Financement du Conservatoire du littoral: une position de la section UDB Brest / Bas-Léon.
Communiqué de presse de UDB Brest

Publié le 24/07/05 21:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Financement du Conservatoire du littoral: une position de la section UDB Brest / Bas-Léon.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

La section de Brest et du Bas - Léon de l'Union Démocratique Bretonne se félicite de l'attribution au Conservatoire du littoral d'une ressource fiscale pérenne en l'occurrence la taxe sur les bateaux. Cette décision devrait mettre le Conservatoire à l'abri des aléas liés aux arbitrages budgétaires annuels du budget de l'Etat. L'effort à accomplir reste important notamment dans le Pays de Brest qui compte 350 km de côtes, d'Argol à Goulven. En ce qui concerne le Pays de Brest il devient urgent de lancer des acquisitions dans trois secteurs: - Les trois abers, lieu emblématique du littoral breton - Plougonvelin et Locmaria-Plouzané qui subissent une pression foncière liée à la proximité de Brest. - Camaret, haut - lieu du tourisme finistérien. Pour l'UDB, seule une bonne coordination des institutions concernées (Etat, département, communes et intercommunalités) et une utilisation adéquate des outils disponibles (Taxe départementale des espaces naturels sensibles, Schéma de cohérence territoriale du Pays de Brest en cours d'élaboration, loi littoral, zonage des PLU...) pourra permettre d'éviter que le littoral breton ne se transforme progressivement en un nouveau Mur de l'Atlantique.

"Il nous reste le parfum violent d'une patrie à construire" Paol Keineg

Contact : 02 98 05 27 69 - udbbrestbasleon.bzh.bz


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.