistes. A chacun de dialoguer ou non ou d'aller voir (ou non).
(0) 
Philippe Lamour
2014-02-04 00:28:07
J'ai beaucoup de sympathie pour Dede l'abeilaud. J'e pense que comme moi il se rappelle... IL fait honneur a ceux qui nous ont précédé. Croyez moi ils et elles n'étaient pas des cons... Ils savaient beaucoup de choses qui n'ont plus cours aujourd'hui. Par contre nos enfants ou nos petits enfants risquent d'avoir cruellement besoin de leurs savoirs ancestraux et valables aujourd'hui disparus... mais forcement tout le monde s'en fout, sauf ceux qui possèdent la terre et qui savent bien que la roue tourne...
(0) 
Philippe Lamour
2014-02-04 01:19:24
Reponse a fred,
Je suis ne en 1961, pendant la guerre d'Algérie, je ne me rappelle évidemment pas de mes premières années. Pourtant, je peux vous affirmer que dans mes premiers souvenirs, nous ne mourrions pas de faim comme vous dites. Simplement, nous mangions de la viande une fois par semaine, le Samedi. Et pourtant tout s'est plutôt bien passé... Merci Maman et Papa.
(0) 
Billy zekick
2014-02-04 11:26:43
Je ne suis pas du tout sympathisant du PSF et Madame Lebranchu est loin d'être ma tasse de thé politiquement parlant. Pourtant, je ne peux la blâmer lorsqu'elle parle des "bonnets rouges" comme une "conjonction de manifestants". Mis à part le symbole du bonnet rouge et les gwen ha du, il n'y a aucune référence au mouvement breton là dedans. Et les revendications de Troaduc sur "vivre et travailler en Bretagne" trouvent un écho chez les manifestants car ils sont uniquement mus par un sentiment antifiscal exacerbé.
Je vais peut-être prendre l'angle des jacobins mélanchonistes, mais ce mouvement n'est ni plus ni moins qu'un mouvement populo-poujadiste desservant la cause bretonne.
La cause de la Bretagne ne sera légitime que si l'on envisage ce pays comme une nation respectueuse de son environnement, de ses sols, de son eau, de sa diversité écologique et humaine.
Les Bonnets rouges incarnent, au niveau breton, ces commerçants, ces agriculteurs productivistes, qui font le lisier (sans mauvais jeu de mots) de politiques populistes menant à toutes les dérives idéologiques.
Alors non. Je suis breton. Je milite pour la cause. Mais je ne me reconnais pas dans ces individus qui ont des relents qui ne me plaisent guère... Et je préfère encore vivre dans une Bretagne occupée que dans une Bretagne indépendante qui prône des modèles d'agriculture productiviste qui tuent ses terres, empoisonnent ses habitants, pour le privilège de quelques gros pollueurs qui n'ont que faire de leur pays et qui utilisent l'Emsav pour des motivations uniquement financières.
Il est temps d'ouvrir les mirettes et de se rendre compte que ces "bonnets rouges" sont des usurpateurs qui rendent l'ensemble du mouvement caricatural : des paysans avinés qui ne veulent pas payer d'impôts au bénéfice de solutions alternatives et écologiques. Belle image...
(0) 
Yann LeBleiz
2014-02-04 20:34:50
@ Billy zekick
"Et je préfère encore vivre dans une Bretagne occupée que dans une Bretagne indépendante qui prône des modèles d'agriculture productiviste qui tuent ses terres".
A bon? Et vous pensez que c'est en ayant notre ministère de l'agriculture à Paris que cela ira mieux?
Avez-vous oublié que c'est l'occupant qui nous a imposé son modèle... le seul tord de nos paysans est de l'avoir appliqué la recette imposée au delà des espérances. Mais bon, avaient-ils d'autres choix au rythme où se dépeuplait nos compagnes en Bretagne?
Modèle simple : Le jambon économique (VPF: Viande de Porc Française) pour les français, le lisier (made in Breizh) pour les bretons!
Le fait d'avoir fait des bêtises par le passé, même si c'est pour se donner un avenir, n'empêchent pas de réfléchir et d'imaginer à terme un autre modèle que celui que l'on n'a pas choisi!
J'ose espérer que votre "vision" pour la Bretagne, c'est autre chose que la carte postale pour touristes étrangers: paysages et bons sauvages...?
(0) 
alain le bris
2014-02-04 22:27:11
Avec les bonnets rouges , nous somme ensemble , nous somme tous différents , avec des ides différentes , ides que nous met ont en commun , pour un combat commun LA liberté pour la. Bretagne tous ensemble marchant vers la liberté
(0) 
Michel Prigent
2014-02-05 05:06:28
Billy "préfère vivre dans une Bretagne occupée que dans une Bretagne indépendante....productiviste."
Avec le statu quo actuel, vous avez les deux: une "Bretagne occupée" ET "productiviste".
Son crédo prioritaire écologiste me fait penser à celui de l'UDB trop souvent plus préoccupé de lutte des classes que de l'intérèt général breton.
Avec de tels clivages, le pouvoir central peut dormir tranquille.
(0) 
Lionel guillory
2014-02-05 10:00:30
Et Jean-Yves Le Drian
Le pourfendeur de la Bretagne historique où est-il? Préfère t'il son fauteuil de ministre de la "guerre"? honnêtement c'est plus de la défense à ce stade.
(0) 
Michel Sénant
2014-02-05 10:56:40
Belle analyse de Christian Rogel, avec des arguments donc nécessairement plus longue qu'un tweet. J'apprécie aussi les commentaires de Yann Lesbleiz et Pichel Prigent.
(0) 
dédé l'Abeillaud
2014-02-05 12:13:54
Yann Vleiz c'est dommage que tu ne sois pas Léonard comme moi car tu aurais pu observé que si le modèle agricole imposé après guerre n'a pas pour origine les Bretons ils se sont bien gardés de le rejeter. L'appât du gain a été le seul motif de l'adhésion au développement de ce modèle agricole breton. Tu te trompes en croyant qu'ils renonceront comme ça. Certes, la manne européenne est moins profitable mais je vois encore beaucoup de serristes de la FDSEA rouler en 4/4
(0) 
Christian Rogel
2014-02-05 12:52:00
Rouler en 4x4 n'est pas forcément un signe extérieur de richesse pour un entrepreneur. C'est l'équivalent du pick-up pour les artisans américains, car ce sont des véhicules qui peuvent emporter des charges utiles et, parfois, surtout s'ils ont un treuil, servir à dépanner, tout en servant aussi au transport de passagers. Ce peut être donc un investissement astucieux.
(0) 
dédé l'Abeillaud
2014-02-05 16:44:06
oui c'est vrai j'oubliais qu'en plus d'être remboursés de la TIPP, d'un 1/3 des investissements de la construction de serres, les serristes amortissaient leur 4/4 dans la comptabilité de leur entreprise, véhicule tout terrain que je vois plus souvent garé sur le parking d'une grande surface, proprig comme tout !
(0) 
Herve Morvan
2014-02-05 20:23:42
hoppala billy, et dédé ça jalouse,
c'est vrai que la couleur des rideaux, c'est vachement important, alors que le chantier de construction démarre seulement.
j' ai mis quelques mots dérisoires à ce propos en commentaire d'un autre article : (voir le site)
id=32817&title=Le%20bocal%20des%20Beaux%20nez%20rouges
(0) 
Michel Prigent
2014-02-06 04:18:45
La parabole de "la couleur des rideaux" écrite par Hervé est assez explicite pour décrire l'enfermement exclusif de Billy et Dédé dans la seule thématique ecoloproductivité anticapitaliste qui n'est qu'une composante certes respectable des doléances des Bonnets Rouges.
Pour poursuivre sur le ton de la "féroce" dérision j'ai pensé (à haute voix) à cette célèbre citation:
"Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde son doigt" et non pas le doigt du sage, mais celui dudit imbécile !
C'est féroce, je l'admets !
Sans rancune néanmoins.
M.Prigent-Derrien (comme Dédé).
(0) 
philippe jolivet
2014-02-07 15:53:30
B il est temps de s'affranchir d'une oligarchie parisienne et de ses vassaux qui se foutent de ce qui peut se passer hors de la région ILE DE FRANCE seule région à avoir une liste pour les européennes .encore une façon de montrer le peut d'estime qu'ils ont pour les autres .la démocratie ils se la sont appropriée au sommet de leurs partis
c'est pour remettre cette démocratie en marche que l'ensemble des bretons doit revendiquer le droit de garder une partie conséquente de ses impôts pour faire vivre sa région et maitriser ce qui s'y fera énergétiquement industriellement en agronomie et autres
voilà le but que doivent atteindre les bonnets rouges
(0) 
Burban X
2014-02-07 18:57:59
Malaise Breizh !
Les élections hélas reconduiront les memes UMP et PS et leurs alliés respectifs , car ce sont des partis dits de gouvernement , c'est pourquoi le suivisme de certaines formations politiques bretonnes . Cependant aucun dossier en Bretagne n'avance , chomage des jeunes et émigration, pauvreté de nombre de ménages jeunes et anciens , offres d'emploi très faibles , culure et enseignement du breton rien de nouveau , hausse de la présurisation des ménages et des entreprises . L'Etat français et son système veulent durer et donne l'illusion et le change . L'horizon est bouché et chacun sait que rien ne changera demain avec eux! Les Bonnets rouges sont une solution et un anti-dote aux extremes . Les Breton(ne)s se doivent "d'oser le Bretagne" sans complexe et sans attendre! Vivement le 08 Mars 2014 à Morlaix/ Montroulez ! Espérons!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.