L'AFP aurait tenté d'étouffer l'affaire Ferrand

-- Media et Internet --

Depeche de OMEB
Porte-parole: Gilles Delahaye

Publié le 24/06/17 7:14 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L’Agence France-Presse (AFP) aurait refusé de passer les mêmes informations, reçues en même temps, révélées par le Canard Enchaîné le 24 mai, sur l'affaire immobilière concernant le député de Châteaulin Richard Ferrand, une information qui a été au coeur de la campagne des législatives, révèle un communiqué du Syndicat National des Journalistes CGT (SNJ-CGT) de l'AFP daté du 22 juin. Cette affaire a fait l'objet de 144 000 articles ou émissions selon le moteur de recherche GOOGLE.

«Qu’un possible scoop sur une affaire politico-financière impliquant le numéro deux du nouveau parti au pouvoir ne soit pas jugé intéressant, voilà qui est troublant.» __déclare la SNJ-CGT de AFP.

Faute d’avoir pu donner l’affaire Ferrand en premier, les journalistes de l’AFP auraient eu la possibilité de sortir un nouveau scoop deux jours après le Canard : le témoignage exclusif de l’avocat qui était au coeur de la vente de l’immeuble des Mutuelles de Bretagne en 2010. La rédaction en chef France de L'AFP aurait refusé le sujet selon le même communiqué.

« L’AFP est et doit rester indépendante, [et] ses journalistes doivent pouvoir enquêter librement et publier toute information même si elle est gênante pour tout type de pouvoir, en particulier le pouvoir politique.» déclare la SNJ-CGT. Le communiqué a été repris par le site Arrêt sur images et le Monde du 23 juin.

Pour rappel, l'AFP est financée par l'État sous forme plus ou moins déguisée d'abonnements commerciaux et par des aides pour des missions d'intérêt général (MIG) pour un montant 2017 prévu à 132,5 millions d'euros.

Document PDF 42470-20170622communiquesnjcgtdelafp.pdf Le communiqué du 22 juin du SNJ-CGT. Source : SNJ-CGT
Voir aussi :
mailbox imprimer