Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Je veux, je n'ai pas =, alors je boude....
Le 9 mai 2006 Je veux, je n’ai pas, alors je boude…… Le recours à la grève de la faim a connu un regain en Inde avec Gandhi et ses amis, puis avec Boby Sands en 1981 à la prison de Long Kesh, près de Lisburn à 10 miles de Belfast. Ce
Jean Yves Quiguer pour Mouvement fédéraliste de Bretagne le 9/05/06 21:05

Le 9 mai 2006

Je veux, je n’ai pas, alors je boude……

Le recours à la grève de la faim a connu un regain en Inde avec Gandhi et ses amis, puis avec Boby Sands en 1981 à la prison de Long Kesh, près de Lisburn à 10 miles de Belfast.

Ce moyen d’action est loin de faire l’unanimité. Il génère de fortes réserves, des réticences et des désaccords profonds, et aussi des désaveux radicaux.

D’aucuns l’assimilent à un chantage sordide. Sordide parce que ce jeu avec la vie, quand la grève est tenace, peut aboutir à la mort. Sordide, parce que quand la grève est stoppée, elle apparaît alors comme un simulacre.

Il est évident qu’elle dérange.

1) elle est exclusivement une action personnalisée.

Non seulement la grève de la faim médiatise son auteur, mais encore porte-t-elle le discrédit sur les actions menées par les organisations qui luttent pour le même objectif. Elles deviennent discréditées parce que leurs moyens d’action souffrent le ridicule et qu’ils sont effacés par l’exception radicale de cette grève. Reprendre ultérieurement le cours de la revendication démocratique sous l’épée de Damoclès d’une possible grève de la faim à venir, perturbe la démocratie elle-même.

2) elle prétend au contraire de ce qu’elle est.

Elle n’est pas une action non-violente. Il y a bel et bien violence dans la mort même quand elle d’origine suicidaire. La référence au chantage trouve son origine dans l’humanité des deux parties opposées. Soit c’est une bouderie d’adolescent gâté qui va s’arrêter aux premiers signes de défaillance, soit c’est une décision d’adulte qui ne recherche aucune publicité et va y laisser sa vie. Mais le piège est posé. Si le gréviste stoppe sa grève, il deviendra la risée de tous et on pourra alors parler de chantage malsain et foncièrement anti-démocratique.

Nul doute que Yannig Baron et Dihun savent ce qu’ils font.

L’enseignement catholique peut aussi être appelé confessionnel ou privé. Il est le décideur chez lui. Les parents d’élèves qui veulent plus d’enseignement en langue bretonne peuvent envoyer leurs enfants à Diwan, ou, à défaut, dans l’enseignement public quand l’enseignement du breton y est dispensé.

La Bretagne a mis des années à s’émanciper de la calotte.

Il ne serait pas souhaitable que sous prétexte de langue bretonne elle redevienne vassalisée par un pouvoir religieux qui n’a fait qu’utiliser la langue bretonne que pour asseoir son pouvoir.

La Bretagne a profondément souffert de cette honteuse manipulation.

L’hiver dernier, le premier mort de faim dans l’hexagone est décédé sur un trottoir de Saint Brieuc.

Il ne faisait pas grève.

Peut-être que c’était nous, Bretons, qui faisions grève de solidarité et de dignité.

Il y a des immaturités inacceptables.

On ne peut conjurer des malaises par des comportements infantiles.

Le principe de responsabilité passe par le débat démocratique.

Toujours, et exclusivement. Jean-Yves QUIGUER Président du Mouvement Fédéraliste de Bretagne

Le Mouvement Fédéraliste de Bretagne plaide et milite pour l'adoption d'une architecture fédérale en Bretagne, en France et en Europe. Membre de l'Union des Mouvements Fédéralistes (UMF), il défend le concept de fédéralisme contractuel dans le cadre des institutions et celui du fédéralisme intégral dans le cadre de la société. LE MFB n'adhère pas à l'idée d'une fédération d'états-nations qui n'est qu'une forme de confédération conduisant aux mêmes échecs que l'actuel état-nation dont nous allons prochainement porter le deuil. C'est ce qui justifie un fédéralisme inspiré de la doctrine contractualiste en opposition avec la doctrine étatiste. Ce qui est bon pour le tout, l'est aussi pour les parties. Il ne saurait exister de fédéralisme européen sans un fédéralisme local, d
Voir tous les articles de Mouvement fédéraliste de Bretagne
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons