Jean Marie Le Bris et le premier vol d'un planeur
Enquete de Philippe Argouarch

Publié le 14/08/06 13:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On sait qu'il y a eu de nombreux Bretons parmi les pionniers de l'aviation. Le terme même d' "aviation" a été inventé par un Breton: Gabriel de La Landelle. Officier de Marine, il fut le premier collecteur des travaux effectués en matière d'aéronautique. C'est lui qui, le premier, utilisa le terme " aviation ", issu de la racine latine " avis " (oiseau) que l'on retrouve aussi dans "aviculture". Quant à Jean-Marie Le Bris (1817-1870), tombé dans l'oubli, les Français l'ont redécouvert lors d'une exposition sur l'aviation à Paris en 1998.

Son planeur avait été reconstruit pour l'occasion et il occupait la première place bien méritée dans l'ordre chronologique de l'exposition qui s'étendait sur toute la longueur les Champs-Élysées, allant du planeur de Le Bris aux chasseurs de combats.

Qui était ce Jean-Marie Le Bris? Certes, un marin breton né a Concarneau, un explorateur, un naturaliste, mais aussi un inventeur et un pionnier. Il est le premier à avoir effectué un vol tracté (1856). Presque 50 ans avant le premier vol motorisé des frères Wright.

Le Bris de toute évidence fut un homme extraordinaire. Capitaine du vaisseau "La Bretonne" à l'âge de 26 ans, il parcourt les océans, prend des notes, fait de nombreux dessins. Il était doté d'un sens de l'observation remarquable. Au cours de ses voyages autour du monde, il observait en particulier le vol des oiseaux et de là naquit son rêve de voler et de construire une machine capable de voler. De retour en Bretagne il se mit à construire des machines en bois et en toile dans l'idée de les faire voler.

Ses planeurs avaient vraiment l'élégance de l'oiseau. Le Bris avait aussi bien compris le principe de Bernoulli, la curvature du dessus des ailes, indispensable au vol. Posé sur une charrette tirée par des chevaux au galop, l'Albatros décollait quand la vitesse engendrait une portance suffisante!

Le même système est toujours utilisé aujourd'hui mais avec des voitures. Les ailes, d'une envergure de 18 mètres pour le deuxieme prototype, étaient mobiles et Le Bris pouvait en modifier l'incidence. Il déposa en 1857 un brevet suggérant le lien entre l'incidence et la portance de l'aile du planeur.

Lors du premier vol en 1856 sur la plage de Trefeuntec, près de Douarnenez, l'Albatros garda une ligne de vol correcte grâce au poids du conducteur happé et suspendu tout le long du vol par un bout! Le Bris se cassa la jambe lors de l'essai suivant.

Sans se décourager, Le Bris construisit un deuxième Albatros, plus léger et mieux équilibré. Il volera plusieurs fois correctement avec un lest en 1867 mais sera complètement détruit lors du premier vol avec Le Bris à bord. Le Bris survécut mais sera ruiné financièrement. Sans mécène, il essayera vainement de convaincre les autorités, mais Napoléon III était alors bien plus intéressé par le chemin de fer que par le vol des oiseaux et la possibilité, pour les humains, de les imiter.

Un lycée porte le nom de Jean-Marie Le Bris à Douarnenez.

Philippe Argouarch

Note: Une association a été lancée le mois dernier pour faire revivre la mémoire de ce grand pionier de l'aviation (voir le site)

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3717 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.