L'Église catholique a déjà fait le Grand-Ouest

-- Religion --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 9/11/19 11:57 -- mis à jour le 12/11/19 08:52

L'Église catholique a déjà fait le Grand-ouest et ceci dès décembre 2002. Cette province ecclésiastique épouse les contours des régions administratives Bretagne et Pays-de-la-Loire. Elle a son siège à Rennes où siège son archevêque. Elle comprend 9 diocèses qui correspondent aux départements, chacun doté d'un évêque.

49167_1.pngLe provinces ecclésiastiques

Ce charcutage est d'autant plus suspicieux que la Bretagne, seule, a probablement plus de baptisés que toutes les autres régions sauf l'Ile-de-France. Ce Grand-Ouest ecclésiastique n'a rien à voir avec le nombre de fidèles ou le nombre de baptisés. Les cinq départements auraient largement suffi.

Selon le décret du 8 décembre 2002, c'est Mgr Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et président de la Conférence épiscopale de France qui aurait «sollicité du Siège apostolique la restructuration des provinces ecclésiastiques en France, de sorte que, dans la mesure du possible, elles coïncident avec les régions administratives civiles...»

Dans ce découpage, il est frappant de constater que les deux Normandie restent réunifiées alors qu'elles ne l'étaient pas en 2002 sur le plan administratif, ce qui prouve que des réunifications sur des bases historiques étaient possibles. Face à la création de ce grand-Ouest ecclésiastique on ne peut que soupçonner qu'il y a eu un accord tacite avec l'État pour ne pas réunifier la Bretagne.

À noter qu'avant 2002, il y avait une région ecclésiastique Bretagne sans la Loire-Atlantique. Cette province ecclésiastique avait été créée le 3 janvier 1859 par le pape Pie IX à la demande de Napoléon III. Cette date de 1859 est importante car c'est la première fois que la Loire-Atlantique, alors nommée Loire-Inférieure, est séparée du reste de la Bretagne. L'Église a donc fait dès 1859 ce que l'État fera un siècle plus tard en 1957. Elle a fait en 2002 ce que l'État proposera en 2013, lors du projet de réforme territoriale. Un Grand-Ouest qui sera refusé par les Bretons et en premier lieu Jean-Yves Le Drian.

La réunification de la Bretagne c'est le cauchemar de la République ! Nous en sommes tous convaincus aujourd'hui. On imagine très bien des réunions du Ministère de l'intérieur, au plus haut niveau, flanquées de quelques Chefs d'État-majors faisant une liste des menaces qui pèsent sur la République : 1) Le salafisme, 2) L'indépendance de la Corse. 3) la réunification de la Bretagne. Bigre !

Si Mgr Jean-Pierre Ricard demandait de redécouper en respectant les limites des régions administratives de l'époque, ce n'est pas du tout ce qui a été fait d'une manière générale par le Vatican. L'Alsace a conservé le diocèse de Metz et la Lorraine a conservé la Franche-Comté. Une province Poitou bric-à-brac a été créée sans la Vendée mais avec le Limousin, la Corse a été rattachée à la Provence, La Picardie et la Champagne ont été fusionnées, etc...À part l'Aquitaine, le Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes presque aucune des provinces ecclésiastiques créées en 2002 ne respectent les régions administratives de l'époque, encore moins celles d'aujourd'hui.

Ce découpage montre encore une fois que les identités culturelles ou nationales comptent pour du beurre pour l'église catholique latine héritière de l'empire romain. Elle a toujours divisé les territoires (diocesis en latin), comme la République, selon sa propre logique interne, et bien sûr sans aucune consultation des fidèles et aucun respect des identités.

Certes l'Église a prêché en breton dans les paroisses et a enseigné le breton dans ses écoles alors qu'il était interdit dans les écoles publiques. Il ne s'agit pas de nier ici le rôle qu'elle a joué dans la préservation de la langue bretonne mais on peut se poser des questions sur les motivations réelles de telles démarches. Même la Convention, pendant la révolution, a affiché des décrets en breton en Basse-Bretagne quand il s'agissait de se faire comprendre.

On assiste encore une fois à cet héritage romain du concept de province, un mot qui veut dire en latin «le pays des vaincus». Des territoires conquis composés de nations vaincues à quadriller pour mieux les contrôler. L'Église, comme l'Islam, comme la République, et comme autrefois l'Empire romain, se définissent eux-mêmes des nations de fidèles ou de citoyens. Il y a la chrétienté, la nation de l'Islam, l'empire ou la république, et sans oublier la nation des prolétaires de l'ex-Union soviétique où le parti était la nation. Ces pseudos-nations vont de paire avec la négation des nations historiques héritées de l'histoire du monde.

Sortirons-nous un jour de ce cycle infernal de phagociteurs et de phagocités et du quadrillage arbitraire du monde par ceux qui détiennent le pouvoir ?

Modifié le 10/11/2019 à 10 heures

Document PDF 49167-cartesnouvellesprovonices.pdf Cartes des provinces. Source : Archives Web https://archivesweb.cef.fr/public/his
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1975 lectures.
mailbox imprimer