Festival Photo de la Gacilly 2015: communautés, cultures et biosphère en voie de disparition

-- Cultures --

Reportage
Par Philippe Argouarch

Publié le 5/06/15 20:25 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
37529_1.jpg
Née en 1933 d’un père italien et d’une mère française, Mirella Ricciardi a grandi au Kenya où son père possédait une ferme de 2000 hectares sur les rives du lac Naivasha. Dans les années 1950-1970, elle a sillonné tout le continent africain, saisissant des scènes de vie qui, par leur intimité, leur dignité, appartiennent aujourd’hui à l’héritage de l’humanité

Kong Fuzi plus connu sous le nom latinisé de Confucius écrivait déjà en 550 av. J-C : «Une image vaut 1000 mots». C'est donc 300 000 mots qui sont affichés sur les murs de La Gacilly du 5 juin jusqu'a la fin septembre. Pour cette douzième édition, le pays invité est l'Italie et le thème est «La terre nourricière : Comment nourrir la planète au XXIe siècle». Deux thèmes partagés avec l'expo Milan 2015.

Encore une fois les plus grands photographes se sont donnés rendez vous pour ce festival photo en plein air, unique en son genre. Le festival avait rassemblé 350 000 visiteurs en 2014, faisant de ce petit village du Morbihan, une destination de renommée internationale.

Les artistes italiens invités sont Mario Giacomelli, Piergiorgio Branzi, Massimo Siragusa, Paolo Ventura, Franco Fontana, Emanuele Scorcelletti, Mirella Ricciardi, Paolo Pellegrin, Alessandro Grassani.

Sur le thème de la terre nourricière, les photographes invités sont : George Steinmetz, Robin Hammond, Matthieu Paley et Peter Menzel.

A ne pas manquer Vincent Munier qui est un des plus grands photographe animalier. Ses photos du monde arctique en blanc sur blanc et des autres 'Grands Nords' vous étonneront. Il a réellement dansé avec les loups. A voir aussi aussi parmi tant de photos exceptionnelles, les clichés extraordinaires de Mirella Ricciardi devenus de rares vestiges d'une ruralité africaine disparue. (voir le site) de sa vidéo qui raconte son histoire. Parallèlement, le musée de Bretagne de Rennes expose quelques uns de ses 400 000 photos et négatifs sur une autre ruralité disparue: celle de la Bretagne d'avant-guerre. Mirella Ricciardi a parlé hier à propos des Maasaï, de «perte de la fierté». Beaucoup de sociologues pensent que c'est aussi le cas des Bretons.

Le festival continue sa tradition de témoignages sur les cultures et les peuples en voie de disparition. À une plus grande échelle, il témoigne aussi de la disparition de notre biosphère. Une disparition qui, elle, risque de nous être fatale.

Document PDF dp_la_gacilly_festival2015.pdf Le dossier de presse. Source : festival Photo
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1462 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.