Du château des ducs à Locronan, un lien symbolique fort pour la réunification
Chronique de Philippe Argouarch

Publié le 24/05/17 7:15 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Il y a deux villes bretonnes qui ont été au coeur de la Duchesse Anne de Bretagne, Nantes où elle est née, où elle a grandi, et où se trouve son reliquaire et Locronan où elle séjourna plusieurs fois. C'est la duchesse alors reine de France qui éleva le village au statut de ville lors de son séjour à Locronan en 1505. Elle vint à Locronan en pèlerinage pour intercéder auprès de Saint Ronan, le saint fondateur de la ville venue d'Irlande au Ve siècle. La reine perdait tous ses enfants en bas âge. Elle s'en remit au saint. En fait il aurait existé une longue tradition des ducs de Bretagne de venir en pèlerinage à Locronan afin d'y obtenir longue vie, bonne santé et large descendance. Jean IV y vint pour célèbrer la naissance de son fils, le futur Jean V . Il exempta les habitants du fouage. Jean V fit le pèlerinage en 1408. François II paya pour les vitraux de l'église et Anne de Bretagne pour la chapelle.

"Anne de Bretagne, reine de France, a obtenu des enfants par l'intercession de ce saint" nous dit Jean Louis de Leissègues de Rozaven. On a aussi retrouvé un calice du XVIe siècle sur lequel est écrit le prénom Anna (le sceau de la duchesse a été effacé) et des tableaux où figurent des hermines qui auraient été des dons de la Reine. Le sanctuaire, la chapelle du Pénity, qui jouxte l'église, aurait été construit à sa demande explicite en guise de remerciement (terminé en 1515) pour la naissance de sa deuxième fille Renée. Le gisant de Saint-Ronan fut transféré de l'église à la chapelle.

Encore aujourd'hui, l'école publique de la ville, autrefois une école privée, se dénomme "École primaire publique Anne de Bretagne".

Une réunification symbolique

Alors que l'exposition Jean Fréour ouvre ses portes à Locronan ( voir l'article ), on peut y admirer un magnifique bronze de la duchesse, légèrement différent de celui devant le château des ducs à Nantes et plus petit. Un prêt de Soazig Fréour, la femme du sculpteur trop tôt disparu. Le Maire de Locronan, Antoine Gabrielle, a vite compris que cette statue était destinée à sa ville. Il lance une souscription et en appelle aux mécènes pour acheter ce bronze dont la valeur est estimée à 20 000 euros. Pour aider contacter la mairie de Locronan.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1274 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.