Brocéliande en danger
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 10/11/04 8:03 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

[ABP] Plusieurs centaines de personnes manifestent contre le projet d'un centre d'enfouissement de déchet à Point-Clos, sur la commune de Gaël en Ille-et-Vilaine. La manifestation s'est déroulé samedi 23 octobre à l'appel de l'association Sauvegarde de Brocéliande. Objet de leur mécontentement : le projet de centre d'enfouissement de déchets (non recyclables) soutenu par le Smitcom, une structure gérant les ordures ménagères de 65 communes de la région.

Des associations écologistes s'insurgent contre le projet d'un centre d'enfouissement des déchets ménagers à Gaël près de la forêt de Brocéliande. La déchetterie doit être installée dans le sous-sol de Point-Clos sur la commune de Gaël en Ille-et-Vilaine. L'endroit a déjà servi de zone d'enfouissement jusque dans les années 1990. On y trouve aussi l'usine de compostage des ordures ménagères collectées dans les 66 communes voisines. D'après les initiateurs du projets, les déchets qui seraient enfouis auraient une durée de vie de 25 ans. Les associations écologiques s'inquiètent des conséquences pour la santé des habitants et la dénaturation du site de Brocéliande

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1653 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.