Bilinguisme : « Ce n’est pas envisageable ! » Une phrase d’une vacuité à pleurer

-- --

Communiqué de presse de David Grosclaude
Porte-parole:

Publié le 6/01/18 7:16 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

«1114» data-permalink=« (voir le site) » data-orig-file=« (voir le site) » data-orig-size=«3698,549» data-comments-opened=«1» data-image-meta=«{»aperture«:»9.5«,»credit«:»«,»camera«:»PENTAX K200D«,»caption«:»«,»created_timestamp«:»1219980888«,»copyright«:»«,»focal_length«:»18«,»iso«:»1600«,»shutter_speed«:»0.0005«,»title«:»«,»orientation«:»1«}» data-image-title=«banderòla» data-image-description="« data-medium-file=» (voir le site) « data-large-file=» (voir le site) « class=»alignnone size-full wp-image-1114« src=» (voir le site) « alt=»banderòla« srcset=» (voir le site) 705w, (voir le site) 1410w, (voir le site) 150w, (voir le site) 300w, (voir le site) 768w, (voir le site) 1024w« sizes=»(max-width: 705px) 100vw, 705px« />

La co-officialité de la langue corse avec le français « n’est pas envisageable » parce que la langue de la République est le français. Cette affirmation même prononcée par un responsable gouvernemental n’a aucun sens. Quel rapport ? La co-officialité ne tue pas l’officialité, elle la partage. Il faudrait préciser donc que la Langue de la République est le français à l’exception de toutes les autres langues. Et là il faudrait expliquer pourquoi ! Et là le raisonnement deviendrait problématique. Il faudrait reconnaître que l’on ne veut pas partager ou que l’on se refuse à mettre les langues au même niveau. Donc il y aurait une hiérarchie des langues. Des grandes, des belles et à côté des petites et des laides. Je crains que certains le pensent. Mais le diront ils ?

Il faudrait d’abord se demander si ceux qui sont citoyens français mais s’expriment parfois dans une autre langue sont moins citoyens français lorsqu’ils utilisent l’autre langue. Ce serait idiot. Mais certains le pensent sans doute…

Il faudrait peut-être tenter d’expliquer que le français est la seule langue républicaine…et donc que les autres ne le sont pas. Ce serait idiot aussi. Mais je n’exclus pas qu’ils soient nombreux à le penser…

Il n’y a rien à faire,  tout cela est idiot et n’est bâti que sur un présupposé qui est que le français est la langue qui défend des valeurs républicaines alors que les autres risquent de les souiller. Après tout c’est bien ce que disaient Grégoire et Barrère…il y a un peu plus de 200 ans !

La phrase qui consiste à dire que la co-officialité des langues « n’est pas envisageable » cache en réalité le fait que le gouvernement ne veut pas dire que pour lui, il « n’est pas question de l’envisager » ou mieux « qu’il ne veut même pas y penser ».

La question linguistique est une vraie question politique, une vraie question très sensible, hypersensible depuis des décennies et même plus.

Ceux qui sont victimes des préjugés dont nous connaissons la teneur ne « peuvent envisager » aucune autre sortie que la mort de nos langues même s’ils évoquent le droit à un « développement de ces langues.». C’est au cimetière que ce droit sera à même de s’exprimer si on les écoute. J’aimerais voir la tête de ceux qui pensent que la co-oficialité n’est pas envisageable si demain les Canadiens décidaient que la co-officialité du français n’est pas envisageable dans leur État. Ah mais suis-je bête ! J’oublie que les tenants du « ce n’est pas envisageable » sont aussi ceux qui manient cet argument puissant, profond et sans appel qui est : « Mais non, ça n’est pas pareil ! ».

nofollow« href=» (voir le site) «>»</span« border=»0« src=» (voir le site) « /> »</span« border=»0« src=» (voir le site) « width=»1« height=»1" />

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1170 lectures.
mailbox imprimer
logo
Écrivain occitan, journaliste indépendant.

Vos commentaires :

Lucien Le Mahre
Samedi 6 janvier 2018

Nous devons être nombreux, en Bretagne comme en Occitanie et ailleurs, à partager le raisonnement de David Grosclaude concernant la position indéfendable de générations de commis provisoires de la République sur la place des langues en France.

Nos langues régionales sont légalisées officiellement depuis 2008 par l'ajout de l'article 75 à la Constitution. Elles sont reconnues, cela ne veut pas dire qu'elle sont sauvées pour autant quand on voit que moins de 5% de nos enfants apprennent le breton à l'école, mais c'est beaucoup plus en Corse par exemple. Pourquoi ?

La langue française est la "langue commune" de la République, celle que chacun doit connaitre et utiliser sur tout le territoire.

Elle n'en est pas pour autant la "langue unique" par le fait d'une dérive autoritaire inadmissible dans un Etat de Droit.

Le statut de chaque "langue régionale", dans une France démocratique, doit être celui, équitable, de la co-officialité avec la "langue commune" qui reste le français.

laou ar spazher
Samedi 6 janvier 2018

C'est très simple le français se trouve être elle aussi langue minoritaire dans une bonne quarantaine de pays dont plusieurs états européen. Demandons simplement que par juste retour des choses, cette langue ainsi que ces divers patois locaux style jersiais, créole dominicains, cajun en Louisiane etc, soient aussi rayés de la carte. Le bilinguisme n'a pas non plus que des amis au Canada, en Belgique, dans plusieurs cantons helvétiques ainsi que dans le Val d'Aoste italien et le Luxembourg.

Le Maghreb peut se passer de la langue de Molière, et l'Afrique subsaharienne tout aussi bien. En ce moment même un mouvement sécessionniste frappe le Cameroun où les anglophones en on plus que marre de l'impéritie et la suffisance des adeptes locaux du monolinguisme gallo-franco-droitdellhommisme. Le dialecte de l'Ile de France rebaptisé langue des lumières doit revenir dans son cadre naturel celui d'une puissance de second ordre. Ils réussirons peut-être à tuer nos langues ( breton, corse, occitan, alsacien ...) mais nous devons alors tout faire pour qu'ils nous suivent dans la tombe. Nous sommes le dos au mur, il n'est plus question de reculer.

Gouzout a ran ervat ne blijo ket ar pennad-man da lod met bevan a venn lavarout ober choajoù.

Naon-e-dad
Samedi 6 janvier 2018

Que le français soit indispensable comme référence dans un pays tel que celui-ci, nul ne le conteste il me semble. Mais allons plus loin que le simple sort des langues régionales, qui de toute façon - j'en suis convaincu - survivront à leurs tortionnaires.

Si l'on regarde la réalité sociale, nous nous heurtons à une situation inattendue, pérenne, et qui est loin d'être anecdotique . De nos jours, combien de personnes, en situation régulière ou pas, sont quasi incapables d'utiliser l'idiome commun (pas seulement de lire les étiquettes par exemple, comme on le remarque régulièrement dans les rayons de nos supermarchés, mais simplement de parler, de demander des chose simples ou de s'exprimer a-minima)...?

Ces personnes doivent-elles être bannies pour autant? Je ne le pense pas.

Pourtant, l'aveuglement des ennemis de toute langue hors le français, si l'on pousse un peu leur logique mortifère, pourrait le laisser penser. Il faut se rendre à l'évidence: le temps est fini, définitivement fini, où l'on pouvait imaginer que 100% des habitants de ce pays parleraient/parleront un jour sa langue...Mieux vaut se rendre à l'évidence et changer de logiciel (c'est-à-dire abandonner une idéologie qui s'est révélée dévastatrice et de toute façon qui se trouve aujourd'hui en échec).

Ce qu'il faut faire? Admettre que d'autres langues ont désormais droit de Cité dans la vie pratique. Même si la langue française reste la référence, juridique et commune. Elle voisine désormais avec une foultitude de langues (à grande ou faible diffusion, officielles ou pas, standardisées ou pas,...) dans nos villes. Autant en prendre acte. Cela s'appelle faire preuve de réalisme

Et bien sûr dans cette réalité qui s"impose à nous au quotidien, nos langues dites "régionales", à valeur historique et à ancrage géographique circonstancié - celà en plus de leur haute qualité linguistique et intellectuelle (je parle pour le breton) - nos langues régionales ont leur place. Tout à fait spécifique. Leur avenir garantit la qualité revendiquée de la vie dans nos pays. Mais il y a toujours des sourdingues. Tant pis pour eux. Ils passent à côté du monde, et ternissent et affaiblissent la démocratie au passage.

Moi, quand j'entends une personne étrangère ou de couleur différente parler breton, celà me rend heureux. Pas vous?

Un dazont a fell deomp bevañ. Braventez ar bed a fell deomp rannañ. Gwazh-a-se evit an dud ha n'eo ket lemm o spered!

laou ar spazher
Dimanche 7 janvier 2018

J'attends et j'entends les voix du régionalisme de gauche geignard et quémandeur doublé de relativisme post-humaniste . Oui il veulent notre mort en tant que peuple, ils s'en vantent tous les jours dans les cabinets ministériels, les médias, les loges plus ou moins opératives. Cela fait plus de deux siècles que la bourgeoisie parisienne nous a déclaré la guerre, cette guerre a été totale avec les moyens de l'Etat Moloch. Certains ont cru pouvoir renverser la vapeur

en se faufilant dans ce qu'ils appelaient des espaces de libertés, ils se sont simplement égarés.

Nous sommes les héritiers de ceux qui a défaut d'avoir gagné sur le terrain idéologique avaient compris dès le début la teneur des enjeux.

Et je puis vous assurer que nous serons toujours là, soit pour vaincre soit pour être votre mauvaise conscience . Ceux qui voulaient ménager la chèvre et le chou, ceux qui ont éternellement reporté les questions qui fâchent doivent regarder derrière eux et se remettre en question.

Le logiciel politique udébiste nous a mené au bord du gouffre, qu'ils osent encore nous demander de faire un pas en avant vers le progressisme à la sauce armoricaine.

Ceci n'est pas bien entendu une question de personne, ces femmes et ces hommes étaient ( sont ) tout aussi dévoués et courageux que les autres,

mais ils se sont tout simplement trompés, et au regard de l'histoire cela ne pardonne jamais. Plusieurs fois quand j'ai eu l'occasion d'en discuter avec certains de leur responsables ils m'avouaient que leur ligne politique était un pari, pari perdu malheureusement. CQFD

Lucien Le Mahre
Dimanche 7 janvier 2018

Vous abordez la question sous un angle inhabituel et tout-à-fait convaincant.

De mon côté, ce qui me rassure sur la pérennité de la langue bretonne, c'est que depuis un siècle et demi déjà, les Bretons ont tout collecté, tout noté, tout enregistré, tout conservé pour que leur langue ne disparaisse pas dans les sables et qu'elle puisse redémarrer au premier signal politique.

C'est bien entendu ce signal qui fait défaut.

Cordialement

per le moine
Dimanche 7 janvier 2018

Comme il y a beaucoup de commentaires très pertinents je me contente d'ajouter un post scriptum au sujet de la langue la plus proche du breton : le gallois . La langue est maintenant enseignée à TOUS les niveaux dans toutes les écoles et universités du Pays de Galles et je ne pense pas que ce soit un handicap pour la langue anglaise et que la " nation " anglaise soit désormais en péril pour cela . C'est triste de penser qu'une Ministre d'un grand pays européen soit assez petite et primaire , pour ne pas dire primitive , pour parler ainsi ; si le Président de ce même pays est à la hauteur il pourrait montrer son intelligence en cassant immédiatement une aussi petite créature chargée de le représenter .

Lucien Le Mahre
Mercredi 10 janvier 2018

Mon intervention du Dimanche 7 Janvier s'adressait à Naon-e-dad, j'ai oublié de l'indiquer.

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 4 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.