-- Politique --

L'Union démocratique Bretonne, appelle à manifester le vendredi 9 novembre, à 11h30 devant la mairie de Rennes, contre le projet de réforme de la carte judiciaire du gouvernement.

Communiqué de presse de UDB (porte parole Nil Caouissin) publié le 7/11/07 16:57

En Bretagne, plusieurs tribunaux sont menacés de fermeture et il est envisagé d'exclure la Loire-Atlantique du ressort de la cour d'appel de Rennes.

Rachida Dati, la Ministre de la justice, sera vendredi à Rennes pour présenter sa réforme. Réforme concoctée à Paris sans aucune concertation ni réels fondements, sauf celui de faire des économies budgétaires. Les professionnels de la justice, les élus locaux… n'ont jamais été associés à la réflexion, ils sont dans cette affaire largement méprisés.

L'UDB souligne que l'objectif prioritaire est d'améliorer le système judiciaire dans son ensemble et que si des réorganisations peuvent s'envisager, il y a un élément intangible : l'égal accès pour tous les citoyens à la justice. Les propositions et méthodes de Madame Dati sont inacceptables.

L'UDB rappelle également son attachement au maintien de l'unité judiciaire de la Bretagne. La réforme projetée par le gouvernement, n'est qu'un prétexte pour passer à une nouvelle étape de la partition de la Bretagne déjà amputée administrativement de la Loire Atlantique. Aligner la carte judiciaire, sur un découpage administratif qui n'a bénéficié depuis sa mise en place d'aucun consensus des populations concernées, est un exemple sans précédent d'entêtement technocratique.

A nouveau, le vendredi 9 novembre, les bretons diront leur attachement à l'unité bretonne et à l'indépendance de la justice.

Mona Bras, porte parole de l'UDB.

Document PDF 8511_1.pdf . Source :
Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1317 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 1 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.