Festival de Cornouaille : la fête sous le soleil....
Dépêche

Publié le 25/07/06 0:24 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Tout le reportage photo de cette journée de clôture : [PDF1]

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Ce dimanche a été, à l'image de tout le festival, un grand moment de bonheur. La grande parade du matin, tout d'abord, (notre photo) a réuni des milliers de spectateurs le long d'un parcours qui a traversé toute la capitale finistérienne. Bagadoù, danseurs, tous en costumes traditionnels, ont conquis un public émerveillé sous un soleil déjà bien chaud.

La suite de la journée s'est déroulée dans une ambiance festive et s'est achevée par une belle soirée : D'abord sur la place Saint Corentin, ou les spectateurs, emportés par le rythme de la musique, se sont mis immédiatement à danser. Puis, c'est sur la scène de l'espace Gradlon que la magie s'est poursuivie. D'abord avec la superbe prestation de Yann Raoul, auteur compositeur de talent, qui écrit les textes de ses chansons aussi bien en français qu'en breton. On a notamment pu entendre les morceaux de son premier album "Les figurants". Il a ensuite cédé la place à Gilles Servat, qui fête en ce moment ses 35 ans de chansons.

Un Servat en grande forme qui a mélangé, par petites touches, toutes les émotions : de la mélancolie à la colère en passant par des petites pointes d'humour, voir d'ironie...On a découvert ou redécouvert avec plaisir l'univers de cet insurgé de la première heure qui n'a rien perdu de sa fougue et de son dynamisme. Un vrai moment de bonheur ou l'on a pas vu le temps passé, un de ces instants que l'on trouve toujours trop court.

JPT / ABP

Document PDF abp060723cornouaille2.pdf . Source :

mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.