Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Article -
Front de gauche des arts et de la culture. Que serait la diversité culturelle sans les Langues et Cultures de France ?
La position du parti de Gauche sur les Langues et Cultures de France est actuellement mise en débat. Mais nous voulons préciser ici, la position du Front de gauche sur
Jacques BLIN pour Réseau Langues et Culture de France (PCF) le 17/11/11 11:57

Compte rendu de l’atelier inaugural du 8 octobre à Montpellier.

"La position du parti de Gauche sur les Langues et Cultures de France est actuellement mise en débat. Mais nous voulons préciser ici, la position du Front de gauche sur la question, position définie lors de la rencontre de Montpellier le 8 octobre".

Les participants au riche débat du 8 octobre à Montpellier ont convenu de poursuivre leur réflexion sous la forme d'un atelier thématique pérenne en vue d'aboutir à un enrichissement de l'actuel projet de programme partagé, et de nourrir les positions des candidats du Front de Gauche aux élections présidentielle et législatives.

Ce qui n'a pas fait débat, c'est l'importance de la culture commune dont le socle est le principe de la laïcité, la citoyenneté, l'égale dignité de tous, la place de la langue française comme langue commune nationale.

Ce qui n'a pas fait débat, c'est la reconnaissance de l'importance des langues et cultures régionales de France. La valorisation de la richesse linguistique en France et dans le monde participe de la résistance au rouleau compresseur d'une monoculture liée à un impérialisme économique, culturel et consumériste.

Ces mesures de valorisation concernent les langues existant sur le territoire national : langues régionales territorialisées du patrimoine en France et dans les DOM-TOM, langues des migrants. Le rapport Cerquiglini de 1999 en recensait 75, dont le plus grand nombre dans les DOM-TOM. La prise de position de l'UNESCO de 2007 sur la nécessité de préserver et faire vivre le patrimoine linguistique et culturel mondial est un axe de référence.

Dans un monde où l'on trouve 6000 langues et moins de 200 États, qui ont des gestions très diverses de leurs politiques linguistiques, le cas français avec une seule langue officielle est assez rare : l'idéologie justifiant la création d'États-nations par une langue commune est historiquement dépassée et peut être fort dangereuse. La "défense de la langue française", au demeurant nécessaire, ne repose pas sur une prétendue supériorité, comme le démontrent toutes les recherches en langue, elle va de pair avec la prise en charge de la défense de ses propres langues minoritaires. L'avancée que constitue la création en 2000, de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), dans la mission d'une part de promotion de l'emploi du français, de son utilisation comme langue de communication internationale, d'autre part de valorisation des langues de France et de développement du plurilinguisme, est loin d'avoir épuisé toutes ses possibilités.

La langue nationale est la langue commune, héritage de l'histoire particulière de notre pays, avec ses ombres (contraintes aboutissant à la négation des langues et cultures maternelles tant à l'intérieur que dans l'empire colonial) et ses lumières (égalité des citoyens par accès facilité aux règles communes et à l'exercice de la souveraineté populaire, langue des droits humains universels…).

Notre débat a montré et réaffirmé que c'est du service public national que relèvent les mesures à prendre pour aider à valoriser et à faire vivre la richesse du patrimoine culturel et linguistique, tant dans le domaine décisif de l'enseignement que des médias et de la création artistique. Bien entendu, cette impulsion n'est pas contradictoire avec des conventions nécessaires avec les collectivités territoriales concernées à différents niveaux. Il s'agit de revoir, en tenant compte de la diversité des situations, les conditions légales de l'usage et de la promotion de ce patrimoine vivant. La loi Deixonne de 1951 et des décrets postérieurs avaient initié la prise en compte et l'enseignement des langues et dialectes présents sur le territoire français. Il s'agit d'aller au-delà, avec notamment des avancées nouvelles, qui, sans remettre en cause l'usage de la langue commune, doivent aussi concerner les domaines de l'information et de la création culturelle.

En tenant compte de ces principes, il ne saurait bien sûr y avoir de contrainte à utiliser ces langues et cultures. C'est par l'élargissement allant vers la généralisation de l'offre que l'on doit permettre à ceux qui le souhaitent de disposer des moyens de s'en enrichir.

Lors du débat entre l'assemblée et les représentants des composantes du Front de gauche, s'est dégagée une volonté commune d'établir des points de convergence. S'inscrivant dans cette démarche, Alain Hayot pour le PCF a fait la proposition de s'atteler à la construction d'un nouveau projet de loi, en s'appuyant sur le texte qui avait déjà fait l'objet d'une rédaction en 2005, se référant au projet de loi Hermier de 1998 (cf. le site du réseau des langues et cultures de France : (voir le site)

René Revol pour le Parti de Gauche, a partagé cette proposition et comme d'autres intervenants s'est inquiété d'une socialisation scolaire exclusivement en langue régionale qui serait une source d'inégalités dans l'accession au savoir et à la culture. Il est favorable à la poursuite de ce débat ouvert, y compris, comme l'ont fait remarquer certains participants, dans sa dimension européenne.

Des participants ont rappelé que le candidat à l'élection présidentielle du Front de gauche, élu européen de régions occitanes, est sollicité à l'occasion de la manifestation de Toulouse du mois de mars 2012.

Afin de donner toute sa dimension au débat positif qui s'est ouvert et de dissiper certaines déclarations qui ne reflètent pas une orientation du Front de Gauche, il est nécessaire d'affirmer une position claire, qui tout en apportant son soutien à cette initiative, favorise la poursuite et l'enrichissement du débat.

Les participants de l'atelier de Montpellier ont décidé de continuer leur travail commun, ce que d'ailleurs des participants non présents (mais pour beaucoup excusés et attentifs à nos travaux), notamment de Bretagne, de Corse et d'autres régions, ont souhaité de leur côté.

L'hypothèse d'une rencontre nationale à Paris est envisagée pour faire une mise au point sur l'état des travaux communs, par exemple début janvier. Une rubrique spéciale pourra être ouverte, non seulement sur le Réseau des langues et cultures de France, mais aussi sur les sites du Front de Gauche et de ses composantes.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1516 lectures.
Vos 37 commentaires
Mikael Le Jeudi 17 novembre 2011 14:13
Expliquez-moi quand-même pourquoi la langue française doit prévaloir si elle n'est pas supérieure aux autres ? Le Bretagne a également son histoire, où la langue bretonne et le gallo sont ancrés. Pourquoi alors leur interdire la coofficialité ?
(0) 

Joseph Victor Le Jeudi 17 novembre 2011 15:18
"René Revol pour le Parti de Gauche, a partagé cette proposition et comme d'autres intervenants s'est inquiété d'une socialisation scolaire exclusivement en langue régionale qui serait une source d'inégalités dans l'accession au savoir et à la culture". Toujours les mêmes fantasmes, toujours les mêmes obsessions...
C'est (entre autres) Diwan et sa pédagogie d'immersion qui sont ici visées. Comme si Diwan n'introduisait pas le français dès le CE1 et ne formait pas des enfants parfaitement bilingues (breton-français) à l'issue du primaire...
(0) 

Ar Vran Le Jeudi 17 novembre 2011 16:24
Que des Français (généralement des extremes) fantasment sur les langues régionales, cela ne me dérange pas car ils ne seront jamais en position de gouverner...
Ce qui me dérange est quand on voit des Bretons voter pour ces olibrius et par conséquent participer à la destruction de leur identité. Est-ce du suicide ou de l'inconscience ?
(0) 

patrick lucas Le Jeudi 17 novembre 2011 17:00
très attacher a mes racines bretonne moi et ma famille ,nous avons pris la décision de ne pas voter pour le candidat du front de gauche ,alors que nous avons toujours voter pour le pcf ,si mélenchon est contre les langues qui sont notre histoire et notre culture il n a pas besoin de nos voix
(0) 

Iffig Cochevelou Le Jeudi 17 novembre 2011 17:54
@ ar vran
Pas tout à fait d'accord : ce sont ce type d'extrèmistes, nationalistes français exacerbés, qui à gauche comme à droite ont un poids énorme sur les partis majoritaires et ce qui se traduit par aucune avancée dans ces domaines.
Ce qui encore plus insupportable c'est de voir des Bretons qui vivent de la langue bretonne , enseignants, chanteurs.... supporter cette idéologie et qui vont jusqu'à se présenter aux élections en leur nom (cantonale et régionale), je ne citerai personne : mais cherchez bien.
Le seul contre-poids possible ce sont des partis bretons, mais on est encore loin d'arriver à leur niveau : il faudrait que les Bretons en prennent conscience et qu'ils s'engagent.
(0) 

Alwenn Le Jeudi 17 novembre 2011 18:04
Chacun a le droit de choisir la langue dans laquelle ses enfants seront éduqués et instruits, que ce soit à la maison ou à l'école.
Toute prétention à s'y opposer, et à imposer sa langue, comme c'est le cas du Parti de Gauche, parti nationalliste français, est liberticide.
Quand le Parti de Gauche aura appris ce que veut dire le mot "LIBERTE", il pourra revenir draguer de potentiels électeurs.
C'est pas gagné !
(0) 

Yann le Bleiz Le Jeudi 17 novembre 2011 18:21
"La langue nationale est la langue commune, héritage de l'histoire particulière de notre pays"
Monsieur Blin, vous deviez apprendre votre histoire.
La Bretagne est un pays européens, libre du 5ème au 16ème siècle puis un état autonome attaché militairement à la France par le traité de 1532.
Les bretons sont une nation européenne qui a disposé de ses propres institutions du 5ème siècle au 4 août 1789.
Notre langue nationale propre est le breton, avec la présence de la langue française (dialecte Gallo, puis français moderne) dans le sud-est du pays, le français moderne s'est généralisé au 20ème siècle pour des raisons que les droits de l'homme réprouvent.
Même les sovietiques russes et les communistes chinois ne sont pas allé aussi loin dans la négation des autres peuples. Les pays baltes ont pu reprendre leur liberté sans trop de domage!
La France est un beau pays et sa culture est magnifique, mais ce n'est pas la notre!
La liberté des uns commence où finie celle des autres!
L'application de cette formule est le début du respect et ouvre la porte à l'amitié entre les peuples!
(0) 

SPERED DIEUB Le Jeudi 17 novembre 2011 22:46
CONSTAT
Malgré que comme vous le dites tous sa position plus que timide envers les langues minoritaires l\'article du front de gauche est loin d\'être aussi tranché que la réaction précédente du parti de gauche en Bretagne. En fait je ne suis pas très surpris car ayant recherché auparavant les positions à ce sujet des organisations telle la libre pensée et le parti de gauche dans différentes régions je me suis aperçu que c'est uniquement en Bretagne qu'elles sont d\'une opposition aussi radicale non seulement à la promotion de la langue mais aussi aux idées régionalistes ,ailleurs il ne sont pas pire que la moyenne du PS en Bretagne Quelle est ll''explication ??? vous allez me dire peu importe de toute façon çà ne changera pas grand chose c\'est sans doute vrai ,seulement si une enquête était menée elle pourrait nous apporter des éléments démontrant que la mise hors la loi de façon officieuse des idées d\'émancipation de la Bretagne est bien orchestrée par la nomenklatur jacobine et tous les moyens sont bons à cet effet amalgames et contradictions sont légion dans leur discours .Cette recherche révèlerait des choses surprenantes .
... Iffig vous avez osé aborder un sujet quelque peu tabou là non plus ce n\'est pas un hasard aussi incroyable que cela puisse paraitre les mouvements anti -bretons cités plus haut via certain canaux ont noyautés une partie non négligeable du milieu artistique breton et le pire c\'est que cela a créé un mouvement d\'opinion silencieux et insidieux à l\'encontre des idées bretonnes, alors que logiquement ce milieu devrait avoir une influence plutôt favorable , sans forcément être très engagés( tout le monde n\'est pas obligé de faire de la politique ,)à ,contrario dans les années 1970 1980 des chanteurs tel Stivell Glenmor Servat Gwernig Gweltas et autres ont eu une influence déterminante sur l\'opinion bretonne de l\'époque @ Victor vu la tendance politique de la mouvance artistique en question je pense que l\'udb serait le parti le mieux placé pour sensibiliser ce milieu aux problèmes bretons afin de l\'éclairer sur les mauvaises s influences dont quelque part il a été victime
(0) 

Elian Cellier Le Samedi 19 novembre 2011 08:19
Il convient que le travail de pédagogie sur les personnes les plus frileuses se poursuive. Il y a des craintes complètement infondées et des peurs qui relèvent des fantasmes. Pas la peine de se jeter des noms d\'oiseaux à la figure, convaincre, convaincre encore et toujours. Ayant participé à une réunion du Front de Gauche en Languedoc Roussillon on a pu observer que les différents partenaires (notamment le PG) commencent à entendre les arguments, poursuivons ce travail.
(0) 

SPERED DIEUB Le Samedi 19 novembre 2011 10:45
@Elian
Je suis éloigné de cette famille politique mais j'aimerais savoir ce que vous pensez de mon constat .Par contre j'ai omis de dire que Mélenchon hostile et allergique aux bretons est tout à fait dans la ligne du parti de gauche et libre penseurs (bretons )!!! grib et compagnie!!! mais est ce un hasard??? .Et quelle est la position des anciens staliniens de l'udb qui ont émigrés vers le pc au cas ou il leur reste malgré tout un peu de sentiment breton ???
(0) 

gwennaden Le Dimanche 20 novembre 2011 20:28
En effet, comme le dit Elian Cellier, rien ne sert de se jeter des noms d'oiseaux à la figure. Les réticences de certains membres du Front de Gauche sont plus souvent dues à une méconnaissance du sujet qu'à une volonté de nuire au bilinguisme ! Employez-vous donc à expliquer sans violence ce que vous pouvez désirer : rien ne vaut la pédagogie et l'échange des connaissances pour avancer.
Enfin, le repli identitaire ne fera pas avancer les idées ni les idéaux, bien au contraire. Arrêtons de jouer "chacun pour notre pomme" et visons plutôt l'intérêt général et le bien vivre de chacun.
Aon 'vez tud 'zo rak sonjoù broadelourien ... ha me ivez : n'em eus ket c'hoant bevañ en ur Bed serret, met en ur Bed digoret d'an holl ! (Certaines personnes craignent les idées nationalistes, et j'en fais parti : je ne veux pas vivre dans un monde fermé, mais dans un monde ouvert à tous !)
(0) 

L. Berrou Le Lundi 21 novembre 2011 10:42
@Gwennaden. Met petra 'sinifi "digoret d'an holl" dre-just ? Me zo gwell ganen 'la vefe ket digoret an norojoù war ma zi da gement avel 'zo, betegôut paka riou na pa ve ! Bout "digor a spered" ne dle ket miret deus an nen a c'hellet serri ar boliji pa 'n ez c'hoant. Ha se n'eo ket "nasionalism" eo, skiant-vad 'lâran ket !
(0) 

Marie Jeanne VERNY Le Lundi 21 novembre 2011 13:20
à lire dans l'Humanité du 18 novembre article "Comment les langues du peuple ont été rendues illégitimes". Consultable sur
(0) 

ex site bretagne.unie Le Lundi 21 novembre 2011 13:46
Marie jeanne Verny,
votre lien semble faux , il faut lire cet article ici
(0) 

Alwenn Le Lundi 21 novembre 2011 21:17
Merci à Marie Jeanne Verny d'avoir écrit cet article, et, disons-le, à l'Humanité, de l'avoir publié !
Pas beaucoup de commentaires à la suite (1 seul pour l'instant). Quand un article est de cette qualité, il devient plus difficile d'écrire n'importe quoi à la suite sans se ridiculiser.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mardi 22 novembre 2011 09:25
C'est un fait que l'on ne peut écrire n'importe quoi sur cet article.
Mais cela ne me fera jamais oublier que le PCF n'a jamais été l'ami des minorités...de France! Du moins en Bretagne.
Il a bien pris sa part dans l'ostracisation des militants bretons , après la guerre et jusqu'à nos jour. Avec une virulence qui semble avoir évolué proportionnellement ...à l'importance et ...l'histoire du parti!
Que l'Humanité, aujourd'hui, publie ce genre de billet me rend un peu triste et...dubitatif...
(0) 

Iffig Cochevelou Le Mardi 22 novembre 2011 10:40
Comme l'écrit une personne qui réagit sur le site de l'Humanité: c'est bien gentil de publier des textes comme celui la (néanmoins parfait), puis ensuite appeler à voter pour un candidat qui souhaite l'inverse .
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 22 novembre 2011 10:54
@ Leon
Je n'ai aucune proximité avec ce parti communiste français dont l'idéologie perverse a une grande part de responsabilité dans les malheurs du vingtième siècle, par contre force est de constater que non seulement le pcf n'a pas toujours été opposé au mouvement breton mais jusqu'à la fin des années 1930 c'était le seul parti français qui le soutenait ouvertement et je pense sincèrement comme quoi les choses ne pas toujours aussi simples dans l'histoire
cordialement
cordialement
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mardi 22 novembre 2011 14:41
Si je conserve la date de 1930, nous ne sommes qu’à 13 années de la révolution bolchevique de 1917 avec ses révoltes dans l’armée russe, le Potemkine…Et à 12 années de la fin de la guerre de14-18 qui venait de voir 200 000 Bretons se faire sacrifier…
Les communistes dans ces années là, à mon avis, ne voulaient qu’installer partout « la dictature du prolétariat » et l’étendre « internationalement ». Le nationalisme Français ne devait pas être leur première préoccupation !... Ce qui leur importait était de rassembler les « damnés de la terre », tous les mécontents quels que soient leurs motifs. Les revendications bretonne ne devaient pas leur « répugner » à cette époque, quitte par la suite à les envoyer au goulag, le moment venu. Et qui heureusement ne vint jamais !
Mais une dizaine d’années plus tard _1940-1945_ la musique n’était plus la même : Pacte germano-soviétique, résistance, collaboration, nationalisme français qui s’exacerbait. Puis victoire des alliés, la Russie soviétique qui devenait l’USSR en occupant et annexant les pays de l’est, et de l’Asie centrale. Le Pcf devenu important et très patriotique en France déglinguée, se devait de se trouver auprès du grand frère pour l’avènement du communisme en Europe de L’ouest, qu’ils sentaient, là…À portée de main…
Si jamais par intérêt à une époque, il avait frotter le dos au « mouvement breton », il n’en était plus question !!! Au contraire il fallait garder la France entière, une et indivisible ! Voilà ce que j’en pense…( ;0))
(0) 

Patrice M Le Mardi 22 novembre 2011 16:31
Cet article de MJ Verny (cité plus haut) est vraiment excellent et j'en recommande la lecture et la diffusion à tous les gens de gauche qu'il y a ici :-)
Une phrase remarquable entre autres : « Les langues de France ont été, à leur façon, le laboratoire où se sont élaborées les convictions simples qui ont mené à la négation des cultures des peuples colonisés. » On ne saurait mieux dire.
(0) 

Saig an Dic'haster Le Mardi 22 novembre 2011 16:49
Ecoutez ! J'en ai marre de vous lire discourir sur la langue bretonne en français. Vous m'emmerdez avec vos discours d'intellos rive gauche. Komzit ha skrivit brezhoneg pe serrit ho pegoù !
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 22 novembre 2011 22:23
Leon
Ayant lu des études réalisées sur ces questions je ne pense pas qu'à l'époque les militants communistes dans leur ensemble étaient conscients de ce qui se passait en URSS .Dans l'humanité de l'époque avait paru un article décrivant les tendances du mouvement breton sans parti pris. Entre autres l y avait une tendance pro communiste présente surtout dans le Trégor WAR SAO .Par ailleurs la tragédie des communistes espagnols réfugiés dans le paradis soviétique suite à la défaite des républicains est une preuve de la naiveté des pc occidentaux de l'époque ,en effet un certain nombre eurent le malheur de croire qu'ils auraient échappés aux franquistes en émigrant là bas or je ne pense pas que beaucoup sont revenus?? car les bolcheviks ne voulaient surtout pas qu'ils auraient pu témoigner de la sinistre réalité aux antipode de leur propagande internationale . La plupart ont finis au goulag mais c'était également le sort réservé à beaucoup de communistes soviétiques dissidents .La révolution dévore toujours ses enfants !!!
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mercredi 23 novembre 2011 11:43
@SPERED DIEUB
Comme toujours, bien des militants pouvaient concevoir, à cette époque, le combat breton comme une démarche de libération, des minorités ou nationale peu importe, mais je ne suis pas certain que les théoriciens et meneurs du parti, partageaient tout à fait les points de vue de militants de base. Utiliserà l'occasion le mouvement breton communiste ou non, je pense que oui! Pour la lutte finale.
Enfin! Je ne suis pas non plus un "spécialiste" de la question, juste un lecteur...
Communistes Bretons? Oui ! Ar Falz de Yann Sohier et d'autres... Dont la fille Mona Ozouf semble avoir quelque regrets aujourd'hui, sauf erreur d'interprétation de ma part, de n'avoir pas fait davantage pour la Bretagne. À moins que comme d'autres écrivains d'origine bretonne, ses regrets ne durent que le temps de la promotion d'un livre, en Bretagne.
La question qui se pose pour moi, en constatant ce qu'est la Bretagne aujourd'hui, est : Peut-on courir deux, voire trois lièvres à la fois? Être français, communiste internationaliste et breton à la fois, Personnellement je ne le crois pas!
(0) 

E. Gile Le Mercredi 23 novembre 2011 16:43
Gast ! reuz ' zo gant artikl Marie Jeanne . Les nostalgiques des temps bénis de " notre " douce Duchesse Anna Vreizh qui a cédé son duché pour une partie boiteuse et forcée de jambes en l'air ( car elle était effectivement boiteuse ) , avec toutes les bénédictions que Rome imposait , ( ça a changé avec Berlusconi ! ) alors même que le breton elle s'en contrefoutait , de cette " langue du peuple " ET les Révolutionnaires de ce Printemps des Démocrates Indignés qui pensent qu'ils faut soutenir toutes les Langues de France et même les Langues issues des immigrations . Que le P.C.F. ait lancé le Reuz grâce à L'Huma c'est très très bien . J' espère tout simplement que le Candidat J.L.Mélenchon lit aussi L'Huma , et les candidat(e)s du Front de Gauche aux législatives à venir . Tan DE'I .E. Gile .( Penn ar Bed/Finistère )
(0) 

Noëlle Péoc\'h Le Jeudi 24 novembre 2011 19:09
Candidate du Front De Gauche dans la 6ème circonscription du Finistère , je ne peux que me réjouir de la parution de l\'article de Marie Jeanne Verny dans l\'humanité du18/11.
Et je souscris à l\'idée que la diversité culturelle incluant bien évidemment les langues régionales est nécessaire à l\'épanouissement des individus et plus globalement à l\'enrichissement de l\'humanité .Cette reconnaissance correspond à mon sens au programme du Front De Gauche qui S\'intitule \"L\'humain d\'abord\" \" AN DUD DA GENTA \" en breton.
(0) 

Ar Vran Le Vendredi 25 novembre 2011 11:01
@Noëlle La Paix
Pouvez-vous me dire en tant que candidat de ce fameux front de gauche, comment interpretez vous les propos des sieurs Melenchon et des ses acolytes de la libre pensée (cf. langues régionales = pas bonnes pour la grandeur de la France = langues à faire disparaître au plus vite) Désolidarisez-vous clairement de ces propos ? Et si oui que comptez-vous faire de façon à ce que ces sinistres individus arrêtent leurs provocations ?
A galon
(0) 

Jean Landais Le Vendredi 25 novembre 2011 12:43
Tiens à ce sujet, je viens de recevoir le programme de la fête de l'Huma à Lanester ce week-end . Donc on a un discours du sieur Mélenchon et on a aussi un concert d'artistes bretons du genre Gilles Servat , le trio Samzun, etc... Comment se fait-il que des artistes bretons acceptent de participer à une fête qui met en valeur le Mélenchon, le même qui traite de tous les noms Diwan, la culture bretonne, etc.... ??? C'est totalement incohérent de la part de ces artistes . Je trouve ça choquant.
(0) 

SPERED DIEUB Le Vendredi 25 novembre 2011 14:04
@Gwion
Lisez mon commentaire constat et vous aurez une explication !!!
(0) 

Alwenn Le Vendredi 25 novembre 2011 14:40
Il y a manifestement un décalage entre la "tête" du "front de gauche" et une partie de la base, en particulier la base communiste.
Le journal l'Hunamité est je crois dirigé par un Breton ! Qui ne rejette apparemment pas ses origines culturelles, bien au contraire. Si l'Hunamité à publié le point de vue de Marie Jeanne Verny, ce n'est pas un effet du hasard !
Quel journal parisien de droite ou de gauche aurait pu publier un tel article ? Je n'en vois aucun !
(0) 

SPERED DIEUB Le Vendredi 25 novembre 2011 18:54
@Alwenn
vous dites un breton qui ne rejette pas ses origines culturelles êtes vous sûr de ce que vous dites ??? Oui en effet à Paris il y a une mouvance de ces communistes bretons qui n'ont pas particulièrement la défense de la Bretagne comme premier souci .Celui dont vous parlez est dans la droite ligne de Georges Marchais un nostalgique du mur de Berlin
(0) 

gwennadenn Le Dimanche 27 novembre 2011 00:16
Da L. Berrou :
Ur bed «digoret d\'an holl» a signifi - evidon-me - ur bed gouest da selaou an holl, ha da sellout ouzh tout an dud gant ar memes lagad. Gall\' rit lâr \"spered digor\" ma fell deoc\'h.
Breman diouzhtu ne gavan ket digoret da vat spered ar PG : deomp-ni da sikour anezhan neuze. Arabat dont da vezan ken serret evite. O mod da welout an traoù a zo \"nationalist\" hag eo ret deomp chench o sonjoù hep dont da vezan ken sot evite !
Et la traduction en français, car toute personne passant par ici n\'est pas tenue de comprendre le breton, et que, justement, je n\'aime pas fermer ma porte aux autres :
Un monde \"ouvert à tous\" signifie - pour moi - être capable d\'écouter chacun d\'entre nous et de nous regarder tous avec les mêmes yeux. Vous pouvez appeler cela un \"esprit ouvert\" si vous le souhaitez.
Dans l\'immédiat, je ne considère pas l\'esprit du PG comme étant ouvert : à nous donc de l\'aider à s\'ouvrir. Il ne faut pas que nous fermions notre porte : JLM est le représentant du Front de Gauche et doit donc tenir compte de toutes ses composantes (or, nombre d\'entre elles défendent les langues minorisées : PC, Alternatifs, FASE ...). La façon de voir les choses du PG est nationaliste, et il nous faut changer leurs idées sans pour autant devenir aussi \"bête\" qu\'eux !
... c\'est à dire sans nous refermer à notre tour sur des positions interdisant toute discussion.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Dimanche 27 novembre 2011 11:50

N’omp ket erruet c’hoazh, en amzer ar werinelezh gwir! (Nous ne sommes pas encore arrivé au temps de la Démocratie vraie)
Les partis attirent et rassemblent des hommes et des femmes qui ne n’ont pas comme « première » préoccupation d’écouter les gens, le peuple. Mais d’imposer leurs vues, d’exercer le pouvoir pour la plus grande satisfaction de leurs égos et de leurs intérêts.
Le seul temps d’écoute qu’ils concèdent, c’est dans la phase de préparation du « magma électoral », encore appelé « corps électoral », puisqu’il faut bien « jouer aux démocrates », sacrifier au rituel de l’illusion démocratique. L’Éternel naïf « corps électoral, sanctifié, divinisé et investi du Droit du Peuple » par les charlatans, va s’imaginer choisir son destin et les hommes et femmes à qui… stupidement, il va remettre tous ses pouvoirs.
En fait le temps _limité_ d écoute « accordé » par les politiciens à ce « corps électoral, consiste à voir la force, et la direction d’où vient le vent, quitte à se glisser dans son lit (populisme de bas étage). Ce temps, cette « écoute » permet d’organiser ses idées, ses discours et ses promesses pour se faire élire. C’est s’enquérir de la météo électoralique avant une partie de campagne.
La démocratie c’est le meilleur système (Churchill l’avait bien compris,lui)… Ou comment spolier le peuple sans risques de se retrouver pendu, massacré, mis au poteau ! C’est le plus sophistiqué, le plus « machiavélique », tout au « bénéfice » des pouvoirs politiques, économiques et financiers.
Une DICTATURE « apaisée » ( ;0))), dont « LES » dictateurs _mous mais efficaces_ ne prennent même plus le risque de la brutalité archaïque encore pratiquée dans quelques pays, notamment arabes. Plus de « camps », plus de chasses aux opposants, ni d’exécutions sommaires, ou si peu. Les « tortures » ! Les « éliminations », utilisent le complot, la médisance, le mensonge, la dévalorisation, la dégradation sociale, les armes sont des rédactions, sur des Pc familiaux ou non, dans les officines des partis, les balles fatales sont médiatiques, numériques et électroniques, vicieuses et très efficaces, mais gardent les mains propres. Tout cela baignant dans une confortable légalité, où les fausses notes se régleront (peut-être) devant quelques tribunaux… Et roule Mimile !
Légalité…Dans la Démoncratie (Devilcrassie), sous la responsabilité du Divin Peuple de Droit Populaire, et par son choix « souverain », il n’y a pas de dictature puisque tout est légitimé, légalisé en toute Liberté ! Fraternité et dans « L’égalité »!...Tralala lalère…
Aah ! J’oubliai ! On ne peut changer la plupart de ces organismes et partis « de l’intérieur », c’est aussi une autre illusion, un mirage miroité par « le système », pour s’anesthésier, une fable pour veillée au coin de la grande cheminée ! Soit il perdure cet organisme, tel quel, et s’use pendant plus ou moins longtemps, devenant inutile ; soit il pourrit, pour le coup c’est souvent de l’intérieur ! Récupérer les pépins et les ressemer, cela ne reproduirait que la même plante qui a montré ses limites ou ses dangers, voire avec des dégénérescences en plus. Autant passer à autre chose !... Çà vaut bien sûr pour le PG qui n’est qu’un semis de récupération, parmi d’autres, qui a plus que largement perdu ses aptitudes et vitalités d’avenir…contenues dans de vieilles « promesses », encore lisibles sur le sachet !
(0) 

Marie Jeanne Verny Le Dimanche 27 novembre 2011 14:06
Merci à tous ceux qui commentent l\'article publié dans l\'Humanité et disponible à l\'adresse :
Mes décennies de triple militantisme (politique, syndical et occitaniste) m\'ont convaincue que la question des langues régionales souffrait plus de l\'ignorance (entretenue) ou de l\'indifférence que d\'une véritable hostilité de la part de nos sociétés. Je ne crois pas cependant que les positions simplistes ou binaires fassent beaucoup avancer une cause qui est d\'abord une cause humaniste.
Nous n\'en sortirons (me semble-t-il) que par l\'explication, la persuasion, la discussion sans concession et sans ostracisme.
Et cela d\'autant plus que pour une part non négligeable de la société, il est difficile de faire comprendre que les questions que nous posons ne nous empêchent pas d\'être conscients des souffrances induites par la \"crise\" et la main-mise des \"marchés\" sur l\'humain.
Toutes les forces politiques (extrême-droite exclue, cela va sans dire) doivent être interpellées sur ces questions.
J\'essaie modestement de faire ce travail, avec d\'autres, dans ma sphère militante.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Dimanche 27 novembre 2011 14:51
Marie Jeanne Verny, que pensez vous de la mascarade Russo- carnavalesque des Poutine et Medvedev? Ces enfants du "Communisme", ce sauveur de l'Humanité et du "Genre" humain?
Sans parler de l'aspect démocratique qui apparemment n'a pas de transmission génétique et idéologique!Qui n'a pas non plus construit d'à venir si non celui de prédateurs, issus du sérail...
Vos "Analyses et critiques" concernant l' Avenir radieux de la table vide, m'intéressent!!!
(0) 

Alwenn Le Dimanche 27 novembre 2011 16:02
@ Marie Jeanne Verny
"Mes décennies de triple militantisme (politique, syndical et occitaniste) m'ont convaincue que la question des langues régionales souffrait plus de l'ignorance (entretenue) ou de l'indifférence que d'une véritable hostilité de la part de nos sociétés."
Je ne vous suis pas sur ce point.
"Ignorance" et "indifférence" qui sont la marque du mépris et qui n'empêche pas l'hostilité. Si il n'y avait pas d'hostilité, pourquoi ne signeraient-ils pas la Charte des langues minoritaires ?
Ce n'est pas faute de l'avoir réclamer. Ils l'ont même "signé", mais pas "ratifié", ou l'inverse !
Il y a quand même dans le "logiciel" jacobin, l'idée profondément encrée que le meilleur sort qui puisse arriver aux langues "minoritaires", c'est de disparaître.
L'abbé grégoire avait dit du breton qu'il était "obcurantiste" et "fédéraliste". Belle éloge pour une langue d'être "fédéraliste", mais pour l'abbé, c'était une raison de le faire disparaitre. Et ses successeurs jacobins n'ont eu de cesse de poursuivre son objectif. On en voit le résultat aujourd'hui.
Si les jacobins veulent s'instruire et reconnaître et réparer leurs erreurs (leurs crimes), grand bien leur fasse. Je ne vois pas ce qui les en empêche.
Quand un mélenchon se réjouit de l'annexion du Tibet par la Chine, parce que la Chine est ... laïc, et pas le Tibet, c'est de la bêtise ?
(0) 

Léon-Paul Creton Le Dimanche 27 novembre 2011 16:49
Marie Jeanne Verny, que pensez-vous de la mascarade Russo-carnavalesque concernant la valse « démocratique » des Poutine et Medvedev ? Ces enfants du "Communisme", idéologie à prétention salvatrice de l'Humanité et du "Genre" humain ? Ils sont tout à fait surprenant, enfin presque, dans leur évolution ! Darwin serait certainement très intéressé.
N’ajoutons pas trop sur l'aspect démocratique, qui apparemment ne se transmet pas spontanément, ni naturellement chez hyper conditionnés issus de grands pères et grands mères bolcheviques, qu’ils soient baïonnettistes ou intellectuels ! L’un n’empêchant pas l’autre ! Et qui plus est, du KGB ! Un comble pour ces élites du communisme, qui lui et ses principes, ne semblent pas se transmettre génétiquement, ni intellectuellement, ni idéologiquement mais bien en fonction d’intérêts, tout à fait humainement ordinaires ! Pour le Peuple russe le communisme n'a plus d'à venir à construire _ Essayez de faire croire l’inverse aux moujiks ?_ sinon un nouveau règne de prédateurs, issus du sérail des soi-disant partageurs !...
Chanter « l’Internationale » doit mettre mal à l’aise si l’on reprête, un instant, attention au sens des paroles…
Vos "Analyses et critiques "concernant l'Avenir radieux de la table vide du passé, qui nous promettait des lendemains chantant, m'intéressent !!! Ce qui se passe en Russie est tout de même riche d’instructions concernant la modélisation de l’après- communisme des sociètés…et des Hommes !
Voulez-vous que ce serait différent en France ?
(0) 

SPERED DIEUB Le Dimanche 27 novembre 2011 16:56
Le comble c'est que ces mouvances politiques ont des supplétifs bretons, qui par manipulation seraient encore capable de mettre une partie du mouvement breton à leur faire allégeance Par contre il serait intéressant de la part de ABP par exemple de faire une recherche sur le jacobinisme car le terme est utilisé à tort et à travers et il n'est pas toujours synonyme de centralisme .Par contre ils ont été ont été les principaux artisans de la disparition des provinces en temps qu'entités politique ainsi que de la confusion des droits féodaux et des traités d'union tel que celui de 1532 qui était il est vrai une imposture mais pour d'autres raisons !!!
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons