Dieux et déesses bretonnes, I

-- Histoire de Bretagne --

Chronique de marc Patay Lejean

Publié le 30/03/13 19:05 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Derrière les fêtes, les saints et les rites chrétiens se cachent, à peine, des traditions et des figures antiques. Certains s'en désoleront mais il est réconfortant de voir que cette mémoire humaine, si oublieuse parfois, c'est ce que l'on dit en politique, maintient contre vents et marées, des idoles et des traditions millénaires, contemporaines du néolithique, des mégalithes puis des Celtes.

Après tout, comment une croyance (superstition) pourrait-elle en chasser une autre ?, il n'y a bien souvent qu'un changement d'habit. La mise à bas des temples, remplacés par églises et chapelles, la mutilation des idoles et des stèles, la mise à mort des anciennes castes, l'oubli ou la transmutation des rites anciens, ne sont pas venus à bout, dans notre société bretonne du moins, de comportements mystérieux et déconnectés du passé, emprunt de mystère et de poésie.

Peut-être ne pourrons nous jamais démêler la confusion de ces antiques traditions, échouées dans notre temps. Mais, les choses étaient-elles plus claires à l'époque, pour ces savoirs transmis oralement et si dépendants du local. Ce passé pré-chrétien perdure de mille façons : saints étranges parfois réels, parfois symboliques (Yvi/if, Gwen/blanc/sacré, Houarn/fer, Ivertin/Irlande, Vener/venus), chapelles élevées sur nos « montagnes », étonnant culte de sainte Anne/Ana, de saint Michel terrassant le dragon, remplaçant le cavalier à l'Anguipède et Belen, culte des sources et des fontaines, arbre de mai, feux de la saint Jean, roues enflammées ou de la fortune dans les églises (culte de Jupiter/Taranis, Grannus ou Belen), métaphore du jeu de la Soule/sul (culte du soleil), correspondance des fêtes celtiques et chrétiennes (Imbolc/Chandeleur, Belten/1er mai, Samain/Toussaint), rite du tour de l'église, des tro minihy (Locronan), figures des Triades, des Sept frères et Sept saints, des vierges allaitantes ou couchées, culte des cerfs et des b½ufs, du géant, des nains (korrigans), toponymie antique (bel air), sirènes, morganes dans nos églises, enfer froid, etc.

Nous discernons encore à l'½uvre cette transmution des anciens mythes dans le culte du cerf. Ses bois ou ramures altières, paraient déjà la tête des hommes inhumés dans les tombes mésolithiques d'Hoëdic et de Teviec, gage de résurrection. On sait, en effet, que les bois de cerf tombent chaque année puis repoussent. Bien plus tard; un personnage cornu apparait sur le métal repoussé du fameux chaudron celtique de Gundestrup, le chaudron d'abondance, puis sur le pilier des Nautes de Lutèce. Sur le chaudron, Cernunnos, assis en tailleur à la manière bouddhique puis gauloise, paré d'un torque, exhibe sur son chef, de magnifiques bois de cerf.

Les siècles gallo-romains puis le christianisme l'effacent, mais Cernunnos tient bon. Ce dieu cornu préhistorique, préfigure sans doute Satan et le Diable, et ses cornes, la couronne et la tiare ... mais nous le voyons reparaitre en saint Edern, juché sur un cerf, à Lannedern, en saint Hubert à Cast (chasse de), en saint Thélau, montant un cerf, à Plogonnec, en saint Cornély, protecteur des bêtes à cornes !, à Tourch, Carnac, la Chapelle des Marais, Rochefort en Terre, Pluméliau. Le cerf apparait aussi dans les hagiographies de saint Hubert et de saint Eustache, et c'est encore la biche du roi Marc'h, la légende du cerf de Merlin (Myrddin le sauvage), où le cerf et l'homme sauvage ne font qu'un …

Les Gaulois, nos ancêtres, dans la clairière des cérémonies, entendaient le coup sec de la serpe dorée, la chute du gui dans le berceau des feuillages et dans leurs têtes taries de rêves, plissées comme de vieilles pommes suries, se répandait à nouveau un attirail de songe et de candeur. Nous n'entendons plus les joueurs de Carnyx, cet instrument en tôle de bronze, dans lequel, partant vers la mort, soufflent les guerriers du chaudron de Gundestrup, mais les dieux et les déesses anciennes, sous de nouveaux atours, errent encore, ressurgissent ici ou là et dans les songes qui perdurent.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 7627 lectures.
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 6 commentaires
Patrick Yves GIRARD
Mardi 18 janvier 2022
Remerciements à Marc PATAY LEJEAN pr l'excellence de ses communications sur l'Histoire des Bretons & dl Bretagne et la pertinence des sujets & périodes abordés.
Cordialement.
(0) 
Yann Maneguen
Mardi 18 janvier 2022
Marc Patay déclare qu\'il est athée : je l\'avais deviné en lisant cet article. Parler de \"superstition\" au sujet de la foi chrétienne est insultant et relève du langage maçonnique et de la Révolution française des coupeurs de têtes.
Il faut voir au contraire ces restes des anciennes religions polythéiste ou paninthéistes comme justement une volonté d\'inculturation , terme cher à JP II. C\'est tout à fait clair quand au dogme de la Très Sainte Trinité. Le passage àla religion catholique s\'est fait pratiquement sans heurts, remarquez le bien.
Quant au passage à l\'athéisme, il a fait des centaines de millions de morts depuis la Révolution (ex : 283.000.000 d\'avortements en Chine communiste). Ces religions sont comme des pierres d\'attente du christianisme car elles reconnaissent la pertinence de la loi naturelle (notamment les deux premiers commandements) alors que l\'athéisme ne la reconnait pas ce qui est pur orgeuil.
En ce WE pascal cet article n\'est bien sûr pas un hasard. vous ne craignez pas les foudres de Cernuos à raisons car ce n\'est qu\'une idole de bois mais craignez l\'autre qui sonde les reins et les coeurs.
(0) 
A. Donat
Mardi 18 janvier 2022
Les Gaulois, Celtes acculturés et romanisés qui ont tout lâché, ne sont pas "nos ancêtres", tout juste une couche "celtique continentale" de notre héritage européen.
Nos ancêtres et éponymes (qui ont donné leur nom à notre pays), sont les Brittons.
L'invention de la "Gaule" est une fabrication politique française du XIXe siècle doublée d'un fantasme celtomane.
Les saints fondateurs de Bretagne sont des Brittons, dont certains étaient rapport avec l'Irlande.
La gaulomanie est un instrument de la domination intellectuelle, morale et politique française en Bretagne.
Ne confondons pas paganisme et athéïsme (ils sont incompatibles).
(0) 
/|\Ron Kornôg
Mardi 18 janvier 2022
Encore un ouvrage sur les Celtes! Le commentaire de l'auteur me semble assez survolé et je doute alors de la probité du contenu du livre qui ne convaincra à peine que les touristes aseptisés. Quelques repères connus de tous susciterons, espérons-le, plus de curiosité chez les néophytes qui creuseront la question dans des travaux plus profonds...
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 18 janvier 2022
@donat
Donc si on va dans votre logique s\'il n\'y avait pas eu d\'émigration brittonique, la Bretagne qui après tout aurait pu avoir une autre dénomination n\'aurait pas existée et ne pourrait pas être envisagée comme un pays indépendant ???,la réalité ethnique si elle est une composante n\'est pas la seule, la position géographique la situation géopolitique en fonction d\'une approche non statique mais évolutive de l\'histoire sont des paramètres tout aussi importants , même sans émigration brittonique notre péninsule aurait pu avoir son identité comme symbole et réduit de la résistance d\'une culture celtique qui a rayonnée sur une bonne partie de l\'Europe
Sauf à ce que Jules César historien délirait la Gaule a bien été une réalité historique qui ne correspondait pas avec le frontières actuelles de l\'hexagone pour exemple la Belgique pays indépendant y était incluse à l\'époque voir des contrées au delà du Rhin avant que les germains ont évincés les celtes
L\'émigration brittonique telle qu\'on l\'entend a été un des éléments déterminants de la genèse de la Bretagne mais pas le seul d\'ailleurs les va et vient étaient fréquents dans l\'antiquité entre les deux cotés de la Manche ou certains peuples comme par exemple les vénètes étaient établis à la fois sur l\'ile et le continent
(0) 
A. Donat
Mardi 18 janvier 2022
Je ne sais pas si la vocation de la Bretagne est d'être étatiquement indépendante, ce n'est pas du tout le sujet. La notion d'Etat est si récente dans l'histoire. Il y a bien d'autre façons d'être "non-dépendants".
Cela dit, après tout, si le territoire géographique dit aujourd'hui 'Bretagne' avait vocation à l'indépendance même sans les Bretons (ha marse ne ve ket diaesoc'h hepte), on pourrait aussi bien soutenir que la France, héritière de la Gaule, a vocation à l'unité (CQFD).
Il est évident que les Bretons sont les héritiers des cultures qui ont formé l'Europe du Nord-Ouest : Magdaléniens et agriculteurs néolithiques, Celtes continentaux, Romains et "romanisés", Brittons et localemnt Scandinaves, Frisons et même Francs. Mais l'identité bretonne dépend des événements majeurs qui ont acompagné la fin de l'Empire romain et la naissance des nations brittoniques modernes. Fait politique, administratif, linguistique et religieux. Effectivement, sans les Brittons, le territoire extrême de la Gaule de l'Ouest eût été un bout de Neustrie, un Maine maritime ou une autre Normandie anglaise.
Il est vain de spéculer. L'histoire a tranché.
La question soulevée est celle de l'idée de Gaule comme notion politique et publicitaire, et pas seulement comme secteur archéologique.
La Gaule fantasmée, c'est une coupe géographique dans l'immense "Celtique continentale", coupe opérée par des universitaires, des politiques et des publicistes français pour des raisons idéologiques : il fallait inventer des ancêtres communs aux citoyen français. Astérix comme caution de l'Hexagonie contre le reste de l'Europe. Cela nuit à la connaissance du monde vieux-celtique dans sa globalité.
Nous ne devrions plus être au temps des 'celtomanes', qui furent jadis nécessaires, et surtout pas à l'ère des manuels scolaires de la France prédestinée.
Détail piquant. Si 'Gallia' est un mot celtique (comme Bohême, Wien ou Dover), 'Gaule' et 'gaulois' viennent des parlers d'Oïl de l'Est. L'origine est un emprunt fait au nom celtique des Uolcae par des Germains afin de désigner leurs voisins d'autres langues, d'où en allemand Welsch "roman", en anglais Welsh, etc. Le Gaulois est le Gallo-romain, le "roman", le Français en devenir.
La mode est à la Gaule et aux Gaulois. Une manie française de plus. Et les Bretons ne marchent pas, ils courent.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.