60 % des habitants de Loire-Atlantique contre la suppression de leur Département

-- Politique --

Communiqué de presse de Conseil général de Loire-Atlantique
Porte-parole: Philippe Grosvalet

Publié le 9/07/14 18:25 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Sondage en Loire-Atlantique sur la réforme territoriale et l'avenir des Départements :

Le récent sondage réalisé par l'Institut CSA du 4 au 6 juin auprès des habitants de la Loire-Atlantique révèle que 60 % des personnes interrogées sont opposées à la suppression du Département.

Selon Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique : « Les habitants de Loire-Atlantique sont profondément attachés à leur territoire, mais il apparaît nécessaire de moderniser nos administrations, tant au niveau national que local. La réforme territoriale doit évoluer, se nourrir d'un débat autre que celui d'une délimitation purement géographique. Le projet de la réforme territoriale doit être un projet cohérent et ambitieux, qui défend l'intérêt de tous les citoyens. Nous avons mis trente ans à bâtir une administration performante au service de tous les habitants et notamment les plus fragiles. L'originalité du Département c'est sa proximité, au service des habitants et des territoires. Le débat sur la réforme territoriale doit permettre d'affirmer toute la pertinence de l'échelon départemental comme le souhaitent nos concitoyens. Le Département de Loire-Atlantique s'engagera pleinement pour cette reconnaissance ».

Réforme territoriale : trois priorités attendues par les habitants de Loire-Atlantique

- Le maintien d'un lien de proximité entre les élu-e-s locaux et les habitants (25 %) :

77 % des habitants de Loire-Atlantique se disent attachés à leur Département (Résultats nationaux : 69 %) ;

- La lutte contre les inégalités territoriales (19 %) :

79 % des habitants de Loire-Atlantique font avant tout confiance aux collectivités locales pour améliorer leur quotidien ;

- La diminution des dépenses publiques liées aux collectivités territoriales (19 %) :

65 % des habitants de Loire-Atlantique font avant tout confiance aux collectivités locales pour gérer efficacement l'argent public (Résultats nationaux : 63 %).

Concernant l'avenir des Départements, le sondage révèle que 73 % des habitants de Loire-Atlantique voudraient être consultés par référendum si le gouvernement l'envisageait.

Consultez les résultats du sondage dans la rubrique Notre actualité sur loire-atlantique.fr : (voir le site)

Page du sondage : (voir le site)

Document PDF cp_sondage.pdf Sondage. 60 % des habitants de Loire-Atlantique contre la suppression de leur Département. Communiqué de presse juillet 2014. Source : Conseil général de Loire-Atlantique
Voir aussi :
mailbox imprimer
Le Conseil général de Loire-Atlantique, département de toutes les solidarités.
Hôtel du Département
3 quai Ceineray
BP 94109
44041 Nantes Cedex 1
Tél. 02 40 99 10 00
Fax 02 40 99 11 48.

Vos commentaires :

Muichka
Mercredi 9 juillet 2014

Oui, c'est bien.

Et 77 % veulent son rattachement à la Bretagne.

yanneutch
Mercredi 9 juillet 2014

Personne n'est dupe, la réforme Hollande-Valls - qui n'est pas la nôtre, rappelons-le - ne prévoit pas la suppression des départements, mais des Conseils Généraux.

Les préfets restent en place, ça devrait suffire à faire comprendre que les départements demeurent.

mais bon hein, quand on veut pas...

M
Mercredi 9 juillet 2014

Pas de suppression des départements avant que la Bretagne soit réunifiée la Loire Atlantique n'a pas à être noyée dans un région encore plus bidon que le PDL§

PY Pétillon
Jeudi 10 juillet 2014

Ce communiqué est révélateur du fait que M Grosvalet et ses suivants, en plus d'être contre la réunification pure et simple, sont peu enclin à l'éventuelle création d'une assemblée unique (B4+LA) proposée par le PSF en Région Bretagne (proposition de JJ Urvoas député PSF, suivi par R Dantec EELV, et soutenu par P Massiot président de la dite région). Même dans le cas de la création (tant voulue par MM Ayrault et Auxiette) d'un Grand Ouest mou...

Comme quoi cette proposition de collectivité unique (assemblée de Bretagne) est loin de faire l'unanimité, même au sein du PSF (de même qu'au sein d'EELV (voir le site) ! Ca sent l'enfumage une fois de plus !

Paul Chérel
Vendredi 11 juillet 2014

M. Grosvalet est un départementaliste. SOIT ! Mais le découpage départemental, datant de 220 ans est-il un bon découpage répondant au 21ème siècle comme proche de la population ? Nous ne sommes plus à l'époque du cheval. Le VRAI et SEUL problème, en France, c'est de savoir qui fait quoi et quels moyens dont il dispose pour le faire. On doit donc décentraliser pouvoirs et moyens vers la collectivité la plus apte à les exercer et c'est sans conteste la région et tant qu'à faire une région dont on reconnaît la spécificité historique, naturelle, culturelle et sociale. La deuxième étape est, pour la région de décentraliser une partie de ses pouvoirs et ses moyens vers une collectivité plus proche de la population et, en Bretagne, mais ce n'est pas la seule région qui en dispose, cette collectivité s'appelle LE PAYS et elle existe depuis tous les temps immémoriaux car correspondant à un besoin naturel des dites populations de réunir efforts et amitiés dans un environnement proche. Et là ce n'est plus le département qui est une invention factice de sans-culottes, découpée à l'emporte-pièce par des technocrates parisiens.. Paul Chérel

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.