L'affrontement permanent des deux bretonnismes : le régionalisme et le nationalisme

-- Histoire de Bretagne --


Publié le 11/05/14 23:56 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

« Le Monde », dans son édition Internet, a publié, le 2 mai 2014, un article venimeux sous la plume de Damien Leloup, voulant réviser l'histoire du « Bro Gozh ma Zadoù », à la façon d'une polémiste gauchiste bien connue. C'est l'occasion de mettre dans sa véritable et importante dimension, François Jafrennou, Taldir de son nom de poète et de druide, né en 1878 à Carnoët et mort en 1956, à Bergerac, car, sa large influence a façonné l'Histoire des idées bretonnes, entre 1898 et 1939.

Saisir la Bretagne politique depuis ses débuts

N'en déplaise à d'autres apprentis historiens qui chaussent les lunettes inversées des nationalistes bretons trop partiaux, l'Histoire des idées bretonnes ne doit plus être hémiplégique et considérer toutes les idées qui prennent la Bretagne pour référence depuis 500 ans. Car, aucun historien sérieux ne peut croire à la fable d'idées sorties du cerveau d'une seule personne, l'auteur du « Barzaz Breiz », Théodore Hersart de la Villemarqué en 1839.

Depuis peu, on parle de 4 « Emsav » (redressement, cf. le « Risorgimento » italien) pour décrire le cours des idées, qu'on appellera « bretonnistes », réunissant en un seul terme le régionalisme et le nationalisme bretons, sans pour autant les confondre. Les indices précurseurs en sont les livres de Bertrand d'Argentré vers 1580, Les Bonnets rouges de 1675, l'Association patriotique bretonne de 1718, constituant un « proto-Emsav » qui reste à étudier en prenant en compte les idées religieuses. Le « Premier Emsav » (1839 à 1897) est plus littéraire que politique. Le "Bro Gozh Ma Zadoù" traverse les trois "Emsav"suivants depuis 115 ans.

Le « Deuxième Emsav » (1898-1914) : les fêtes celtiques pour promouvoir le régionalisme breton

Sans être un mouvement de masse, le « Deuxième Emsav » est présent par des manifestations publiques et inclut différentes facettes régionalistes et nationalistes. Il ne fait que suivre, avec un grand retard, les mouvements frères dans les pays celtiques, Écosse, Irlande et Pays de Galles, avec lesquels, il entretient des relations par qui est appelé le Panceltisme.

L'Union régionaliste bretonne (URB) et le Collège des Druides et Bardes de Bretagne (La « Gorsedd de Bretagne») sont créés en 1898, en partie par les mêmes personnes, mais la première éclate en 1908, à l'initiative des seconds, qui vont fonder la Fédération régionaliste de Bretagne (FRB), présidée par le poète et barde fouesnantais, Jos Parker.

Les Druides et Bardes veulent, avant tout, maintenir et développer les fondamentaux de la culture bretonne (chant, musique, danse, costumes, arts appliqués…)., c'est pourquoi ils se produisent dans des « fêtes celtiques » en chantant eux-mêmes, car, la poésie chantée par les « bardes » est l'élément le plus évident de la tradition millénaire bretonne et, l'un des fondateurs de la « Gorsedd», François Jaffrennou, sous le nom de Taldir, qui publie 7 recueils de poèmes, dont 3 accompagnés de leurs airs, est vu comme le meilleur poète en breton de son temps.

En 1903, l'URB adopte, comme « chant national breton », l'adaptation des paroles de l'hymne national gallois (« Hen Wlad fy Naddhau »), faite 5 ans plus tôt par Taldir, qui parlait et écrivait le gallois. Le pasteur gallois, William Jenkyn Jones, établi à Quimper, en avait réalisé une autre en en faisant un cantique, ce qui était normal pour un missionnaire. En 1923, le « Bro Gozh Ma Zadoù » servira à accueillir le président le République, Raymond Poincaré, à Tréguier et, en 1930, le maire républicain de Carhaix, Ferdinand Lancien, trouve logique de le faire exécuter par une chorale de sa ville pour honorer un autre président de la République, Gaston Doumergue, en visite à Brest.

Le « Deuxième Emsav » (1898-1914) : les mots République bretonne et indépendance sont lâchés

Après s'être présenté à la députation sur un programme autonomiste en 1898, Lionel Radiguet, un diplomate orientaliste de Landerneau, publie en 1904, dans la presse parisienne et le diffuse à 100 000 exemplaires, un projet de « constitution nationale pour une République bretonne » et Joseph Duchauchix lui emboite le pas dans l'« Éclaireur dinannais », par un article intitulé « La Bretagne indépendante ». C'est un poète en breton et en français, ayant pour noms de plume « Ronan a Germene » et « Ronan de Kerméné », qui se présente aux élections sénatoriales des Côtes-du-Nord de 1911, sous l'étiquette, officiellement enregistrée, de « nationaliste breton ». C'est dans sa maison de Laurenan qu'était domicilié le secrétariat du premier Parti national breton, le premier parti indépendantiste, fondé la même année, mais il est aussi membre de la « Gorsedd» et auteur du poème « Pa vin maro », interprété 60 ans plus tard par Glenmor.

Le « Troisième Emsav » (1923-1944) : le régionalisme de réseau

Dans la relecture des nationalistes bretons, les organisations qui souhaitent l'indépendance de la Bretagne seraient seules dignes d'être mentionnées, les régionalistes étant rejetés dans les ténèbres de la complicité avec l'État français. C'est une vision tronquée de ce que l'universitaire gallois, Sharif Gemie, appelle "la Nation invisible" ( voir l'article ).

Aucune étude historique ne traite sérieusement de l'action du groupe Taldir-Léon le Berre, qui est perçu comme folklorique, parce que beaucoup sont membres du Collège des Druides et que l'action de leur organe politique, la Fédération régionaliste de Bretagne, paraît peu consistante. On oublie deux dimensions essentielles : le réseau de notables (maires, parlementaires, responsables économiques) qu'ils ont constitué et leur empreinte repérable dans la presse régionale, voire parisienne.

Taldir a été jusqu'en 1918, imprimeur de ville et éditeur d'un journal bilingue à Carhaix et il a formé Léon Le Berre (Abalor) et Alfred Lajat qui seront imprimeurs et éditeurs à Quimperlé et à Morlaix. C'est à Saint-Brieuc qu'Octave-Louis Aubert et Émile Hamonic installent un autre pôle d'influence, le premier étant un éditeur de livres d'art, le directeur de la Chambre de Commerce et l'inventeur du tourisme organisé en Bretagne. Dans le réseau se trouve aussi, le conseiller général du Finistère, Pierre Mocaër, précieux à Brest pour ses vastes relations internationales. En 1928, Léon Le Berre devient collaborateur de « l'Ouest-Eclair », à Rennes, un lieu idéal pour lancer des campagnes de presse. Taldir, Grand Druide de Bretagne en 1933, mais leader effectif depuis 1926, devient une figure très connue, et son entregent est tel qu'il obtient la Légion d'Honneur en 1938. Il est vrai qu'il célèbre le sacrifice des Bretons pour la France et qu'il a pour devise : « Breton en France, Français à l'étranger ». En 1928, il obtient que se tienne les jardins de la Préfecture de Vannes la cérémonie d'admission des nouveaux druides,et, parmi eux, le député Gauche radicale, Maurice Marchais, à titre honorifique.

Les dernières années du « Troisième Emsav » : l'opposition frontale entre les régionalistes et les séparatistes

En face des régionalistes (FRB et Gorsedd), les petites formations nationalistes, (Groupe régionaliste breton en 1919, Parti autonomiste breton en 1928, puis le deuxième Parti National Breton en 1931, gardant comme titre de journal, « Breiz Atao ») peinent à recruter et, pour qu'elles se fassent connaître, il faut les coups d'éclats de 1932 (destruction d'une statue, simulacre d'attentat contre le président de la République) et la crise économique de 1933, aggravée par l'État qui handicape les productions bretonnes (conserves, légumes, bois) pour ménager les Anglais. Plus attrayants par effet de scandale qu'un réseau de notabilités, ils conquièrent une base de 3 000 adhérents issus de la classe moyenne, mais, assez peu militante. Leur secteur culturel avec la revue « Gwalarn » et les éditions du PNB laissera un héritage linguistique et littéraire de grande valeur, qui permettra, 40 ans plus tard, la création d'écoles en breton.

L'arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne entraîne qu'une fraction du Parti National Breton est influencée par leur propagande et leurs résultats apparents et que, les leaders, Debauvais et Mordrel, devant le raidissement nationaliste français (loi contre les ligues), finissent par chercher, de manière insensée, à comploter avec « les ennemis de leurs ennemis ». Taldir, qui les dénonce comme traîtres et les invective avec vigueur, en septembre 1939, dans sa revue « An Oaled-Le Foyer breton », croit, alors, pouvoir affirmer que le « druidisme est définitivement établi ».

En 1945, Taldir est est condamné à 5 ans de prison et à l'indignité nationale, car, accusé d'avoir dénoncé le futur président du Comité départemental de libération du Finistère. Celui-ci l'a pourtant défendu et le dénonciateur, qui a participé à la déportation des Juifs de Bretagne, dit avoir détruit la lettre. Du fait de pressions internationales venant du Pays de Galles et de la Palestine juive, le Grand Druide est grâcié et libéré.

Le « Quatrième Emsav » (1950 à nos jours) : le bretonnisme est toujours multiple

L'Histoire bégaie en ce qui concerne les idées bretonnes, car les régionalistes du « Quatrième Emsav », de 1945 à nos jours, moins conservateurs que leurs aînés, mais, tout aussi méfiants par rapport à l'action politique, se cantonneront à la revendication pour la langue et la culture bretonnes, car, ceux qu'ils veulent convaincre (Éducation nationale, Mairies) ne supporteraient pas l'idée d'une organisation politique bretonne, qui serait vite vite jugée séparatiste et, donc, sulfureuse.

C'est pourquoi, ils fondent la Fédération culturelle « Kendalc'h » en 1950, avec Pierre Mocaër pour président, afin de s'éloigner de « Bodadeg ar Sonerion » (aujourd'hui, « Ar Sonerion »), créée en 1943. Ils sont les héritiers des Cercles celtiques d'avant-guerre, dans lesquels la danse était peu importante, car, c'étaient des foyers culturels (Paris, Rennes, Nantes, Le Havre, Guingamp, Quimperlé) qui avaient été largement investis par le réseau des druides de Taldir (Alfred Lajat fut un des animateurs du Cercle celtique de Nantes). De là vient l'un des paradoxes bretons : la coupure entre mouvement culturel et mouvement politique bretons. Cette tendance régionaliste sera très active dans deux composantes originelles de « Kendalc'h », qui se consacrent à l'édition et la transmission du breton, « Emgleo Breiz» et « Ar Falz», leur porte-drapeau le plus connu étant Per-Jakez Helias. « Kendalc'h » est, maintenant, centrée sur la danse bretonne, pratiquée dans les cercles celtiques nouvelle manière.

En 1957 est créé le Mouvement pour l'Organisation de la Bretagne (MOB), qui réunit, d'abord, des anciens militants du PNB, des gaullistes, des régionalistes et des gens inquiets du délabrement économique de la Bretagne (émigration massive, transport défectueux). Ses prises de positions sont donc hétéroclites, mais, il évoluera, sous l'influence de Yann Fouéré, vers un fédéralisme européen de plus plus indépendantiste breton. Des passerelles sont établies avec le Comité d'études et de liaison des intérêts bretons (Célib), fondé en 1950 et dans lequel sont réunis, pour des revendications économiques, des élus bretons de tous bords (sauf de gauche) et des militants bretons comme Joseph Martray.

Le « Quatrième Emsav » : les années de Breizh (après 1961)

Les années 60 voient la scission de jeunes du MOB qui évoluent vers la gauche, mais, en se retranchant de l'Emsav nationaliste. Ayant créé l'Union démocratique bretonne, ils resteront flous, jusqu'en 2000, sur l'idée d'institutions autonomes, mais non séparées, pour la Bretagne, en ménageant suffisamment les socialistes français, afin de pouvoir participer, en coalition, à des conseils municipaux ( voir l'article ) et ( voir l'article ). Ils seront souvent proches d' « Ar Falz », mais hésiteront à soutenir immédiatement les écoles « Diwan » qu'ils voient d'abord comme noyautées par les nationalistes, d'autant qu'ils sont proches de beaucoup d'enseignants publics. Ils ont réussi à placer des élus au Conseil régional de Bretagne.

Parallèlement, les nationalistes indépendantistes qui ne se revendiquent pas toujours comme tels, restent, -excepté le révolutionnaire «Emgann », devenu « Breizhistance »-, fidèles à un vieux slogan : « Ni rouge, ni blanc, Bretagne seulement » et créent différents partis, aux succès variables, dont les derniers sont le Parti Breton et Breizh-Europa. Aucune formation purement bretonne n'a réussi à obtenir des résultats électoraux constants et significatifs. Les revendications concernant la Bretagne restent confinées dans de petites organisations, alors que le militantisme de la période 1965-1980 est passé de mode dans les jeunes générations.

Les Bonnets rouges, apparus en 2013, marquent-t-ils le début du « Cinquième Emsav »?

C'est avec perplexité que la classe politique bretonne et française a vu émerger, en décembre 2013, partout en Bretagne, une nouvelle forme de mobilisation politique, sans hiérarchie, sans obligation personnelle, à la fois disciplinée et brouillonne et transperçant tous les cloisonnements sociaux ( voir l'article ).

Les Bonnets rouges n'ont que 6 mois d'existence et, pourtant, au bout de trois mois et demi, ils ont ajouté à leurs demandes de réformes économiques la question du lien entre Paris et la Bretagne (« relocaliser les décisions »), tout en mettant au jour des réclamations peu visibles, comme la présence de la langue bretonne dans les médias et la réunification ( voir l'article ).

Leur apparition est liée à l'affaiblissement des machines électorales UMP et PS, décrédibilisées par une lamentable gestion des crises, qui a fait tomber l'Etat de son piédestal. Comme en 1960, la Bretagne devient, ce qui est son rôle habituel, l'épicentre de la contestation du pouvoir central incompétent et briseur d'initiatives.

Il est trop tôt pour affirmer que les Bonnets rouges ont introduit une révolution dans la manière de revendiquer pour la Bretagne qui déboucherait sur des organisations de masse analogues à celles que l'on rencontre dans les pays comparables (Écosse, Pays de Galles, Catalogne), mais, ils ont bousculé le champ politique, obligé des francs-tireurs des partis français à se positionner pour une Assemblée de Bretagne et ont probablement clos le « Quatrième Emsav ». Concurrencée sur ses thèmes, l'UDB, confrontée à la chute de son partenaire principal et à la dérive d'Europe-Écologie-Les Verts, est obligée d'aller seule sur le front des européennes 2014, tandis que Christian Troadec remet en place son alliance des régionales de 2010 avec le Parti Breton, renforcée par quelques vedettes des Bonnets rouges. L'éventuel cinquième Emsav verra, peut-être, un bretonnisme moins désordonné.

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1685 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 48 commentaires
Pul Chérel
2014-05-12 10:00:13
Bon résumé de l'histoire de l'Emsav mais quelle idée de partir d'un article/torchon publié par Le Monde qui doit boire du p"tit lait en le lisant. Il illustre l'incapacité des Bretons à s'entendre, à faire un front commun contre le voisin qui les méprise et les subjugue depuis 500 ans. Quant aux subtilités linguistiques de mots se terminant en "isme", il y aurait lieu de faire en annexe un petit glossaire car la majorité des gens ne les comprennent pas (pour eux tous les politiques sont des "autonomistes" comme dans les années d'après-guerre) et, parfois, ils n'ont même pas un sens identique unique dans certains esprits (Indépendance ? comment, à quels niveaux, par rapport à qui ou à quoi ? ) ( autonomie ? dans quels domaines et sous contrôle de qui car l'autonomie est loin d 'être synonyme de liberté ? ) Etc. Paul Chérel
(0) 
eugène le tollec
2014-05-12 10:33:15
PAUL.
L'autonomie est une fumisterie politique...pourquoi tous ces gens ne parlentt-ils pas de fédéralisme....
Où est la voie de l'indépendance?
Aucune logique de pensée...aucune planification des objectifs ( court terme, long et très long terme )
Nos penseurs d'avenir breton ont -ils cette force de devenir.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-12 11:32:14
Incapacite des Bretons a s'entendre et donc creer une FORCE d'opposition et de dialogue . Non il semble que la CHIKAYA continuelle est plus a leur portee, mais c'est bien , cela fait passer le temps et evite de prendre des responsabilites , en donnant l'impression d'etre d'etre occupe et de se devouer a la cause .
Ah! il faut le faire .
(0) 
Emilie Le Berre
2014-05-12 12:01:58
Pierre,
Tu m'enlèves les mots de la bouche (ou du clavier)
(0) 
Naon-e-dad
2014-05-12 12:38:57
àChristian Rogel
Je pense que vous allez faire réagir les gens du Parti Breton.. En tout cas vous n'allez pas leur faire plaisir.
Cela dit, les Bonnets Rouges ont réussi la percée convoitée: redonner un élan politique à la revendication bretonne.
Et cela au moment ou la restructuration territoriale redevient d'une pressante actualité.
A l'heure où la France (bousculée, et c'est tant mieux, par l'Europe) doit se réformer, la Bretagne est au Rendez-vous.
La Bretagne se sait terre européenne depuis toujours. Depuis deux millénaires et plus, en tout cas.
Emañ Breizh un douar europeat, abaoe...
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-12 12:42:36
Emilie , je te repondais , mais je ne sais pas si le message est passé.
Je disais , les discussions et les exposes au sujet des interpretations sont a 90 % la cause de nos echecs Bretons ......... et les gens deviennent si politiques , que ce n'est helas , peut etre pas pret de s'arranger .
(0) 
Christian Rogel
2014-05-12 12:49:16
@Naon-e-dad
Il me me semble pas avoir maltraité le Parti Breton qui est même cité 2 fois. Ses difficultés à émerger aux élections ne sont pas notées comme lui étant spécifiques.
J'aurais pu mentionner son alliance inédite avec l'UDI-Union des Centres à Rennes (élection de son président, Yves Pelle), mais, on ne peut pas tout dire dans un article de synthèse.
(0) 
Fanch olivier
2014-05-12 14:18:17
Deux grossiéres erreurs sur l'UDB
1. La revendication d'institutions autonomes a été clairement actée dans le Programme Démocratique breton (1977) qui serait à relire...
2. L'UDB a tjrs soutenu Diwan dont la crétion a été discutée en BP. Ce sont des militants qui ont créé 2 des 3 premiéres écoles. La seule divergence portait sur la date. La marité préférait attendre les législatives de 78.
(0) 
Christian Rogel
2014-05-12 14:52:46
@Fañch Olivier
Ll'UDB a évité, par tactique, de trop approfondir le contenu des pouvoirs de l'assemblée régionale qu'elle préconisait dan le PMDR, donc avant même 1977. Un petit saut a été fait en 2000 en écrivant le mot "institutions autonomes" et un plus grand en se définissant comme parti autonomiste plus tard.
Rappelons qu'autonomie signifie, aujourd'hui, pouvoir normatif, législatif et/ou réglementaire et qu'en 1970, aucun "parti breton de gauche" n'en aurait parlé à ses alliés français potentiels.
Ces prudences venaient du fait que l'UDB, essayait d'éviter d'être cataloguée, et comme régionaliste, au sens taldirien et comme nationaliste. D'où son positionnement à part.
Concernant Diwan, il est connu que René L'Hostis, membre de l'UDB, a été un des fondateurs, en 1977, mais, il est aussi connu qu'il y a avait, chez certains responsables, des réticences à afficher un soutien trop visible, au moins dans les premières années.
(0) 
Jakez COSQUE
2014-05-12 21:31:18
Christian Rogel, 'n on ket sur ac'h eus kompenet pezh a zo degouezhet e Breizh diabaoue 500 bloaz hag a c'hoarvez bremañ ivez
(0) 
Jakez COSQUE
2014-05-12 21:31:20
Christian Rogel, 'n on ket sur ac'h eus kompenet pezh a zo degouezhet e Breizh diabaoue 500 bloaz hag a c'hoarvez bremañ ivez
(0) 
Christian Rogel
2014-05-12 21:49:32
@Jakez Cosquer
Sur on n'on ket kap da dapout pep tra, mat, ma 'z eus mui a gomprenezon ganit, t'eus ken displegañ ar pez a welez-te,
(0) 
Ed du
2014-05-13 00:24:53
Da Jakez
Petra ac'h peus komprenet? Lavar deomp!
(0) 
Jakez COSQUER
2014-05-13 21:29:39
Setu pezh a welan ent istorel.
1 na zo bet nemet un emsav
2 en emsav-se zo achu
3 anadenn ar banedoù ru zo azon adgenaozadur ur bopb a verzh mat ez eus ezhomm reolennoù arbennig evit ambrougañ diorren an armerzh ha se en eur delanvadañ ent eeun kengor Europa
4 Arabat koll krañch da respont da dud ez eo evito Breizh un na voud. Lod en deus tremenet pemont bloaz, en aner, da forzhpediñ seurt tut da daol ur sell truezuz war zu kornog
(0) 
Christian Rogel
2014-05-13 22:36:46
@Jakez Cosquer
N'em eus ket ijinet ar pevare Emsav kentañ. Un doare boutin troc'hañ amzerioù istor Breizh ez eo. Anatoc'h c'hoazh ez eo nemet un doare rannañ ar fedoù.
Echu an Emsav? Perak? Pegoulz?
Te zo ur profed ha me n'on ket. Piv a oar da belec'h ez a ar BR? Un dra a bouez eo, sur, met pep martezeadenn war o zonkad a c'hell bezañ freuzet dindan un nebeud mizioù pe sizhunioù.
(0) 
M.Prigent
2014-05-14 04:13:55
Jakez, Ed du, Christian...Je vous admire.
Il y a rien à faire...J'ai beau bafouiller quelques mots, je suis définitivement largué en breton que pourtant j'entendais tous les jours dans ma presqu'île de Crozon.
Mes petits enfants (père ingénieur/Prof de breton) en connaissent bien plus que moi.
Contrairement à mes amis "Ronchons" dont l'ingénieur polyglotte Pierre Camaret, je ne maitrise que les maths-sciences-techniques.
En somme, seule la moitié de mon cerveau fonctionne.
(0) 
eugène le tollec
2014-05-14 10:14:48
Christian Rogel
BONJOUR,je relis cet article ,excellent et précis
Allons nous vers un cinquième Emsav, Où se mettrait enfin,en place,l'unité recherchée,le message supérieur breton devant l'état centralisateur et une république "à revisiter".
Assez de dispersion du verbe breton...assez de lutte d'ego.
BRETAGNE RÉUNIE est une excellente plate -forme pour gérer les différents courants(hors parti).
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-14 11:34:33
Bien relisant la Presse d'aujourdhui :
- JUPPE trouve que la reforme territoriale est "ancien Regime "
- COPPE lui , que c'est du Federalisme .
Tous les deux sont donc des politicards non interessants . J'avais plus de sympathie pour la droite , que pour les Socialos .
Premiere revolte , la prochaine fois que j'entendrai la Marseillaise .. je resterai assis .
(0) 
Christian Rogel
2014-05-14 11:38:45
@M. Prigent
En quelques mots : J. Cosquer objecte qu'il n'y a eu qu'un seul Emsav et qu'il est terminé. Depuis 50 ans, les partis bretons n'ont rien fait d'efficace, mais les Bonnets rouges sont le départ de la renaissance d'un peuple prêt à traiter directement avec l'Europe.
Je lui répond que le découpage par périodes n'est qu'une commodité et je lui demande pourquoi et quand un unique emsav aurait eu un terme. J'ajoute qu'il est trop tôt pour créditer les BR d'une évolution décisive, car toute hypothèse sur leur avenir peut être démentie par les faits.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-14 12:09:00
Meme un Reunioniste convaincu , aurait dit . La Reunion administrative de la Bretagne ... dans 40 ans et un Conseil : travaillez avec l'Europe .
MARESCHAL
(0) 
X. Rouari
2014-05-22 13:28:11
Mentionnons les analyses de ESB et sa notion pertinente de de "Kevala istorek" ou "capital historique" qui permettent une autre approche de la problématique bretonne. Il est vrai que le travail fait en breton rend un autre son.
Les BR sont un socle approprié et fédérateur à ce qui reste de conscience d'identité en Bretagne. Le mot d'ordre devrait être "Rien que les onze points, Tous les onze points". Même cela a l'air difficile.
(0) 
X. Rouari
2014-05-22 13:33:02
Il faudrait faire l'inventaire des déclarations de guerre de l'Etat français, dont celle-ci, ministérielle :
"Pour l'unité linguistique de la France, la langue bretonne doit disparaître"*.
Ce qui explique certaines réponses des années 1930 et 1940.
*renouvelée par le président de la République à Saar-Union en 1972.
(0) 
X. Rouari
2014-05-22 16:09:09
Un oubli : le FLB et son impact psychologique sur les Bretons.
N. B. : La première école en breton a été ouverte à Plestin les Grèves par Yann Kerlann.
Une question d'histoire : comment les groupes "Galv" ont-ils disparu ?
(0) 
eugène le tollec
2014-05-22 17:47:38
X Rouari .
Le Français est la langue des dominants comme le latin pour lesquelles de Francie dont les francs , et tous les gaulois ont subit ,en leur temps...d'où le gallo romain( regardons toutes les langues des minorités du monde....nous sommes encore en vie et notre réunification n'est pas encore acquise.
Nous les bretons avons un gros défaut nous sommes en permanence dans notre passé,nous sommes les orphelins d'un historique qui se meurt,notre présent est notre passé et nous sommes le passé de notre futur...donc nous restons figés, ancrés en 1532.
Honneur à ceux qui ont maintenu le flambeau,honneur à ceux qui alimentent une flamme non asservie .
(0) 
eugène le tollec
2014-05-22 18:03:38
À TOUS
J'ai dit ,un jour ,à Bretagne Réunie que le devenir de la Bretagne passe par l'Europe mais pour cela tous les outils doivent être prêts....la Réunification sera effectivement faite qu'avec ce cadre européen....
Nous n'avons plus rien à voir avec les socialistes français ni avec leurs frère WE l'UMP ( voir l'attitude des têtes pensantes de ce foutoir...Juppe...Coppe )
J'y ai cru..mais je n'y crois plus,j'ai horreur des partis "godillots",ou il faut être "à la couture du pantalon"
(0) 
Christian Rogel
2014-05-22 19:05:17
@X. Rouari
Il s'agit ici d'analyser les idées et rééquilibrer ce qui se dit sur leur diffusion. Mais, cela reste bien empirique.
L'impact psychologique d'une action violente (qui n'est pas du monde de l'idée, par définition) est encore plus délicat à mesurer, puisqu'il se superpose à l'action politique.
Si Emsav Stadel Breizh a pu parler de "capital historique", il s'est trouvé involontairement en accord avec Pierre Bourdieu, béarnophone, qui s'interrogeait sur la façon dont les groupes régionalistes avaient de prendre des options "boursières" sur les capitaux culturels" des différentes régions.
(0) 
X. Rouari
2014-05-23 17:04:53
Le premier F. L. B. avait contribué à réveiller les consciences. Aujourd'hui, ce n'est pas ce chemin qu'il faut prendre. Mieux vaut donc être ferme sur des exigences précises et concrètes, sans jouer la surenchère. D'ici à 2017, il peut se passer bien des choses ; quant à ce qui viendra après dans une France qui paraît bien irréformable, ça risque de ne pas être facile...
Et, c'est vrai, il faut de l'empirisme, du pragmatisme, pour étudier la situation en fonction des intérêts strictement bretons, qui sont dictés en partie par la situation géopolitique de la Bretagne.
(0) 
eugène le tollec
2014-05-23 19:03:03
X.ROUARI
JE L'ai dit depuis très longtemps,la Bretagne en parallèle de son objectif doit devenir une puissance économique( filières actuelles et futures)...pour cela pas besoin des directives parisiennes .
Ce devenir n'est plus dans notre passé,il est dans une prospective tout azimut.
Cette étude doit aussi passer par toute une analyse de géopolitique européenne et mondiale( c'est déjà le cas avec l'action économique en Chine).
J'ai parlé un jour d'ambassade économique bretonne dans monde .
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-23 20:37:14
ELT. Mais cela vient de l'approche . La France qui est une tres grande Puissance (vous confirmez)privilegie l'action politique sur l'action economique . C'est dans leurs genes.
J'ai assez participle a des missions pour savoir que les questions economiques considerees comme mercantiles ,passaient après .
Je ne repete pas son nom,de ce politicien breton . Lors de mission a Taiwan ,il semblait plus interesse a rencontrer l'opposition politique , que les gens concernes par nos affaires .
Hollande - Sarko en CHINE : 3 jours , 2 jours de visite .......... A.MERKEL 8 jours et 10 jours .Je vais vous surprendre les allemands vendent plus en CHINE que les francais ?????
Le Francais avait la reputation de passer en coup de vent et de ne jamais repondre aux correspondances . La balance de notre commerce exterieur ????
(0) 
eugène le tollec
2014-05-24 10:05:49
Et oui ,Pierre c'est un des points clés que je voudrais voir examiner et mise en action par des cercles de réflexion influents.
Le tout n'est pas de s'écouter parler ,sortir une note...mais d'agir avec les moyens "à disposition",ce monde économique breton a tous les outils.
L'écoute et la décision bretonne ne sont pas dans des hommes de passage ou de système "d'un temps".
La Bretagne ne se construira à nouveau qu'avec ces actions economiques,ce sont elles le nerf du devenir.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-24 12:39:01
Pendant ma carriere je n'ai travaille que pour des Societes Francaise , sauf une certaine periode pour une Societe Belge , qui etait filiale d'une Societe Francaise .
A la Retraite , ai travaille comme Consultant ,pour une Societe Bretonne , pour une Societe NeoZelandaise , Canadienne ( Quebec),puis Canadienne en Australie ,allemande et maintenant encore pour une Societe Allemande.
Dans presque tous les cas d'espece , je m'y trouvais bien , relations tres agreables avec le management .A la retraite quelques problemes avec cette Societe Bretonne LORIENT , dont j'ai demissionne , conflit avec le management , refus de celui ci ( typiquement francais ) de s'adapter aux conditions locales .C'etait une PME qui voulait imposer ses procedures .
Difficile de travailler avec des francais , souvent tres competents techniquement, mais economiquement , socialement inbuvables .Arrogants
(0) 
eugène le tollec
2014-05-24 14:13:07
Pierre,bonjour
Cette PME lorientaise n'était elle pas à ploemeur?
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-24 19:08:30
Non LORIENT meme . Elle decentralise et s'installe a Singapore . Gardant les Bureaux et le R and D a Lorient . Le patron n'est pas Breton
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-24 19:15:02
ELT . Le drame des Societes hexagonales elles ne savent pas gerer les priorites .Les dirigeants veulent trop faire eux memes . Cas de cette PME Lorient , le patron ne voulait pas deleguer , il n'avait pas confiance . Il gardait tout sous le coude , meme des dossiers sans importance immediate .Donc le client attendait , s'impatientait et laissait tomber .Alors la , apparaissait la mauvaise foi des francais : Il laisse tomber , IL n'ETAIT PA INTERESSE , tant mieux c'etait un mauvais client etc , etc...
(0) 
eugène le tollec
2014-05-24 20:36:03
Pierre vous êtes un livre
J'acquière totalement,que du bon sens breton,industriel et d'expérience.
Bonne soirée...demain vote drastique !!
(0) 
eugene le tollec
2014-05-25 10:29:57
A TOUS
élements d'un document de travail" projet de dévolution"
Ce que je dis sur l'interrégionalisation
Permettant à un B5 retrouvé de faire des pas supplémentaires économique dans l'espace Ouest
Les lois Fédérales amènent des actes de dévolution.
Cette analyse permet aussi de voir apparaître des collaborations avec d'autres régions d'Europe(pour nous les autes régions celtes)
INTERPROVINCIALITES

Article II -VI - 1
Dans le cadre de l'acte de dévolution et en respect aux lois fédérales, les lois, décrets, règlements, ordonnances et directives concernant les coopérations entre provinces (ex -région) doivent être révisés afin d'acquérir la souplesse et l'efficacité des objectifs économiques provinciaux, fédéraux et européens et la simplification fédérale recherchée. Il en est ainsi des lois autorisant et codifiant les communautés de provinces, syndicats mixtes de province et communautés transfrontalières.
Communauté de province
Article II -VI - 2
Dans les conditions prévues par la loi de dévolution et l'état fédéral, les provinces peuvent se regrouper pour des objectifs de développements économiques, sociaux et culturels d'importance européenne en particulier au niveau d'intérêts transfrontaliers ou d'accession à la dimension économique européenne.
Chaque collectivité garde ses tâches et prérogatives, seules sont déléguées les compétences issues d'une subsidiarité commune des états envers leurs provinces en regroupement.
Article II -VI - 3
Aucune collectivité provinciale ou locale ne peut exercer de tutelle sur une autre, cependant lorsque l'exercice d'une compétence identifiée ou l'atteinte des objectifs communs nécessitent le concours de plusieurs collectivités provinciales, l'état fédéral peut autoriser l'une d'entre elles ou le groupement considéré à organiser les modalités de leurs actions communes ( référendum, statuts, dimensionnement des responsabilités et tâches de chacune).
Article II -VI - 4
Dans les conditions fixées par la loi fédérale, lorsqu'il est envisagée de créer une communauté de province pouvant être dotée d'un statut particulier ou de modifier l'organisation de la collectivité ou du groupement concerné , les électeurs des provinces soumises au regroupement ou modification sont consultés par voie de référendum.
Syndicat mixte de province
Article II -VI – 5 Syndicat Mixte
Dans le cadre de l'acte de dévolution, afin de simplification de l'administration fédérale et provinciale, seule le syndicat mixte de province est préconisé car il amène la souplesse des structures recherchée.
Le syndicat mixte permet de mettre en commun les moyens économiques, sociaux et culturels et techniques pour réaliser des équipements collectifs et une politique de développement et d'investissements communs.
Le concept de syndicat mixte permet de faire évoluer la structure de la plus simple à la plus élaborée par la capacité d'intégrer des ententes d'organismes ou d'institutions provinciales, fédérales, européennes et des structures techniques telles que chambre de commerce et d'industrie, d'agriculture, des métiers, ou autres, etc.
Ces regroupements sont à taxes professionnelles de zone (T.P.Z ) ) selon l'importance des politiques
d'investissement et des décisions tant provinciales que fédérales
Le syndicat mixte provisoire ou illimité peut regrouper ainsi plusieurs provinces d'un seul tenant et limitrophes ou plusieurs communauté de provinces (cas de grands travaux).
Communauté Transfrontalière
Article II -VI - 6
La communauté transfrontalière est essentiellement économique, une spécificité culturelle et de patrimoine peuvent être une composante importante du regroupement envisagée.
Dans les conditions fixées par l'état fédéral, lorsqu'il est envisagée de créer une communauté de province à capacité transfrontalière pouvant être dotée d'un statut particulier ou de modifier l'organisation de la collectivité ou d'une communauté de province existante vers une extension de communauté transfrontalière, les électeurs des provinces soumises au regroupement ou modification sont consultés par voie de référendum.
Les états concernés gardent leur autorité d'état sur la nouvelle collectivité, l'acte de dévolution et les lois fédérales sont appliquées, en cas de litige du au caractère inter frontalier la loi européenne prévaut.
Une communauté transfrontalière ne peut en aucun cas devenir un état indépendant.
L'autonomie est encadrée par une convention d'acte de dévolution entre les états concernés, cette convention doit préciser les modalités de financement de la nouvelle collectivité.
Article II -VI - 7
La communauté de provinces ou de régions transfrontalières est un statut particulier qui en aucun cas n'est au-dessus des lois des états signataires. Ce statut est reconnu par l'Etat européen.
&&&&
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-25 12:09:50
ELT . Au cas ou la Bretagne accederait a une certaine gestion de son economie, il faudra developer notre R and D . Je regardais sur "Les Echos "la comparaison des graphiques VITTORI entre la FRance et l'Allemagne . No comment , tres edifiant. Pendant que la France se delectait dans sa politique politicienne , les allemands consacraient une partie importante des budgets des Societes dans le R and D . (Entre 1990 et maintenant) ce qui leur a permis de sortir des produits tres elabores a haute valeur ajoutee, qui trouvent preneurs sur les marche malgre leurs prix . Donc Euro fort , parfait pour les allemands , car ils peuvent parfaitement le digerer .
J'avais pris un exemple idiot , la FRance fabrique et exporte des Chopstick fabriques aux couts francais et veulent concurrence la dessus les BanglaDeshi qui font la meme chose selon leurs couts . Alors le Beau Jeune Homme , et l'illuminee MLP pleurent un Euro trop cher . Evidemment .Ridicule .Notre production n'est pas "in line"avec nos exigences industrielles et du fait sociales .
Les USA sont encore le pays le plus competitif , suivi par la Suisse , Singapore etc.... la France n'est pas dans le groupe des 10 .
(0) 
eugène le tollec
2014-05-25 19:42:48
Pierre ,bonsoir
En Bretagne,il y a des cercles économiques bien outillés en matière grise pour faire de la pure R&D( au passage je cite LOCARN)...mais il y a aussi de grands battants économiques qui ont une vision mondiale...mais sont-ils bretons au fond des fibres?
Il y a pourtant l'outil humain de première qualité
Il y a de l'outil industriel...
Mais il manque certainement un outil politico-économique.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-25 20:47:49
J'avais entre autre suivi , le projet de Batterie au Lithium avec BOLLORE et ERAMET .. quid ???.La Ressource avait d'abord ete recherchée en Bolivie , mais je crois que maintenant l'Argentine a ete choisie .
BOLLORE est une Societe interessante qui dispose de moyens techniques et financiers .
(0) 
eugène le tollec
2014-05-25 22:18:19
Pierre
Voilà ,dans un sens où je veux en venir...la puissance économique bretonne passe par des groupes comme Bolloré,là on a des gens tournés vers l'avenir.
Je pense que le problème actuel breton est de pas avoir pris conscience de cette force politico-economique en son sein ( bien sur la culture ,l'identité ,les Fez noz ,la langue c'est absolument nécessaire...mais c'est "peanut" dans un langage économique au niveau d'un message supérieur.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-26 01:41:05
Non . c'est vrai .Les Bretons = La Culture et la Politique , je ne suis absolument pas contre biensur .
Notre recherche d 'ún certain niveau suit quand meme les instructions de Paris , et BOLLORE lui meme doit faire des courbettes a Paris , pour avoir certaines autorisations , certains programmes et certaines subventions.,..... et meme il doit pour les credit europeens a Bruxelles , passer par Paris.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-26 02:33:38
Je lis que le Beau Jeune Homme a un Plan C , pour Alstom .... je me mets a trembler . Plan C = Plan Francais , donc il veut que ALSTOM prenne son panier et fasse son marche ?? en allant acheter des technologies qui nous manquent pour developer ....... ma reponse est , il est trop tard peut etre .
Pays ayant des Societes possedant complementarite avec ALSTOM : USA Europe Japon . Donc le tour est vite fait .
Le Beau Jeune Homme (BJH) a un charme certain et , est tres talentueux ( terme quebecois ) pour se mettre en valeur .Ce n'est pas un bon INgenieur , mais un bon avocet .Il saura se reclasser .
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-26 07:59:43
Mon CHer ELT . Nous sommes des Saints . Je viens de voir les resultats des elections . TRES BIEN IL FAUT LE FAIRE .
FN
BRETAGNE 4 = 17.10%
LA = 7.20% .
TROADEC BRETAGNE 4 = 7.20%
LA = 1.15 %
Donc pour les jacobins - le decoupage - en ce qui nous concerne tout est permis .
Le Peuple francais qui se croit intelligent , mais qui est le plus con de la terre a VOTER NATIONAL , on aime pas le PS , on aime pas HOLLAND donc on vote contre lui a une election europeenne ???????? .
J'aime vivre avec des gens interessants , pas avec des C....
(0) 
eugène le tollec
2014-05-26 10:48:03
Pierre ,bonjour du matin...nous ne sommes pas des saints,simplement de pauvres pénitents( blancs ,gris où noirs)...mais nous sommes dans un chapitre de vérité.
Hier je disais à un copain "relis saint Augustin".
Je suis dans le confessionnal,où je ronchonne devant le triste spectacle....pardonnez leur mon dieu ,ils n'ont encore rien compris.
DEUX VISIONS ONT VOULU FAIRE L'Europe...mais ils ont tout détruit,d'où des votes drastiques....
Et pour nous pauvres bretons...la vision est encore plus bretonne...et mon adresse est toujours la même..les législatives et un message supérieur faisant feu de toutes flammes les flammes bretonnes"économiquement bretonnes.
On parle de grands groupes bretons obligés d'obéir à des énarques centraux....mais Paris se veut industriel..grand économiste...aux dernières nouvelles ,ils se veulent grand politiques(aux derniers potins,le père sauveur à fait trois tours dans son cercueil)....et marine s'est signée...alleluia!
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-05-26 11:06:52
J'aime les math .... mais j'avoue que l'equation francaise a XXXXXXXXXXXXXX inconnus , je n'ai encore jamais reussi a la resoudre
(0) 
eugène le tollec
2014-05-26 11:16:37
Je lis 7,2% , 1'15% pour la liste "TROADEC",
Mauvaise étude de marché,au départ...car la bataille et le positionnement étaient ailleurs.
Le problème breton se decantera aux législatives avec l'appui des bourses "à gwenneien""francs" encore à
"euros".
That depend!!!!
(0) 
eugène le tollec
2014-05-26 11:39:01
Pierre ,l'autre jour ,je mangeais le garage avec un des petits fils ...et dans une malle à la " CORTO MALTESE",nous avons trouvé des livres de maths et de probabilité..."t'as fait ça" et oui...mon fillot !
Tu as même ici un précis de gestion des risques!
Ô temps béni ...que de la saine instruction...je lui ai mis la gestion des risques en main et lui ai parlé de " la spirale de qualité" et des grands principes de management( il est en école de commerce).
BEAUCOUP de ces choses n'ont plus pignon sur rue
(0) 
eugène le tollec
2014-05-26 12:09:16
C'est une équation mentale( il n'y a plus rien de cartésien).
C'est un résultat de troisième République!,à multiples solutions,basé sur l'appréciation de nombreuses vérités"de masse".
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.