Assez de stupidités sur le breton !
Chronique de Christian Rogel

Publié le 25/07/13 16:55 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Xavier Bertrand, ancien ministre UMP, a été accroché verbalement par Naig Le Gars, conseillère régionale UDB, parce qu'il présentait la Charte des langues minorisées comme un ensemble d'obligations supra-nationales (ce qu'elle n'est pas), lors d'une réunion à Quimper, le 23 juillet.

Vieille ficelle de ceux qui font un dieu du français. L'article 2 de la Constitution, hélas voté par les partis dominants, sert de prétexte pour une politique anti-langues régionales des plus implacables que le Conseil d'État s'empresse de déployer avec un acharnement méticuleux et, quelque part, imbécile et contre-productif ( voir l'article ). Pourtant, le français, ni aucune langue, ne doit être considéré comme transcendant, ni, comme un emblème politique. Les langues sont des outils et seul compte le droit de chacun à employer la langue qui lui convienne avec un minimum de respect des autorités.

Maladroitement, Luc Jolivet, responsable UMP à Quimper, tente de voler au secours de son ami politique en prétendant que le breton serait incapable d'exprimer la règle qui régit les courants de Foucault (voir la note), ce qui le disqualifierait pour l'enseignement supérieur. Un professeur de physique enseignant, cette règle en breton à ses élèves voudra bien, sans doute, nous fournir cette traduction qui semble à la portée d'un collégien brittophone.

Ludovic Jolivet, qui n'est pas un opposant au breton aussi déterminé que les caciques UMP et PS parisiens (également Parti de Gauche et Front de Gauche) mentionne que la langue bretonne perd 10 000 locuteurs par an, mais, il devrait savoir que cela n'a aucun rapport avec la création de filières d'enseignement supérieur, puisque ces pratiquants oraux de la langue ne savaient souvent pas la lire ou le faisaient très peu.

La langue bretonne est déjà prête pour la co-officialité et pour l'utilisation dans tous les domaines de la connaissance. Sans remonter aux moines herboristes du 10ème siècle, la création de vocabulaire scientifique est continue depuis plus de 100 ans. Des centaines de textes, d'abord, en archéologie, en ethnologie, en chimie et même sur la physique quantique, ont été publiés.

Le Grand dictionnaire français-breton de 1932 en a été un témoin, relayé par le dictionnaire français-breton de Martial Ménard paru cette année ( voir l'article ). Un vocabulaire scientifique est employé dans les collèges et le lycée Diwan, des manuels de science sont utilisés, des cours de linguistique sont donnés en breton à l'Université et plusieurs thèses ont été rédigées dans notre langue.

Un très complet vocabulaire de médecine existe sous la forme d'un dictionnaire trilingue (français, anglais, breton), intitulé Geriadur ar vezekniezh et de même pour l'informatique (Geriadur ar stlenneg). Deux dictionnaires des médias accompagnent la génération montante de journalistes brittophones qui peuvent obtenir un BTS de communication breton-anglais-français à Vannes. ( voir l'article )

La question n'est donc pas la prétendue incapacité du breton, mais, la situation politique et sociale de la langue. Ludovic Jolivet n'a pas tort de pointer que «la sauvegarde de la langue viendra de la volonté personnelle de chaque Breton», et, pourtant, ses théories approximatives sur le breton, destinées à flatter dans le sens du poil l'électeur UMP ordinaire, pourraient faire croire qu'il serait prêt à monter dans un éventuel corbillard.

On y entend l'écho des paroles infâmes de l'abbé Grégoire en 1794 : «Les habitants des campagnes n'entendent que le bas-breton ; c'est avec cet instrument barbare de leurs pensées superstitieuses que les prêtres et les intrigants les tiennent sous leur empire, dirigent leurs consciences et empêchent les citoyens de connaître les lois et d'aimer la République... L'éducation publique ne peut s'y établir, la régénération nationale y est impossible».

Hugo participe aussi au concours de stupidités en cherchant à décrire un Breton : cet homme à l'½il clair et aux longs cheveux, vivant de lait et de châtaignes, borné à son toit de chaume, à sa haie et à son fossé, ... respectant son maître dans son bourreau, parlant une langue morte, ce qui est faire habiter une tombe à sa pensée. (Quatre-Vingt-Treize). En fils de massacreur de Chouans, il ajoutait dans ce même roman : «La Bretagne est morte, et c'est tant mieux !».

La solution était pourtant simple : enseigner la République en breton. En s'érigeant en ennemie des gens en Bretagne et ailleurs, la République s'est condamnée, elle-même, à être effacée par les monarchies et les dictatures des Napoléons pendant 72 ans.

Christian Rogel

Note: L. Jolivet formule ainsi la règle sur la formation des courants de Foucault «le courant induit est un courant électrique, qui, par ses effets, s'oppose aux causes qui lui ont donné naissance».

L'induction des courants résulte du magnétisme terrestre.

Rappel : les amateurs de stupidités anti-bretonnes peuvent consulter le site de Jean-Pierre Le Mat Contre-culture (voir le site)

C'est fou les nombre des gens célèbres qui y sont ridiculisés...

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2189 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 10 commentaires
Ar Vran
2013-07-25 17:32:42
Tiens encore un Breton qui se p... dessus! Au vue des stupidités qu\'il profère, je ne suis pas sûr que ce Mr. Jolivet ai compris quelque chose au courant de Foucault...
D\'ailleurs peut être que je suis en fait un électron (Breton) qui s\'oppose au courant électrique républicain de France !!!!
Ce qui me désole le plus dans cela est qu\'il y a toujours des idiots au niveau local pour essayer de justifier les idioties proférées par nos soit-disants hommes politiques. Quand les Bretons comprendront-ils que s\'ils veulent un peu de respects, qu\'ils s\'arrêtent de se dénigrer et fassent comprendre haut et fort que des paroles comme celles dites par Mr Xavier Bertrand sont soit scandaleuses ou indignes de quelqu\'un qui ait occuper un poste de Ministre.
et là je revoins tout à fait Mme le Gars.
Er maez ar pseudo pennou braz !
(0) 
Erru Poazh
2013-07-26 02:05:04
Très bonne analyse dans cet article. Ces politiciens locaux aux bottes de leur état-major parisien ne se rendent plus compte du mal que font leur propos intolérants aux bretonnants que nous sommes, présentés en somme comme des sous-Hommes, incapables de vivre dans ce monde (à comparer avec les Africains présentés comme en dehors de l\'Histoire, discours du président Sarko à Dakkar). Dans le même temps, ils flattent avant les élections, et brillent par leur vacuité dans leur politique publique en faveur (de la langue d\'une partie) des citoyens parmi lesquels ils vivent. Ils se chamaillent entre eux pour savoir s\'il faut rénover la station d\'épuration ou faire de l\'enrober sur telle ou tell portion de route, mais ignorent tout de la langue que parlent une partie de leur voisins, depuis au moins 1500 ans. De tels propos outranciers envers les Arabophones seraient sans doute jugés racistes. Mais en tant que Bretonnants, nous, la France ne nous reconnait aucun droit, seul celui de se taire et de mourrir tranquillement sans déranger personne (et encore, pas assez rapidement aus yeux de certaines apparitions médiatiques complotistes).
(0) 
Jo Pevedic
2013-07-26 07:31:16
Copie du mail envoyé à X. Bertrand :
De : Jo PEVEDIC < jo.pevedic [at] gmail.com>
Date : 19 juillet 2013 09:31
Objet : Interview Ouest France Quimper ce matin
À : xbertrand [at] assemblee-nationale.fr
Monsieur Bertrand,
je dois vous avouer ma consternation à la lecture de vos propos dans l'interview que vous avez accordée ce matin aux pages locales Quimper du quotidien Ouest France concernant la ratification de la Charte des langues régionales.
Si comme vous, je pense la démarche des parlementaires PS vouée à l'échec, et partage votre point de vue sur le parti qu'en tirera localement M. Urvoas, ce ne sont pourtant pas ces "petits calculs politiciens" qui nous intéressent sur cette question. En effet, vous vous démarquez essentiellement par votre désapprobation d'une revendication très importante ici.
Votre raideur maçonnique, un tantinet désuète et emprunte d'esprit Bonapartiste, devient outrageante, tant votre voix s'accorde avec les profondeurs de l'Etat (Conseil constitutionnel, Conseil d'Etat, loges maçonniques, organisations syndicales des professions d'Etat, …) qui nient une réalité vécue par une partie des bretons comme étant particulièrement injuste, intransigeante, négatrice d'identité. En gros, nous serions tout juste bon pour le folklore, les costumes, l'élevage intensif mais n'aurions aucun droit à être soutenu par l'Etat pour faire vivre notre langue. Dès lors, cet Etat là, comme la vision que vous portez, doivent être ardemment combattus auprès des bretons et de tous ceux qui sont sensibles à l'expression de la diversité humaine.
Sincères salutations,
Jo le Pevedic
(0) 
Dr LE MEE J L
2013-07-26 08:30:16
Gourc'hemennoù a-berzh an AFB-EKB da Annaig Ar Gars evit bout taget ar sotoni Xavier Bertrand. Gwelañ gourc'hemennoù ivez d' Ar Vran (evurus e vefemp kejañ gantan evit toullañ kaoz hiroc'h) evit e evezhiadennoù hag e ditouroù speredek.
Dr Le Mee / Pennrener AFB-EKB
(0) 
SPERED DIEUB
2013-07-26 11:36:13
Un député UMP défenseur de la cause bretonne brille par son absence est t-il en vacances ??? !!! seule excuse valable et encore . Pourtant cela aurait été une preuve de sincérité de sa part d'intervenir efficacement dans ce débat ou vous cachez vous Marc Le Fur ??? ,
(0) 
Ar Vran
2013-07-26 13:05:07
Pour continuer par rapport à ma dernière intervention:
Mr Jolivet est le candidat UMP à la mairie de Kemper face sûrement à Mr Poignant, du PS.
Il serait plus que temps que lorsque le moment sera venu, les Quimperois arrêtent de voter pour des partis dont le jacobinisme n\'est plus à démontrer.
Pour ceux qui en douteraient encore il suffit de se rémémorrer ce qu\'avait dit Mr Poignant en 2001, à propos de l\'évolution de la langue bretonne en Bretagne «(…)…le côté langue officielle, il faudra m’arracher les dents pour que ça se fasse (…)…») et bien sür maintenant le voilà qui nous rassure sur la charte des langues minoritaires....)
Pourquoi Mr Poignant aurait-il changé d\'opinion. Aurait été touché par la grace entre temps ?
Quant à l\'UMP, inutile de réciter toutes les phrases, car on ne peut pas dire qu\'elle se soit montrée(à part des cas indviduels) en faveur de cette charte.
Le choix? Ne surtout pas voter pour des gens et des partis qui non seulement méprisent la langue bretonne mais osent insinuer que ceux qui la parlent encore sont des primitifs... Il n\'y a AUCUNE excuse à voter pour ces partis!
Un boulevard s\'ouvrirait-il pour la mairie de Kemper en 2014 pour un parti digne des Bretons ???
(0) 
Thibault Doidy de Kerguelen
2013-07-26 16:28:51
A lire ce texte et les commentaires qui suivent, j'ai l'impression que les esprits sont restés figés 30 ou 40 ans en arrière.
A ceux qui affirment que "seul compte le droit de chacun à employer la langue qui lui convienne avec un minimum de respect des autorités.", je répondrais qu'ils scient la branche sur laquelle ils sont assis. Les Français, avec leurs complices de la classe politique bretonne, sont en train de peupler nos villes d'immigrés en provenance du continent africain. Trouverez normal et logique l'enseignement, le balisage et l'édition en arabe sur notre terre bretonne? Pourtant, au nom du principe que vous venez d'énoncer, vous ne pourrez que vous y soumettre. Non, la langue n'est pas qu'un outil, c'est le vecteur d'une culture et, à moins d'accepter la dénaturation de l'un ou de l'autre, elle est indubitablement associée à sa culture, à son peuple et à sa terre d'origine.
Corollaire du précédent, les partis politiques dont l'objet est l'instauration d'une culture de substitution à la culture d'origine impose la langue qui véhicule le mieux cette culture. Ne croyez pas que le PS ou l'UMP soient attachés au français. Ils n'en ont que faire, du français et le maltraitent quotidiennement. Certains d’entre eux n'hésitant pas même à faire enseigner l'arabe dans certaines écoles primaires. Non, ils modifient le français pour en modifier le contenu culturel (exemple: suppression du mot racisme pour en supprimer le concept), créant ainsi une "novlangue" dans laquelle nous avons du mal, bien souvent, à nous retrouver. Comment voulez vous créer des novlangues pour chaque langues "régionale" (je mets régionale entre guillemets parce que j'ai du mal avec le concept de "régions")?
Il ne s'agit donc pas d'une reconnaissance de la langue bretonne ou d'une prééminence de la langue française sur la langue bretonne, mais d'un des axes d'instauration de la dictature qui passe par le contrôle de la langue.
Se battre aujourd'hui pour le breton est le même combat que se battre pour le français. C'est affirmer des langues porteuse de cultures que les adeptes d'une nouvelle civilisation imaginée dans des lieux "discrets" veulent imposer.
(0) 
per Lemoine
2013-07-26 18:03:21
Le Grand dictionnaire breton de fRANCEZ vALLèE a été réédité vers 1980 par l\\\'Association bretonne de culture , co-fondée par MAODEZ GLANDOUR , célèbre écrivain breton , et on peut toujours acheter ce \\\" monoment \\\" à l\\\'adresse ABC . BP3 . 56770 . PLOURAY
(0) 
eugène
2013-07-26 18:52:40
Thibault Doidy de Kerguelen
Hélas,la France et ses sbires a décidé de repeupler le Pays par un apport massif d'émigrés et d'islamistes.
L'éat obéit donc à des objectifs de changement de société (voulue depuis lus de 40 ans
Que l'on soit de Nantes ,Lrient ,Brest ,Vannes ou autres métropoles bretonnes;les rues sont envahies par cette émigration forcenée (on voit des africains de toute nature ).
ASSEZ. l'Etat a trouvé là, la meilleure façon de nettoyer ce pays et cette Province..... et personne ne bougera.....la veulerie est si forte que nous allons tranquillement à notre disparition!
Heureux socialistes français et bretons ,ces gens prendront vos boulots et bientôt vos maisons(voir un pan du "social" des villes"
(0) 
eugène
2013-07-26 18:56:45
Ar Vran
Tous des menteurs et des vendeurs de vent et d'utopie.
Mais le Breton aime ça et le français plus encore.
Cette société est-ellle pourrie pour se vendre ainsi?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.