Argad : Une nouvelle vague de militants indépendantistes bretons prônant des actions pacifiques

-- Politique --

Nous avons reçu
Par La redaction

Publié le 14/07/12 1:43 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

ABP a trouvé dans sa boîte à lettres une clé USB avec le texte ci-dessous provenant d'une nouvelle mouvance militante qui se nomme Argad. Accompagné de photos, principalement des banderoles non intrusives le long des routes et dans des lieux publics, le texte se présente sous forme de FAQ (questions et réponses).


Argad, une nouvelle génération de résistants bretons

Ur stourmerien nevez e Breizh.


Que signifie Argad ?

Argad est, en langue bretonne, un cri de guerre qui signifie « à l'attaque ! ». N'étant pas un parti politique ou un mouvement classique, nous sommes des activistes tournés vers des actions concrètes afin de montrer que le Peuple Breton n'est pas totalement soumis à la France et par là générer, à terme, une révolution de libération nationale.


Où et quand Argad a-t-il été créé ?

Partant du constat que la démocratie n'est pas appliquée aux indépendantistes bretons, basques, corses, polynésiens, etc. - mêmes pacifiques - les principes d'Argad ont été établis lors d'une réunion secrète dans le Pays de Lorient au printemps 2010 et où les participants étaient masqués.


Comment est organisé Argad ?

Argad est une nouvelle génération de combattants indépendantistes constitués de petits groupes autonomes. C'est ainsi qu'il n'y a pas de chefs avec une organisation pyramidale. Certains groupes peuvent être occasionnellement en liaison, d'autres jamais.


Si Argad n'est pas une organisation de type pyramidal, qui peut parler au nom d'Argad ?

Chaque groupe peut s'exprimer au nom de son groupe s'il reste dans l'esprit qui a conduit au lancement d'Argad. Le groupe qui s'exprime ici a été un des fondateurs de la mouvance Argad au printemps 2010.


Quelle est l'orientation politique d'Argad ?

Argad est apolitique en ce sens que des résistants qui combattent pour la libération de leur pays n'ont pas à choisir obligatoirement une orientation politique de gauche ou de droite. Pour ce combat de libération nationale, les partis politiques nous divisent alors que nous ne sommes qu'un. Mais libre à chacun d'adhérer à titre personnel et par ailleurs à un parti politique breton démocratique.


Quelle est la légitimité d'Argad ?

Nous émanons de la conscience du peuple breton qui, depuis la perte de l'indépendance de la Bretagne en 1532, n'a jamais cessé de générer des résistants. Ipso facto chaque Breton qui décide de combattre est légitimé pour lutter contre le colonisateur et peut donc constituer sous sa propre initiative un groupe de combattants dès lors qu'il adopte les règles simples suivantes :

- résistance civile par des actions qui ne mettent en aucun cas en danger des personnes humaines ;

- réaffirmation de l'indépendance de notre pays ;

- promotion de la langue bretonne ;

- la Bretagne a un territoire constitué des cinq départements bretons (22, 56, 29, 44, 35) ;

- solidarité avec tous les peuples du monde qui combattent pour leur libération ;

- une fois notre libération obtenue, organisation de la Confédération des Pays Celtes Unis dans le cadre de l'Europe.


Quels sont les moyens de résistance utilisés actuellement par les groupes Argad ?

Le groupe interrogé ici préconise, au stade actuel et pour parfaire l'entrainement des plus jeunes, de n'agir que de manière légale par le déploiement de banderoles sur les ponts, de planter des pancartes sur les routes, d'apposer des autocollants et des affichettes, etc. Voici quelques photos d'actions Argad. Il faut aussi prendre des photos des actions et les diffuser sur Internet. Il est possible de voir sous « You tube » quelques actions et mots d'ordre de groupes initiaux.


Envisagez-vous de durcir vos actions ?

Nous constatons que des groupes ont commencé à faire des tags « Bzh Libre, Bzh Dieub » sur l'envers de panneaux routiers, notamment dans le Pays de Lorient. D'autres actions plus dures sont peut-être envisagées par d'autres groupes comme des jets de peinture sur des symboles de l'occupation française tels que les perceptions, les bases militaires, les gendarmeries. A chaque groupe, sous sa propre responsabilité, de définir ses actions de résistance civile et à condition qu'aucun risque à l'égard des personnes tierces ne soit pris. Si des actions dangereuses pour les personnes étaient réalisées, elles ne pourraient provenir que de manipulations de notre ennemi français coutumier de ces faits de provocation et ceci afin de justifier une répression aveugle.


Quels sont les lieux où des groupes de résistance existent ?

Nous ne le savons pas exactement puisqu'Argad est constitué de groupes autonomes sans aucun lien entre eux. Nous constatons en ce juillet 2012 que des actions ont été menées dans le Morbihan, le Finistère et l'Ille-et-Vilaine ainsi que le montrent des photos.


Quel est votre conclusion ?

Chaque Bretonne, chaque Breton doit cesser de s'abrutir dans le cocon de la mondialisation, L'heure est à la révolution ! Si la Bretagne se bat, la liberté est au bout. Ma Breizh stourm, ar Frankiz a zo e penn. Sans combats, il n'y aurait pas de victoires. Hep stourmoù ne vezer ket trec'hioù. Vive la Bretagne libre ! Bevet Breizh dieub !

Cet article a fait l'objet de 7125 lectures.
mailbox imprimer
La redaction de l'ABP
Voir son mur