Des Bretons à l'origine d'un respirateur artificiel de moins de 1 000 euros

Publié le 25/04/20 13:00 -- mis à jour le 25/04/20 19:26
La maire de Nantes soutient le projet :
Le Nantais Quentin Adam explique le projet :
(2214 vues)

Le succès d'une start-up est souvent lié à une symbiose entre des universités et des entrepreneurs, c'est certainement le cas de Google avec l'Université de Stanford mais avant eux de Hewlett-Packard sorti de la même université et de tant d'autres success stories de la Silicone Valley. Une autre garantie de succès est souvent l'open source, c'est le cas du World Wide Web créé en 1993 par le chercheur britannique Tim Berners Lee qui a donné les protocoles à tous. Sans doute le plus grand projet open source au monde et aussi le plus formidable. Finalement, il y a le facteur humain si important, les trois E comme disent les Américains : Education, Expérience et Enthousiasme.

Basée à Nantes, une équipe de 250 personnes a, en moins de 5 semaines, mis au point un respirateur artificiel bon marché, appelé le MAKAIR, pour moins de 1 000 euros, en passe d'être homologué. Un respirateur artificiel coûte normalement environ 45 000 euros et est conçu pour traiter toutes sortes de pathologies respiratoires alors que le MAKAIR est conçu pour traiter uniquement les malades du COVID-19. Vue l'urgence face au Covid-19 et la pénurie de respirateurs en France et à l'étranger, ces ingénieurs ont décidé de mettre au point bénévolement une machine simplifiée et bon marché. L'équipe comprend des startupeurs, des professeurs de l'Université de Nantes et des CHU de Nantes et de Brest, des ingénieurs, ainsi qu'une collaboration avec la région Rhône-Alpes, la région Pays-de-la-Loire et la ville de Nantes qui apportent un soutien financier.

A l'origine du projet, le collectif : Makers for life, comprend Quentin Adam de Clever Cloud et Baptiste Jamin aussi de Nantes, le fondateur de CRISP mais aussi le professeur Pierre-Antoine Gourreau de l'Université et le CHU de Nantes. A noter des ingénieurs de Brest comme Valérian Saliou (cofondateur de CRISP), Vincent Le Cunff (de TRONICO) ou Clément Nicot (de RTSYS) et aussi la présence de Grégory Thibord, responsable de la communication, qui a mis à disposition du collectif le Palace, un espace de coworking nantais.

Le professeur du centre de réanimation et de médecine intensive, Erwan L'Her , du CHU de Brest, aussi chercheur au laboratoire de traitement de l'information médicale de Brest (LATIM) a testé le produit et est "très favorablement impressionné par la conception interne du produit". "C'est très robuste, il y a vraiment que l'essentiel, mais tout l'essentiel" a déclaré le chercheur.

Tout le projet, sauf les pièces d'origine externe, est open-source c'est-à-dire que les plans des pièces produites par des imprimantes 3D sont disponibles sur ce site

Plus de 50 respirateurs ont été construits. Les essais cliniques commencent sous la supervision du CHU de Nantes. Ils seront validés, ou pas, par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Rafig
2020-05-02 13:33:25
C'est bien des bretons car ils affichent l'écharpe aux couleurs du FC Nantes.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.