Hommage au Père Quémener : la Mission Bretonne bien remplie

-- La diaspora --

Dépêche de Mission Bretonne - Ti ar Vretoned
Porte-parole: Claude Devries

Publié le 11/11/09 10:37 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dimanche 8 novembre, plus d'une centaine de personnes se sont retrouvées dans les locaux de Ti ar Vretoned, rue Delambre à Paris. Elles répondaient ainsi à l'appel de la Fédération des Sociétés Bretonnes de la région parisienne et de la Mission Bretonne à la mémoire des personnes, membres des associations bretonnes d'Ile-de-France disparues cette année.

Cette traditionnelle Journée du Souvenir revêtait cette année un caractère exceptionnel puisqu'avait lieu un hommage particulier au Père Le Quémener qui a été à la tête de la Mission Bretonne durant 37 ans. Le Père Le Quéméner s'est en effet éteint au presbytère d'Hennebont le 24 juillet dernier à l'âge de 84 ans.

Hommage au Père Le Quémener
« Pour les obsèques du Père Quémener, la basilique d'Hennebont était archi pleine. Cette année, pour la Journée du Souvenir, la Mission est bien remplie ! » a souligné Jean-Simon Mahé, l'infatigable Président de la Fédération des Sociétés Bretonnes de la région parisienne à l'issue de la célébration religieuse. En effet, certains s'étaient déplacé de très loin, comme Michel qui a animé l'atelier de chant gallo à la Mission Bretonne dans les années 90. D'autres ne pouvaient être présents sur place mais avaient fait parvenir leurs messages :

« Je souhaite me joindre en pensée à tous ceux qui rendront hommage à Fañch dont je me rappelle avec émotion et joie la gentillesse, la simplicité, la disponibilité. Merci Fañch et à bientôt ! »

« Que cette journée soit porteuse de souvenir, d'espérance et de joie ! Ar wech all. »

La messe « FLB » (en Français, Latin et Breton - invention du Père Quémener), préparée par Serge, était célébrée par le Père Philippe Hénaff, aumônier de la Mission depuis 2003. Il a attiré l'attention de l'assemblée sur deux objets placés sur l'autel : l'étole du Père Le Quémener, qui lui avait été offerte lors de son départ de Ti ar Vretoned en 2003 et une aquarelle issue de ses obsèques à la basilique d'Hennebont et peinte par Isabelle, coordinatrice de la Mission jusqu'à peu de temps encore.

Des témoignages remplis d'émotion
Après la projection d'un court diaporama retraçant au moyen de photographies d'archives les grandes étapes de la vie du Père Quémener, les plus courageux à vaincre leur émotion, sont venus exprimer leur témoignage spontané.

« Une des figures les plus extraordinaires que j'ai pu connaître. Il m'avait encouragé à rassembler les Bretons, à faire en sorte qu'ils défendent l'identité bretonne et conservent toujours leur esprit breton. » exprime un ancien Président de l'Association des Cadres Bretons.

« Quémener était présent partout. Il a même été appelé à témoigner devant la Cour de Sûreté de l'Etat où il a réussi à retourner la situation et c'est lui qui interrogeait le Président du tribunal spécial. » rappelle Jean-Simon. « Il a compté beaucoup pour les Bretons de Paris. Il faut que toujours les Bretons demeurent ! »

Se faisant l'écho de Soaz, Claude précise que « Sans Le Père Quémener, la Mission Bretonne aurait fermé depuis très longtemps ». Et d'ajouter : « Il nous avait dit après son départ de la Mission : Je compte sur vous pour maintenir l'esprit d'entraide et les relations chaleureuses entre toutes les personnes qui viennent dans cette maison. Nous y sommes donc très attachés. »

Fiona, conteuse d'origine écossaise qui a fréquenté la Mission vers 1995 et habite désormais près du Cap Sizun, témoigne d' une présence toujours très bienveillante du Père Quémener : « J'ai été touchée très profondément par cette cérémonie. Je veux dire une bénédiction due à un Saint écossais du VIème siècle, que je ressens complètement pour le Père Quémener et la Mission Bretonne : Tard hier soir, j'ai rencontré l'étranger et je l'ai invité chez moi. J'ai mis la boisson à la place de la boisson. J'ai mis la nourriture à la place de la nourriture. Et j'ai mis la musique, le chant, la poésie et l'écoute à la place de l'écoute. Et l'étranger m'a béni. Il m'a béni, moi, ma famille, mes enfants, mes troupeaux, mes terres. Car souvent, souvent, souvent, comme l'alouette qui chante tôt dans la rosée du matin, sous le manteau de l'étranger marche le Christ. »

Laurence : « J'espère qu'il a fait un beau voyage. Il mérite sa place au Paradis ! »

« J'appréciais beaucoup François bien que n'ayant pas les même idées théologiques. Nous avions du respect l'un pour l'autre. J'avais du plaisir à partager avec lui un morceau de camembert dégoulinant arrosé d'un petit verre de rouge. Je me rappelle de Yannick, Christophe et Eric, chanteurs, Laurent, Jeanette. Et maintenant François... François si tu m'entends, salut ! »

Michel, très ému : « François aurait peut être aimé avoir une grande église avec plein de paroissiens. Il a eu cette maison. Il a bien mené sa mission, dans les deux sens du terme. Il a réussi à fédérer dans ces lieux des gens de sensibilités différentes, croyant ou non croyant. La Mission c'est une très grande aventure humaine et je suis vachement content d'avoir connu cela. Merci. »

Pour Isabelle : « Ce sont des souvenirs d'enfance. Ca faisait 41 ans que je voyais le Père Quémener faire vire cette Mission avec un cœur gros comme ça ! Il disait qu'il fallait toujours garder le chemin. Il faut que perdure l'esprit dans lequel il a mené cette maison. Pour moi il était le prêtre de tous les Bretons à Paris. »

« François m'a beaucoup aidée dans ma profession auprès des malades à l'hôpital. »

Soulignant le travail réalisé pour préparer cette journée, Maguy assure la transition : « Salut mon Père ! Vous avez vu comme les gens ne vous ont pas oublié ? Et puis maintenant, il faut s'amuser ! Car le Père Quémener n'était pas triste, c'était quelqu'un de très très gai. J'espère qu'on va pouvoir écarter les murs et agrandir la maison ! »

Une après-midi festive
Avant de partager le verre de l'amitié, toute l'assemblée a entonné à l'unisson le Bro gozh ma zadoù, pour un ultime hommage au Père Quémener, comme il aimait à le faire faire très régulièrement et en toutes circonstances lorsqu'il était présent à Ti ar Vretoned.

L'assistance s'est ensuite retrouvé autour d'un excellent repas préparé par l'équipe des Bretons d'Argenteuil à l'action derrière les fourneaux depuis la veille.

Durant le repas, des chanteurs se sont succédé au micro pour interpréter différents chants en breton. Ils ont aussi fait danser les convives une bonne partie de l'après-midi. En chantant même au sein de la ronde !

Une exposition retraçant la vie du Père Le Quémener
Depuis plusieurs mois, un groupe de la Mission Bretonne avait recherché des documents d'archives pour réaliser une exposition sur le Père Le Quémener. Outre un panneau résumant les grandes étapes de sa vie, certains de ses écrits ont été choisis afin de relater son action, tant rue Delambre et à La Quintinie, que son enfance à Neulliac, ses débuts dans la prêtrise ou sa dernière mission à Hennebont. Ces extraits étaient illustrés de nombreuses photographies ou documents d'époque. « Vous y trouverez des photos des arènes de Lutèce » souligne Jean-Simon à propos des fêtes de la Saint-Yves, « qui fut une grande époque pour les bretons de Paris. Même en 68, les Bretons ont défilé avec la Duchesse en tête. » Des enregistrements sonores et vidéos en libre service apportaient des témoignages du Père Quémener en personne.

Cette exposition qui restera pendant plusieurs semaines en place au 22 rue Delambre permettra aux plus jeunes et à tous ceux qui ne l'ont pas connu, de découvrir le rôle essentiel tenu par le Père Quémener.

Conclusion par Françoise, Louise et le Père Le Quémener

« Nous avons avec mon mari retrouvé avec bonheur la Mission Bretonne qui nous est restée chère malgré les années de coupure. Nous l'avons retrouvée avec cet esprit d'accueil et de tolérance que nous lui connaissions. Cette journée fût joyeuse, chaleureuse et pleine d'une nostalgie remplie d'avenir. »

« Un hommage plein de chaleur, de l'émotion mais sans tristesse, une superbe exposition. Une grande et belle journée. »

Pour terminer, quelques citations du Père Quémener lui-même :

« Peut-on encore construire une Bretagne où il fait bon vivre ? Voilà une question propre à enthousiasmer les jeunes générations et les anciennes qui se côtoient à la Mission ! A chacun dans notre TAV de tendre sa voile comme il faut. »


« Non, non non ! Quémener n'est pas mort ! Il vit encore ! »


La Fédération et la Mission Bretonne remercient tous ceux qui ont préparé et participé à cette belle fête. Merci également à tous ceux qui ont témoigné de leur attachement au Père François Le Quémener.

Mission Bretonne – Ti ar Vretoned – 22, rue Delambre 75014 PARIS 01 43 35 26 41 (voir le site) - tav [at] yahoo.fr

Document PDF 16592_2.pdf La Vie du Père Le Quéméner. Source : Mission Bretonne
Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 2405 lectures.
mailbox imprimer
logo
mission bretonne - ti ar vretoned association socio-culturelle depuis 1947 22 rue delambre 75014 paris.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.