Eau et Rivières de Bretagne propose 10 mesures prioritaires pour sauver l'eau en Bretagne
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 15/10/08 7:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Pesticides, phosphates, nitrates, marées vertes sur nos rivages, 53 % des eaux polluées d'après les standards européens, captages non-conformes, décisions du Grenelle de l'environnement non traduites dans la politique publique de l'eau, découpage d'un bassin Loire-Bretagne incohérent, l'association Eau et Rivières de Bretagne a de l'eau à son moulin et est encore très loin du but de devoir "se dissoudre dans de l'eau de bonne qualité" comme le rappelle son porte-parole.

En réponse à la consultation sur l'eau qui avait débuté le 15 avril et qui s'achève aujourd'hui 15 octobre, Eau et Rivières de Bretagne annonce ses 10 mesures prioritaires, appuyées par une pétition (voir le site) qui a recueilli 5000 signatures et l'adhésion de 101 associations :

Les 10 mesures urgentes proposées sont :

1. Supprimer l'utilisation de tous les détergents contenant des phosphates au plus tard en 2010 ;

2. Protéger intégralement l'ensemble des zones humides, d'intérêt majeur ou banales ;

3. Systématiser pour les aménagements publics et collectifs, la récupération des eaux pluviales et la réduction des surfaces imperméabilisées ;

4. Développer des politiques d'économies d'eau en préalable à toute création de barrage

5. Protéger et remettre en service chaque année au moins 5 captages abandonnés dans chaque département ;

6. Réduire d'un tiers les apports de nitrates à l'amont des baies envahies par les marées vertes avant 2015 ;

7. Mettre en œuvre des systèmes d'agriculture durable sur au moins 30 % des périmètres d'alimentation des captages et, en zone vulnérable, réduire le cheptel au moyen d'aides publiques ;

8. Engager dans chaque département un programme de réduction de l'utilisation des pesticides afin d'atteindre l'objectif de – 50 % fixé par le Grenelle de l'environnement ;

9. Restaurer le paysage bocager et inscrire sa protection dans les documents d'urbanisme pour préserver la biodiversité ;

10. Appliquer, enfin, le principe « pollueur-payeur » aux pollutions diffuses dues aux pesticides et aux nitrates.

(voir le site)

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1953 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.