Brit Air malmenée par Air France
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 5/09/12 18:51 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Quand, en 2000, Air France a réussi à s'emparer de la compagnie aérienne bretonne Brit Air, basée à Morlaix, en devenant majoritaire des actions, beaucoup se sont inquiétés. Si Brit Air n'avait pas décidé d'entrer en Bourse en 1998 et était resté une entreprise familiale, celle de Xavier Leclercq, un takeover n'aurait pas été possible et Brit Air aurait pu continuer de rivaliser avec les lignes régionales d'Air France au grand bénéfice des consommateurs. Au mieux Brit Air aurait pu devenit une lowcost pensent certains.

Aujourd'hui, pressé par Air France, en prise à une crise sans précédent, Brit Air va devoir se séparer de 15% de son personnel dont 12 pilotes pour économiser 20 millions d'euros. Pire, Brit Air risque de devoir se fondre avec Airlinair et Transavia et perdre toute son identité.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1116 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 4 commentaires
Paul Chérel
2012-09-06 12:09:10
Et cela arrivera à chaque fois qu'un petit, pour devenir un peu plus gros, s'alliera avec un mastodonte dans les mains de l'ETAT. Je conseille la lecture du livre de Xavier Fontanet, président d'Essilor qui a su grossir tout seul. Mais évidemment avec des adversaires du genre d'Air France, c'est plus difficile. Espérons que des RICHES bretons, si, si , il y en a donneront la main à Brit Air pour qu'elle retrouve ses PROPRES ailes; Paul Chérel
(0) 
Marcel Texier
2012-09-06 19:22:20
Trouvera-t-on, parmi les "Riches Bretons", un patriote qui ait la stature et le courage de Christian Michelsen, l'armateur de Bergen qui, en 1905, à la tête des nationalistes norvégiens, conduisit son pays à l'indépendance ? Cette indépendance, obtenue de manière pacifique, fut suivie de nombreux accords et de relations tout à fait amicales entre la Suède, le pays autrefois dominant et la Norvège devenue libre.
Il est vrai qu'entre la maturité politique de la Suède, très pragmatique, et le délire idéologique français, il y a un monde !
(0) 
Pierre CAMARET
2012-09-07 03:45:53
Moi j' avais ouvert , il y a plusiers annees un Compte a la Banque de Bretagne ( penchant patrio -sentimental) et bien d'office il y a environ 2 mois , mon compte a ete transfere a BNPPARIBAS. Bien sur je savais que Banque de Bretagne , etait deja BNPPARIBAS , mais elle avait garde son Nom comme Agences en Bretagne et a Paris ( une a Montparnasse Of course ).C'est fini
(0) 
Per LeMoine
2012-09-07 21:56:22
Brit Air représente pour moi beaucoup plus qu\\\\\\\\\\\\\\\'un nom , comme aussi Brittany ferries , car je me souviendrai toujours de la visite à mon bureau de Quimper de ces deux bretons , Xavier et Alexis , au moment de ces deux fondations . Ils osaient et étaient braves mais dans le même temps des faux - c... se prétendant bretons , mais copains de leurs colons , mettaient leur fric ( ou leurs bateaux , ou leurs avions ) ailleurs , et souvent au service des colonisateurs .Et c\\\\\\\\\\\\\\\'est ainsi que , comme le dit GLON , la Bretagne crève de la France .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.