Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
CPE, 35 heures, et si nos ministres réfléchissaient...?
La vie politique de notre pays est actuellement secouée par l'affaire du "Contrat de Première Embauche", dit CPE. Notre Premier ministre, ne souhaitant évidemment pas perdre la face à un an des présidentielles, se cherche une issue honorable et peine à la trouver. Ses adversaires politiques, ayant tout intérêt à
Jean Yves Quiguer pour Mouvement fédéraliste de Bretagne le 19/03/06 10:15

La vie politique de notre pays est actuellement secouée par l'affaire du "Contrat de Première Embauche", dit CPE. Notre Premier ministre, ne souhaitant évidemment pas perdre la face à un an des présidentielles, se cherche une issue honorable et peine à la trouver. Ses adversaires politiques, ayant tout intérêt à l'affaiblir, ne font évidemment rien pour l'aider.

Ce n'est pas la première fois qu'une proposition de loi risquée est ainsi mise à flot par un gouvernement qui, pour l'opinion publique, prétend en attendre des miracles. Pour ne pas tout mettre sur le dos de la droite, pensons à la loi sur les 35 heures, en son temps annoncée comme porteuse de grands et heureux effets, et qui s'est plutôt révélée un flop, dont les effets négatifs sont encore sensibles, dans nos hôpitaux notamment ; mais il est aujourd'hui difficile d'abroger cette loi : comment revenir décemment sur un "avantage acquis" ? Alors on la contourne par des acrobaties juridiques qui ne satisfont personne.

On se prend à regretter que nos hommes politiques, de droite comme de gauche, ne lisent pas plus attentivement Montesquieu. Dans son ouvrage classique, "De l'esprit des lois", publié en 1748, il nous rappelle (Livre II, Chapitre II) qu'à Athènes comme dans la République romaine, il était possible de décider de lois qui prenaient effet immédiatement, mais ne devenaient définitives qu'au bout d'un an par exemple, délai qui permettait de mieux évaluer leurs effets et conséquences pratiques. Au bout du terme prévu, elles étaient tout simplement confirmées, ou cessaient d'être valides.

Si nos législateurs avaient retenu cette leçon, s'il avaient été moins présomptueux, combien de fièvres la société française n'aurait elle pas évité !

J Y QUIGUER, président du Mouvement fédéraliste de Bretagne

Le Mouvement Fédéraliste de Bretagne plaide et milite pour l'adoption d'une architecture fédérale en Bretagne, en France et en Europe. Membre de l'Union des Mouvements Fédéralistes (UMF), il défend le concept de fédéralisme contractuel dans le cadre des institutions et celui du fédéralisme intégral dans le cadre de la société. LE MFB n'adhère pas à l'idée d'une fédération d'états-nations qui n'est qu'une forme de confédération conduisant aux mêmes échecs que l'actuel état-nation dont nous allons prochainement porter le deuil. C'est ce qui justifie un fédéralisme inspiré de la doctrine contractualiste en opposition avec la doctrine étatiste. Ce qui est bon pour le tout, l'est aussi pour les parties. Il ne saurait exister de fédéralisme européen sans un fédéralisme local, d
Voir tous les articles de Mouvement fédéraliste de Bretagne
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons