D'un artiste breton à un politique de Bretagne : Liberté Égalité Fraternité ou la Mort ? Plutôt la mort que la souillure !

BZH - LEF
BZH - LEF
A Monsieur XXXXXXXXX

Maire de XXXXXXXX et

Vice-président du Conseil régional de Bretagne :

Monsieur,

Je tiens d'abord à vous remercier pour avoir pensé à moi, afin de réaliser une oeuvre sculptée à l'entrée de l'école élémentaire Jacques Prévert de votre ville, ce qui montre l'intérêt que vous portez à mon travail de sculpteur. À réception de votre proposition j'ai été partagé devant la nature de la commande, à savoir illustrer la devise républicaine centraliste française " liberté, égalité, fraternité ".

Le sculpteur qui est en moi a tout de suite visualisé les belles valeurs à mettre en exergue, et imaginé les formes possibles de ce travail de commande. Par contre, aussitôt, le militant breton qui est en moi s'est dit que cela était tromper l'enfance, face à la réalité plus sordide que cachent ces trois mots accolés, et dont le sens n'a jamais été respecté par votre république.

En 2000 et 2001 j'ai dû me battre contre un projet d'enfouissement d'ordures ménagères sur le site historique de la bataille de Saint-Aubin du Cormier…

Aucun parti républicain n'est venu à notre aide, les trois principaux étaient à la manoeuvre dans ce projet : PS-RPR-UDF.

Après notre victoire, on nous l'a fait payer par le sabotage de plusieurs entreprises culturelles, dont un festival et une maison d'édition, des menaces et des intimidations… Là j'ai vu le véritable visage de la république française et de ses valeurs…

De façon plus large, la Bretagne morcelée par votre république n'est toujours pas réunifiée, alors que votre parti, comme celui de vos adversaires principaux, a eu tous les pouvoirs…

Nos langues originelles (dites régionales) interdites d'enseignement par votre république dès ses débuts, se meurent, et ce n'est pas les moins de 7 % d'enfants qui apprennent le breton aujourd'hui, qui vont réussir à sauver cette langue celtique nous venant de temps bien plus anciens que celui de la pratique du français récent…

L'histoire de Bretagne n'est pas enseignée, et aucun musée en Bretagne ne parle de nos rois et de nos ducs, qui régnèrent pourtant de façon souveraine pendant prés de sept siècles…

Et là dans mon inventaire récent, je suis très soft puisque je ne parle pas des colonnes infernales, des noyades de Carrier à Nantes sous la Terreur, de Conlie, etc., etc. Je ne parle pas non plus de toutes les exactions envers les autres peuples et nations originelles de l'hexagone, ni des peuples et nations envahis hors de France, avec les soubresauts que l'on connaît, encore visibles aujourd'hui.

Ma devise est " Kentoc'h mervel eget bezañ saotret ", mon hymne le " Bro gozh ma zadoù ", mes bannières les 4 gwenn ha du, mon pays la Bretagne millénaire réunifiée, mon idéal la démocratie et le respect des peuples et des minorités.

Et comme je ne veux pas trahir mes valeurs et mes symboles, vous comprendrez que je ne puisse servir cette devise fallacieuse qui nous a fait tant de mal, et qui continue à en faire.

Vous m'en voyez désolé, je n'ai rien contre vous, mais je vous joins un mémento de deux pages que j'ai rédigé sur son origine et quelques exactions choisies de votre république à l'encontre de mon peuple et de mon pays, qui n'ont rien à envier à celles causées par la monarchie précédente.

Voilà mon inventaire à la Prévert, certes peu sculptural mais totalement sincère.

Très cordialement à vous, dans l'espoir d'une éclaircie future pour tous les peuples et cultures asservis.

A wir galon deoc'h,

Yann Vleiz Ar C'hunff

(Mab Koad Sav Pell ha Tad An Dael)

D'ar 9 a viz C'hwevrer 2017 e Goneg.

Annexe :

1848 - 1880 : Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort !

Liberté, Égalité, Fraternité est la devise de la République française, de la République d'Haïti, de la Grande Loge de France, du Grand Orient de France, du Droit humain et de la Grande Loge Nationale de France, et plus généralement, elle est dite " devise républicaine " de toutes les loges maçonniques françaises.

Elle figure dans l'article 2 de la Constitution française de 1958. La liberté et l'égalité sont posées comme principe dans l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, texte qui fait partie du Préambule de la Constitution de la Cinquième République française (bloc de constitutionnalité). Ces trois mots apparaissent, parmi de nombreuses autres formules, pendant la Révolution française, la première fois dans le Discours sur l'organisation des gardes nationales de Robespierre, imprimé et diffusé mi-décembre 1790, mais jamais prononcé. En 1793, la commune de Paris impose d'inscrire " La République une et indivisible - Liberté, Égalité, Fraternité ou la mort " sur la façade de l'Hôtel de Ville, sur tous les édifices publics de la ville et aussi sur des monuments aux morts.

Cette devise est adoptée officiellement en France une première fois le 27 février 1848 par la Deuxième République, et surtout après 1879 par la Troisième République, inscrite aux frontons des édifices publics à l'occasion de la célébration du 14 juillet 1880.

Ci-dessous, quelques principales dates ne concernant que la Bretagne sous domination républicaine française : ( Parmi de nombreuses autres possibles et une multitude d'affaires… sans mentionner ici les nombreuses autres guerres et occupations coloniales ailleurs dans le monde…)

1790 : 15 février, découpage de la province de Bretagne en 5 départements : Côtes-du-Nord (aujourd'hui Côtes-d'Armor), Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-inférieure (aujourd'hui Loire-Atlantique) et Morbihan (petite mer en breton). Suppression du Parlement Breton le 6 septembre 1790 par Paris ("la France est une et indivisible"). Fin de l'autonomie de la Bretagne.

1793-1794 : la Terreur en Bretagne : Les noyades collectives des Bretons à Nantes de Jean-Baptiste Carrier, et en sud Bretagne (comme en Vendée), les colonnes infernales rasent, massacrent, torturent des villages entiers…

1870 : Mort de nombreux Bretons au camp de Conlie, près du Mans : Constitution de l'armée de Bretagne pour lutter contre les Allemands. Cette armée est abandonnée sans armes dans la boue du camp de Conlie par crainte "que ce soit une armée de chouans".

1902 : Émile Combes interdit l'utilisation de la langue bretonne dans les écoles.

Avant la Première Guerre mondiale, la moitié de la population de Basse-Bretagne ne connaissait que le breton, l'autre moitié étant bilingue breton-français. Aujourd'hui la langue bretonne, toujours très peu enseignée par l'Éducation nationale française, est en danger d'extinction (programmée)… La langue bretonne est aujourd'hui la seule langue celtique à ne disposer d'aucun statut car la République française n'a pas ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et a instauré la loi relative à l'emploi de la langue française dite " loi Toubon ". Chaque année, des rassemblements de plusieurs milliers de personnes demandent l'abrogation de cette loi unique en Europe et la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

1914-1918 : Mort de très nombreux Bretons (Entre 150.000 et 250.000 selon les sources…) aux premières lignes des tranchées, dans un pourcentage bien supérieur à la moyenne française.

1940 : Une centaine de marins de l'île de Sein répondent à l'appel du général de Gaulle et le rejoignent dans la lutte contre les Allemands. Ces Bretons sont les premiers "Français" à s'engager dans la lutte contre l'occupant. Malgré cela, de Gaulle, dissuadé par Debré, ne réunifiera pas la Bretagne à la " libération ", morcelée par Vichy en juin 1941…

1955 : L'histoire de la région artificielle et jacobine " Pays de la Loire " commence en 1955 par arrêté ministériel du 28 novembre 1956 signé sous la Quatrième République en même temps que les autres régions lors de l'instauration des régions de programme, publié au Journal officiel du 6 décembre 1956. Ce découpage administratif, entérinant le morcellement vichyste de la Bretagne, sera conforté par la création des Régions administratives, sous la cinquième république…

1994 : 4-5 février, incendie du Parlement de Bretagne à Rennes, lors d'une manifestation de marins-pécheurs. De nombreux témoignages le confirment : trois départs de feux intérieurs volontaires sur ordre du ministre de l'Intérieur, avec la complicité du Premier ministre et du président de la République... (Aucune fusée de marin pêcheur n'a le pouvoir calorifique et temporel de mettre le feu à d'énormes poutres de chêne à travers d'épaisses ardoises froides d'une nuit de février, surtout de nombreuses heures après le départ des marins pêcheurs... ???)

Les tapisseries endommagées par l'eau des pompiers ont été divisées en deux tas : le premier tas des politiquement correctes, le second tas jugé "nationaliste breton" parlant de l'histoire de la Bretagne indépendante... Le second tas a été incendié dans un atelier de restauration du côté de chez Pasqua.... Les murs de ces tapisseries au Parlement sont aujourd'hui vides...

2000-2001 : Volonté des pouvoirs publics jacobins de réaliser un site d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord-nord-est du champ de bataille de Saint-Aubin du Cormier, où la Bretagne perdit son indépendance en 1488, et où près de 7.500 hommes d'une dizaine de nations européennes sont enterrés.

2017 : Jusqu'à ce jour, aucune volonté républicaine de réunifier la Bretagne, d'enseigner à tous les enfants bretons leurs langues et leur histoire… Aucun musée en Bretagne ne parle de nos rois et ducs Bretons. L'histoire " officielle " de Bretagne vue par la France ne commence qu'avec le mariage d'Anne de Bretagne avec Charles VIII. Avant, silence sur nos 7 siècles d'indépendance… Aucune auto-détermination pour le peuple breton, qui n'est pas juridiquement reconnu comme tel. La totalité de la manne fiscale bretonne est gérée par la république française depuis Paris… Le PIB annuel de la Bretagne est pourtant équivalent à 115 milliards d'euros… Pillage et ethnocide continuent donc… La France est-elle un pays démocratique ? Objectivement il semble que non… Une oligarchie affairiste, centraliste et ethnocidaire sans doute …

Devise française : Liberté, Égalité, Fraternité (ou la Mort ?)

Devise bretonne : Plutôt la mort que la souillure...

(Note : L'image d'illustration est composée à gauche du symbole de ma première association bretonne, que je préside depuis 2002 : MAB Koad Sav Pell, gravé par Marc Simon, et à droite d'une image d'archive de Gallica. Mon travail personnel de sculpteur a pour matière l'acier forgé.)

.
Cet article a fait l'objet de 2647 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

MAB, Musée Archipel Breton

En 2000-2001, notre collectif de défense s'est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord / nord-est du champ de l'importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d'indépendance de la Bretagne. Là reposent environ 8.000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Flamands, Suisses, Espagnols, Basques, Napolitains, Gascons et de nombreux Bretons…. Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n'est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne. Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'oubli sur notre histoire plus que millénaire, nous voudrions que nos impôts ne servent pas seulement à alimenter le gouffre des diverses constructions pharaoniques parisiennes : nous désirerions construire à l'entrée de la Bretagne, prés du site historique de Saint-Aubin du Cormier, traversé par l'autoroute des estuaires A84, un espace muséal sur la bataille, dans son contexte historique, dans un esprit international de développement culturel, économique et touristique. Dans cette attente incertaine, nous avons déjà acquis à travers la Sci Koad Sav Pell, une partie de l'épicentre de la bataille (4 ha 25 a) où se trouvaient les troupes bretonnes et alliées avant l'engagement du combat, et où nous avons commencé la construction d'un parc de sculptures-mémorial sans aucune aide publique. Notre association MAB (fils), Musée Archipel Breton, créée en janvier 2001, est ouverte à tous ceux qui désirent, en un légitime besoin démocratique, offrir aux Bretons et à l'ensemble des visiteurs, une vision de notre riche Histoire Bretonne. ( http://aubin35.free.fr/ ) Taper Musée Archipel Breton dans moteur de recherche d'ABP pour lire tous les articles de MAB!

Vos commentaires :

Yves Bourriaud
Jeudi 9 fevrier 2017

Bravo à notre cher artiste et je suis d'accord avec lui et ses équipes et encore plus !!!

Marine Jaouën W
Jeudi 9 fevrier 2017

On ne peut que remercier le sculpteur Yann Vleiz Mabkuff pour la fermeté et surtout la cohérence de ses propos.

Yann Vleiz ne trahit pas son Pays, sourd aux sirènes pécuniaires, ou à la reconnaissance plus large de son Art.

Trugarez bras.

Une Bretonne reconnaissante de l'engagement et de la probité du sculpteur.

Jacques
Jeudi 9 fevrier 2017

Bel article,

Sans être agressif vis à vis de nos élus, il est temps de leur mettre la réalité en face!

Personnellement, je trouve de plus en plus grotesque de voir nos élus avec leur écharpe Républicaine (symbole d'une idéologie niant le droit des peuples et des nations)!

"Incendie du Parlement de Bretagne" :

Vous évoquez le mise en 2 tas des tapisseries en fonction de leur symbolique lié à l'état breton, puis de la destruction du tas ou la symbolique était trop présente.

J'ai toujours cru, lu et entendu, que le Parlement avait été reconstruit à l'identique et les œuvres d'art sauvées, restaurées et réinstallées...!

Si vos affirmations sont exactes, cela tendrait à démontrer que cet incendie est un acte de "terrorisme" au sens actuel de ce mot et que la mémoire des institutions et de la démocratie bretonne en était l'objet!

(En Europe, ce serait une première...)

Si c'est le cas, il se pose encore une fois la question du silence du Mouvement Breton!

(Cas une telle destruction ne peut pas passer inaperçue!)

Avez-vous des compléments d'information?

Marc Mosnier
Jeudi 9 fevrier 2017

Pourquoi ne pas avoir proposé une sculpture représentant une machine à couper les têtes qui dépassent ?

Jean-Loup LE CUFF
Jeudi 9 fevrier 2017

A Jacques: oui, d'autres compléments d'informations que je ne veux pas développer ici, et sur la destruction ou pillages d'autres œuvres et pièces bretonnes également... Juste ceci: en plus du parlement et des dossiers politiques en attente dans le bureau du juge V. R. , rappelons que le premier autodafé principal a aussi détruit des archives historiques du Parlement Breton autonome... Irremplaçables pour la Bretagne...

Concernant les tapisseries, dans le tas de l'atelier qui n'a pas brûlé, les tapisseries du "Mariage d'Anne de Bretagne avec Charles VIII" par exemple, ou " Du Guesclin" bien sûr, ont été restaurées et aujourd'hui trônent sur les murs du dit "parlement" pour édifier le spectateur... Dans le tas de l'autre atelier à Montrouge, où une douzaine de tapisseries ont subi le second autodafé, il y avait entre autres " Le sacre de Nominoé à Dol de Bretagne" ou "Le retour de Jean IV"... L'emplacement de ces tapisseries détruites est toujours vide aujourd'hui, et pour cause... Les jacobins se donnent beaucoup de mal à détruire notre identité bretonne, mais est-ce réellement possible?

P Le Guern
Jeudi 9 fevrier 2017

Puisque l'on parle au départ de sculpture, on se rappelle également de la "mystérieuse disparition des statues des grands juristes bretons au Parlement de Bretagne de Rennes" comme le soulignait cet article de l'ABP

(voir le site)

Jacques
Vendredi 10 fevrier 2017

@ Jean-Loup le Cuff,

Merci pour ce retour.

A l'évidence, le fait est plus que troublant.

Mais une fois encore, plutôt que d'accuser la République (on connait ses valeurs!!!) je me retournerai vers le Mouvement Breton dont le silence sur ce fait est à l'image de son incapacité à évoquer les institutions de la Bretagne (nos fameux historiens militants au premier plan). Seul KAD et dans une certaine mesure le Cercle Pierre Landais et Mr Melenneg abordent ce sujet, comme si le fait d'avoir été un pays et d'avoir eu un état et des institutions (de les avoir toujours d'ailleurs...) était mal en soit au point d'en devenir un tabou!

(Une parti du problème doit d'ailleurs venir du fait que légalement nous disposons toujours de ces institutions... une vérité qui doit peur à nos historiens militants car elle s'oppose frontalement à la République).

Je ferai encore un parallèle avec les Corses qui évoquent en permanence à qui veut l'entendre leur fameuse constitution et leur Pierre Paoli.... ce qui au regard des 14 siècles d'institutions bretonnes n'est qu'un épis phénomène! Cela démontre l'ampleur de la problématique de l'Emsav (qui à mon sens est aujourd'hui au-moins aussi castratrice que la République).

Sur ce point ce serait d'ailleurs intéressant, si en parallèle du travaille du Parlement de Bretagne pour la rédaction d'une Constitution actualisée, KAD pouvait réaliser quelques articles pour développer la connaissance de nos institutions aux travers des époques (il existe d'ailleurs sur ce sujet un livre, en 5 tome, que je viens par hasard de découvrir).

Je suis convaincu que ce tabou est la raison du blocage intellectuel des Bretons, et encore plus des militants bretons vis à vis de leur estime d'eux-même et de leur légitimité au droit à la Démocratie.

Léon-Paul Creton
Vendredi 10 fevrier 2017

Jacques l'on peut discuter de savoir si le "Mouvement breton" est aussi "castrateur" que la république, ou s'il n'est une fausse "coque" protectrice de nos attributs, car même jouer dans le bac à sable, les coups désordonnés et mal placés, s'est toujours très douloureux!

Bien entendu, Yann Vleiz, je suis plutôt fier de ta réponse à ce vice-président du conseil régional français en Bretagne administrée...et non de BRETAGNE!

Naon-e-dad:
Vendredi 10 fevrier 2017

Effectivement, je me souviens de l'épais brouillard médiatique entretenu autour de l'incendie du Parlement de Bretagne. Au niveau enquête, cela fait penser à l'affaire du chalutier "Bugaled Breizh" qui "disparaitra" quelques années plus tard. Je me souviens aussi de l'affaire des tapisseries, récupérées après l'extinction de l'incendie, et détruites alors qu'elles étaient en atelier de restauration. Vous apportez des éléments troublants sur la "volonté politique" qui aurait décidé de ce "crime" historique et culturel.

J'ai bien envie de rapprocher cette volonté destructrice, et dissimulatrice de l'Histoire, de la gigantesque explosion "accidentelle", ultérieure à l'Annexion de 1532, survenue dans le Château des Ducs de Bretagne (Nantes), dans l'ancienne poudrerie du château précisément , où des archives ducales avaient été entreposées. Idée on ne peut plus suspecte, et comme par hasard! Aujourd'hui, le visiteur même peu attentif, qui effectue le tour du Château ducal par l'extérieur, ne peut que remarquer une reconstruction tardive et légère (sur toute une partie NW des remparts) qui tranche (couleur, matériau, taille des éléments) sur l'ensemble des remparts et qui prouve assez l'étendue d'un sinistre à l'impact politique évident.

Il me vient une idée:

Pourquoi ne pas lancer un nouveau projet de tapisseries modernes reprenant les mêmes thématiques (je suppose que les anciennes ont été documentées et photographiées). En faisant au besoin appel au concours de la population ou de tous ceux qui se sentent en empathie avec la Bretagne. Bien sûr, l'Etat qui apparemment porte une très haute responsabilité dans cette affaire pourrait/ devrait être également sollicité.

L'Histoire n'est pas seulement un ensemble de traces concrètes, c'est aussi une tension vers l'avenir.

Ceux qui veulent supprimer les premières espèrent juguler la seconde. Mais peut-on empêcher la vie? Ar vuhez, daoust hag e c'heller he mougañ? N'on ket evit krediñ an dra-se.

Jacques
Vendredi 10 fevrier 2017

@ Léon-Paul Creton

J'ai pas bien compris la remarque. Mais pour être clair, je reproche au Mouvement Breton de vivre en dehors du monde réel. De tous les mouvements similaires en Europe (ils sont nombreux) et même dans l'Hexagone (exemple Corse), le Mouvement Breton fait figure d' extra-terrestre... C'est un cas unique!

L'exemple des Institutions Bretonnes l'illustre parfaitement!

Avec l'incapacité endémique de nos historiens militants d'aborder ce sujet, privant toute une nation de son auto-estime vis à vis de sa propre capacité à la démocratie!

Je ne peux pas croire que nos historiens n'ont pas conscience du fait!

Autre exemple : Le peu de communication sur les Corses depuis qu'ils ont obtenus leur 50% de vote nationaliste alors que les Bretons s'orientent vers le FN...

Mais je garde l'espoir que le statut d'extraterrestre va finir par nous lasser!

Peut-être quand nous aurons 50% de vote FN que le PS ne sera plus, et que nos militants seront au désespoir...!

Peut-être qu'à ce moment, le sujet de nos institutions (gvt breton issu du peuple et enseignement scolaire de Bretagne) intéressera plus le militant breton que le Bourkini spécialité de Douarnenez et l'apprentissage du français aux migrants!

Léon-Paul Creton
Dimanche 12 fevrier 2017

Jacques je ne vous ai pas oublié ;). Nos points de vue, du moins à partir du mien, vont globalement dans la même direction. Ma remarque n’est qu’un commentaire désabusé à partir de votre référence à la castration, sur le "mouvement immobile breton" qui prétend défendre les intérêts, les idéaux et l’avenir des Bretons.

Le problème de ce "mouvement erratique" c’est qu’il se meut, évolue dans les structures fortifiées de "l’ennemi", et celui-ci ne lui tient pas rigueur de s’être trompé de "forteresse", au contraire il le choie, le chérit, le corrompt et l’annihile en douce ! Du moment qu’il continue à se tromper de combat, de place forte, et qu’il alimente Paris en munitions contre ce qui est et se dit breton, ce tremblement breton peut donc végéter en Bretagne sans problèmes et s’illusionner sur ses activités pro-bretonnes.

La "coque", certains disent "coquille", est une protection utilisée dans plusieurs sports de combat pour protéger les parties sensibles des individus qui s’affrontent. Ce sont celles que l’on peut notamment "castrer", mais comme en France l’on peut avec un seul mot faire un poème, l’on rajoute également comme matière à « castrer » : les neurones, avec la « totale » que représente les dendrites et axones annexes pour que la réflexion ne puisse étendre ses métastases subversives à partir des neurones voisins, auxquels je m’obstine à accorder ma confiance dans leur ténacité naturelle…

La "reptation bretonne" est donc une fausse coquille , un mouvement imperceptible…Un mirage ! Qui ne protège rien de ce qui est essentiel…

Je prie KAD, si je le peux, de ne pas se considérer du Mouvement breton pour l’instant. Du moins surtout pas avant que celui-ci ne soit devenu totalement inerte et inconnu ! Vous y perdriez votre réputation…à construire. (:0)

Nb: Chez le père Ruquier en ONPC, Michel Onfray cette nuit était invité. Pour la promotion de son livre Décadence. Et là des régions asservies il prit la défense. En disant: il faut décoloniser les provinces. Voilà pourquoi pour Michel Onfray, j'en pince! L'UDB en un temps déjà lointain disait Que colonie clairement la Bretagne était! Un rêve paaasse...

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 6 ?

Publicités et partenariat