La section Vannes-Auray de l'Union Démocratique Bretonne déplore le dépôt de plainte exécuté par l'Université de Bretagne-Sud dans le cadre de l'affaire de la signalétique extérieure du campus.

38575_1.jpgUDB Bro gwened

Alors que l'UBS dispose dans ses statuts qu'elle «veille à la promotion et à l'enrichissement de la langue française, des langues et cultures régionales ainsi qu'à la mise en valeur du patrimoine régional et national», ces éléments relatifs à la langue bretonne restent pures déclarations d'intentions.

A contrario de l'Université de Rennes II qui a signé la charte «Oui à la langue bretonne», l'Université de Bretagne-Sud s'obstine à refuser la diversité linguistique en ce qui concerne sa signalétique intérieure et extérieure.

De plus, il est inconcevable pour un établissement supérieur, se revendiquant de proximité et ancré dans son territoire de près de 10 000 étudiants, de ne pas disposer d'une formation de professeur de breton.

La section Vannes-Auray de l'Union Démocratique Bretonne appelle donc, à l'initiative du collectif Ai'ta!, à se rassembler mercredi 14 octobre devant le commissariat de police de Vannes à 14h30 afin de soutenir le militant convoqué, et dénoncer le double discours de l'UBS en la matière.

Voir aussi :

mailbox imprimer
logo

Section locale de l'UDB Vannes-Auray
gwened [at] udb.bzh
www.facebook.com/udb.gwened

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.