-- Politique --

Argad : Une nouvelle vague de militants indépendantistes bretons prônant des actions pacifiques

photo 1
Banderole d'Ar Gad.
photo 2
Ar Gad.
photo 3
Ar Gad.
photo 4
Ar Gad.
photo 5
Ar Gad.
photo 6
Ar Gad.
photo 7
Ar Gad.

ABP a trouvé dans sa boîte à lettres une clé USB avec le texte ci-dessous provenant d'une nouvelle mouvance militante qui se nomme Argad. Accompagné de photos, principalement des banderoles non intrusives le long des routes et dans des lieux publics, le texte se présente sous forme de FAQ (questions et réponses).


Argad, une nouvelle génération de résistants bretons

Ur stourmerien nevez e Breizh.


Que signifie Argad ?

Argad est, en langue bretonne, un cri de guerre qui signifie « à l'attaque ! ». N'étant pas un parti politique ou un mouvement classique, nous sommes des activistes tournés vers des actions concrètes afin de montrer que le Peuple Breton n'est pas totalement soumis à la France et par là générer, à terme, une révolution de libération nationale.


Où et quand Argad a-t-il été créé ?

Partant du constat que la démocratie n'est pas appliquée aux indépendantistes bretons, basques, corses, polynésiens, etc. - mêmes pacifiques - les principes d'Argad ont été établis lors d'une réunion secrète dans le Pays de Lorient au printemps 2010 et où les participants étaient masqués.


Comment est organisé Argad ?

Argad est une nouvelle génération de combattants indépendantistes constitués de petits groupes autonomes. C'est ainsi qu'il n'y a pas de chefs avec une organisation pyramidale. Certains groupes peuvent être occasionnellement en liaison, d'autres jamais.


Si Argad n'est pas une organisation de type pyramidal, qui peut parler au nom d'Argad ?

Chaque groupe peut s'exprimer au nom de son groupe s'il reste dans l'esprit qui a conduit au lancement d'Argad. Le groupe qui s'exprime ici a été un des fondateurs de la mouvance Argad au printemps 2010.


Quelle est l'orientation politique d'Argad ?

Argad est apolitique en ce sens que des résistants qui combattent pour la libération de leur pays n'ont pas à choisir obligatoirement une orientation politique de gauche ou de droite. Pour ce combat de libération nationale, les partis politiques nous divisent alors que nous ne sommes qu'un. Mais libre à chacun d'adhérer à titre personnel et par ailleurs à un parti politique breton démocratique.


Quelle est la légitimité d'Argad ?

Nous émanons de la conscience du peuple breton qui, depuis la perte de l'indépendance de la Bretagne en 1532, n'a jamais cessé de générer des résistants. Ipso facto chaque Breton qui décide de combattre est légitimé pour lutter contre le colonisateur et peut donc constituer sous sa propre initiative un groupe de combattants dès lors qu'il adopte les règles simples suivantes :

- résistance civile par des actions qui ne mettent en aucun cas en danger des personnes humaines ;

- réaffirmation de l'indépendance de notre pays ;

- promotion de la langue bretonne ;

- la Bretagne a un territoire constitué des cinq départements bretons (22, 56, 29, 44, 35) ;

- solidarité avec tous les peuples du monde qui combattent pour leur libération ;

- une fois notre libération obtenue, organisation de la Confédération des Pays Celtes Unis dans le cadre de l'Europe.


Quels sont les moyens de résistance utilisés actuellement par les groupes Argad ?

Le groupe interrogé ici préconise, au stade actuel et pour parfaire l'entrainement des plus jeunes, de n'agir que de manière légale par le déploiement de banderoles sur les ponts, de planter des pancartes sur les routes, d'apposer des autocollants et des affichettes, etc. Voici quelques photos d'actions Argad. Il faut aussi prendre des photos des actions et les diffuser sur Internet. Il est possible de voir sous « You tube » quelques actions et mots d'ordre de groupes initiaux.


Envisagez-vous de durcir vos actions ?

Nous constatons que des groupes ont commencé à faire des tags « Bzh Libre, Bzh Dieub » sur l'envers de panneaux routiers, notamment dans le Pays de Lorient. D'autres actions plus dures sont peut-être envisagées par d'autres groupes comme des jets de peinture sur des symboles de l'occupation française tels que les perceptions, les bases militaires, les gendarmeries. A chaque groupe, sous sa propre responsabilité, de définir ses actions de résistance civile et à condition qu'aucun risque à l'égard des personnes tierces ne soit pris. Si des actions dangereuses pour les personnes étaient réalisées, elles ne pourraient provenir que de manipulations de notre ennemi français coutumier de ces faits de provocation et ceci afin de justifier une répression aveugle.


Quels sont les lieux où des groupes de résistance existent ?

Nous ne le savons pas exactement puisqu'Argad est constitué de groupes autonomes sans aucun lien entre eux. Nous constatons en ce juillet 2012 que des actions ont été menées dans le Morbihan, le Finistère et l'Ille-et-Vilaine ainsi que le montrent des photos.


Quel est votre conclusion ?

Chaque Bretonne, chaque Breton doit cesser de s'abrutir dans le cocon de la mondialisation, L'heure est à la révolution ! Si la Bretagne se bat, la liberté est au bout. Ma Breizh stourm, ar Frankiz a zo e penn. Sans combats, il n'y aurait pas de victoires. Hep stourmoù ne vezer ket trec'hioù. Vive la Bretagne libre ! Bevet Breizh dieub !

Cet article a fait l'objet de 7032 lectures.
mailbox imprimer
La redaction de l'ABP

Vos commentaires :

Riwal ar Garff
Samedi 14 juillet 2012

Brav-kaer eo bezañ mennet da zieubiñ ar vro.... mat e ve deoc’h deskiñ ho yezh vroadel da gentañ: n\'eus frazenn vrezhonek difazi ebet en ho testenn!

Jean-Loup LE CUFF
Samedi 14 juillet 2012

Mat tre!

Jean
Samedi 14 juillet 2012

Des transfuges de Breizhistance ou d'Emgann qui veulent encore faire la révolution... Mais quand est-ce que la bretagne en terminera avec cette idéologie dépassée?

Nico
Samedi 14 juillet 2012

Ben dites donc, les symboles de l'occupation Française doivent trembler dans leurs casernes :):)

Ils feraient mieux de balancer des algues vertes, çà ferait toujours çà de - à ramasser

Naonedisuj
Samedi 14 juillet 2012

Des \"transfuges de Breizhistance ou d\'Emgann\" auraient au minimum précisés qu\'ils étaient antifascistes... Donc je ne pense pas non.

Cependant on relève une certaine dose de nostalgie dans le discours et la démarche (des réunions cagoulées??), ensuite sans cracher dans la soupe, 2 ans pour sortir un communiqué de création, ça en dit long sur l\'organisation du mouvement... Amateurisme? Engagements périodiques? Petit nombre de militants? Pour finir la notion d\'organisation a-partisane aurait été plus adaptée, ils ne peuvent être apolitique, puisqu\'ils font de la politique ! à suivre...

bernard guyader
Dimanche 15 juillet 2012

....De toute manière ça ne peut pas être pire que ce que l\'on est depuis des décennies et des décennies .... Actions radicales oui!! malheureusement!!! devrai je rajouter devant tous les échecs que nous connaissons tout en regardant ces egos s\'étendre et se rependre dans les salons des fr\'ancs.B.Guyader

bernard guyader
Dimanche 15 juillet 2012

...Suite ... c\\\'est encore le moment d\\\'adhérer à Skoazell vreizh ...Il vont en avoir besoin....Avec la deuxième puissance atomique au \\\" cul\\\" ... nos anti bagad de lann bihouée vont avoir besoin d\\\'un soutien .B.Guyader

Patrice 22
Dimanche 15 juillet 2012

« une réunion secrète dans le Pays de Lorient au printemps 2010 et où les participants étaient masqués »

Allons bon, il ne manquait plus que ça.

Les clowns masqués sont de retour ! Les ennemis de la Bretagne doivent donc se préparer à mourir ...de rire.

Il y a besoin d'être masqués pour poser une pancarte en carton marquée « Breizh Dieub » ? Vous avez peur que vos mamans vous reconnaissent sur Facebook ?

Pierre CAMARET
Dimanche 15 juillet 2012

@Jean. Jamais , c'est dans les genes des bretons .Des reactions spontanees , l'appel a l'action pour defendre les valeurs bretonnes , Une organisation de Boyscouts, un peu de mystique celte et le pays est sauve .

Et bien Non , ce n'est pas cela ...... cela va finir par ppouff !!!!!!comme d'habitude .

Arzh-bihan
Dimanche 15 juillet 2012

Pierre Camaret Ar Troll,

J'imagine que compte-tenu de votre critique absolument systématique de tout ce qui est breton, vous vous soyez exilé si loin afin de ne plus avoir à souffrir de leurs «gênes» lamentables ?

Quelle force irresistible vous attire à ce point sur ce site si génétiquement suspect ? Vous devriez être au désespoir et prêt à vous «perdre», allez-y donc !

Michel Prigent
Lundi 16 juillet 2012

Apparemment Patrice 22 n'a pas beaucoup pratiqué l'affichage diurne ou nocturne de slogans surtout d'origine politique.

Il devrait savoir que compte tenu des textes en vigueur, tout écrit ou affichage de quelque nature que se soit est interdit sur le domaine public (arbres, accotement, poteaux, bâtiments...) en dehors des panneaux municipaux (quand ils existent) affectés à cet usage.

C'est d'ailleurs ce qu'à signifié à Bretagne réunie de Nantes le Commissariat exaspéré par les campagnes d'affichage et de "panneautage" sur le mobilier public.

L'argument invoqué par les municipalités qui portent plainte (pas trop souvent heureusement) est le coût d'enlèvement de cette "propagande".

Les coltarage, tagage, borborigmes et autres dégradations ne sont pas le fait, à 99% des mouvements bretons.

Dans un pays comme la France, classée 44è en matière de liberté d'expression, il vaut mieux être prudent.

reun
Lundi 16 juillet 2012

militant d\'emgann de la gauche indépendantiste Bretonne, je voudrais réagir à ce groupe dit clandestin d\'Argad, il ne suffit pas de se servir de phrase comme celle-là: si bretagne se bat la liberte est au bout, j\'aurai aimé que l\'on cite l\'auteur de cette phrase, Glenmor, qui a hurler à tous les vents de bretagne et de la france qu\'il était nationaliste sans cagoule et que nous emgann nous avons toujours milité au grand jour, malgré les années noires des années 2000 où l\'état français a tenté de nous criminaliser avec l\'affaire de Quévert.La Bretagne n\'est pas la Corse arrêtez de rêver, notre combat est celui d\'une grande république Bretonne indépendante du jacobinisme.je rappel aussi que des coupes papier à l\'effigie de Glenmor et avec la phrase \"si Bretagne se bat la liberté est au bout\"réalisés en bronze sont à vendre au prix de 30€ pièce plus 5€ d\'expédition.

Pierre CAMARET
Lundi 16 juillet 2012

@ ARZ-bihan . Ah bon vous avez remarque ???.Vous voyez cela fait 50 ans que cela , dure , je dis cinquante avec les memes arguments . Prenez un journal breton de 1962 vous trouverez la meme chose ... entretemps . la Bretagne est toujours divisee , la Bretagne est toujours dirige par des jacobins et vous voulez que je saute de joie . Non .

Je suis parti pour mes deux derniers enfants , que j'ai eu fort tard 50 et 56 ans . Je leur ai donne une autre education . Le fils 28 ans est a Beijing , parle couramment l'Anglais , le chinois ( mandarin) le francais et a une bonne connaissance de l'Allemand. M'a telephone hier soir , Il vient de se mettre au Golfe . Excellent .

Ils seraient restes en Bretagne ?????????? non ils ne meritaient pas cela dans ce monde d'aujourdhui . Moi biensur je ne suis pas heureux , ce 'etait pas mon reve , d'ou l'attachement malgre tout a ce site .

Satisfait de mon explication ???

Patrice 22
Lundi 16 juillet 2012

@ Michel Prigent :

Si, j'ai fait beaucoup d'affichage politique et depuis longtemps - toujours à visage découvert.

Ceux qui invitent à se réunir avec des masques mettent tout le monde en danger :

- Qui sait qui peut se cacher sous un masque, pour proposer n'importe quelle provocation ou action débile sans avoir à s'expliquer ensuite ?

- Quel mépris pour le peuple (breton ou autre) de se masquer pour prétendre parler en son nom !

- Et la mise en danger des quelques pauvres gars et filles qui se laisseraient convaincre de participer à cette ânerie, car le jour où un ahuri quelconque fera encore péter une bombe, les gens masqués seront bien sûr les premiers soupçonnés et arrêtés même s'ils n'y sont pour rien.

La Bretagne a besoin de gens qui travaillent ouvertement pour l'autonomie, la culture, la langue, etc, et ce n'est pas interdit par la loi. Les Bretons n'ont pas besoin de clowns masqués, ni de futurs prisonniers politiques et martyrs contents de l'être.

ex site bretagne.unie.free.fr
Lundi 16 juillet 2012

ridicule mais bon il faut que jeunesse se passe.

Ar Vran
Lundi 16 juillet 2012

Enfin, un premier mouvement qui va utiliser des moyens autres que la soumission . Même si les premières tentatives (panneaux en carton) font sourire, j espère que cela va amener à des moyens plus important de désobéissance civile, car ne l oublions pas, pour faire changer d avis la France sur la Bretagne, il n y a que le rapport de force fait par des bretons conscients. Tout autre tentative est du blabla....

En espérant que ce mouvement fasse tâche d huile....

Michel Prigent
Mardi 17 juillet 2012

En retraite depuis 8 ans, je confirme le constat de Pierre Camaret que j'énonçais récemment à mes collègues de Bretagne Réunie: "Je suis en train, pour rattraper le temps perdu de lire quantité de revues bretonnes (Armor, Breton, Le Peuple Breton...) avant de les distribuer gratuitement dans nos stands...Il n'y a rien à changer dans les commentaires, reportages, analyses contenus dans ces titres (de l'année 2000 env.) sauf la date."

Arguments, revendications, problématiques...tout est connu et archi-connu depuis longtemps...et rien ne bouge parceque "nos" élus NE VEULENT PAS BOUGER, ni même amender à la marge cette "Machine France" qu'ils controlent de A à Z.

Vous voyez chaque jour avec quelle circonspection le nouveau pouvoir socialiste aborde les problèmes cruciaux du moment qui requièrent des réformes urgentes et courageuses; pour l'instant on cré des organismes de concertation, d'études, d'analyses, de prospectives, d'inventaire qui servent surtout à caser les copains, y compris Jospin et...R.Bachelot !.

Concernant la Réforme territoriale, on a d'abord en priorité pris soin de prilégié les intérèts des camarades élus en différant les régionales et cantonales d'un an, récupérant les 2000 élus menacés par la réforme territoriale de Sarkozy, changer le nom des conseillers généraux en départementaux (façon de dire qu'il est hors de question de supprimer les départements), on divise le nombre de cantons par 2, mais on y met 2 élus...Esbrouffe, foutage de G...., agitation stérile pour que rien ne bouge.

Comme prévisible, la gauche qui idolâtre la Révolution française et son idéologie sera encore plus réticente que la droite à oser les réformes structurelles quitte à fâcher Bruxelles.

On l'a vu à Avignon, Hollande n'entend rien lâcher de "notre exception culturelle française", de la défense de la francophonie au niveau international, d'un "grand projet culturel pour la France".

à croire que la gauche se croit au XIXè siècle, quel décalage avec la réalité du monde actuel !

Raymond COANTIC
Mardi 17 juillet 2012

La seule démarche qui vaille est d'adhérer à l'association apolitique BRETAGNE RÉUNIE, et de faire du lobbying bilingue, français- anglais, en matière économique et culturelle auprès de Bruxelles. La France en tant que telle, est en désintégration, en désunion, lente et notable, comme chacun peut le constater. Une Europe Fédérale, avec de grandes Régions, dont la Bretagne RÉUNIFIÉE, voilà la seule voie d'avenir, pour booster l'Economie et éviter les conflits dans une économie mondialisée.

On a là un créneau, qu'il ne faut pas rater. Court-circuiter Paris qui ne veut rien entendre !( Et n'entendra jamais, comme dignes descendants de Robespierre ).

eugène Le Tollec
Mardi 17 juillet 2012

Michel Prigent

Vous étes à BR

et vous ne constatez que maintenant que tout l\'esprit de gauche(et de droite) est encore au XIX siècle et surtout dans la dernière moitié de ce siècle où s\'est vraiment mis en place le jacobinisme d\'état et toutes les applications d\'un socialo communisme français dont la lutte des classes a été l\'apogée au XXsiècle. Ces philosophies d\'une bourgeoisie obsolète ont fait en sorte de détruire véritablement les peuples par l\'asservissement idéologique, et la mise en moule socialo communiste (le moule dela République est devenuun moule d\'idéologie celui du rêve utopique et pour certains idéologues un rêve utopique constructif.

Peut on construire sa sphère de vie sur de l\'utopie,moi je l\'ai toujours élaborée sur du concret,une carrière,une réflexion!

L\'utopie c\'est des rêveries de jeunesse...mais la vie est là pour refroidir les rêves et ça c\'est le monde NORMAL,même celui du hollandais!

Je pense que cette troisième république a fait énormement de mal aux peuples de France (ici on a parlé d\'un Gambetta,mais il y en a eu d\'autres tout puissant dont les préfets et autres serviles d\'une république ,qui ont osé signer des réquisitions pour le déplacement de population bretonne vers le sud Ouest,afin de repeupler la désertification? combien de wagons \"à bestiaux\" sont partis de bretagne?

Et aujourd\'hui ,ils parlent encore des trains partant de paris vers d\'autres destinations!

Allez lire les commandements et règles de la manipulation des masses!édifiants

Tous l\'on pratiqué et la pratiquent encore!

Pour certaines élites de pouvoir c\'est la seule façon de maintenir un peuple!

Un peuple ne se mène pas par le travail mais par l\'idéologie du rêve.

Le peuple breton n\'a pas été assez muselé!

Mais il demande toujours le baton jacobin!

est ce le principe de stockholm?

e.le Tollec

eugène Le Tollec
Mardi 17 juillet 2012

@tous

les commandements obligeant les élites jacobines et autrespour le maintien du peuple dans le droit chemin.

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

(voir les sites traitant de cet outil)

Den Wal
Mardi 17 juillet 2012

Il y a du monde pour critiquer mais peu pour proposer mieux voire agir.

Alors aux médisants, bougez plutôt votre postérieur !

Keno !

Emilie Le Berre
Mardi 17 juillet 2012

Pour aller de le sens d'Eugene, j'ajouterai

11/ Donner au probleme le nom de la solution, cela permet de confisquer le vocabulaire, ex: si la france est une democratie, quel nom donner à la véritable democratie ?

Faire des recherches sur Zbigniew Brzezinski et le tittytainment, et évidemment lire 1984 d'Orwell

Patrick Chevin
Mercredi 18 juillet 2012

Après les élections, la "Bretagne" touche le fond... Je vous avais prévenus!

On parle de quoi maintenant ?

eugène Le Tollec
Mercredi 18 juillet 2012

Patrick Chevin

Maintenant il faut parler de tous les jacobins bretons (surtout les carriéristes politicards)

Ar Vran
Mercredi 18 juillet 2012

@pierre camaret & Michel prigent

Quand vous dites que l emsav est au même point qu il y a 60 ans, je pense que vous faites fausse route. Arrêtez d être défaitiste...

Par ce que en 60 ans de temps, voilà ce se qui a changé

En Bretagne, il y a 60 ans l y avait de nombreux bretonnants mais qui n étaient pas pour autant pro-emsav, au contraire. Il y a 60 ans, cela faisait \"bien\" de se considérer comme français, car à cette époque, la France était toute puissante, avec de nombreuses colonies et sa voix était écoutée dans le monde entier, le français était considéré comme une langue majestueuse et de progrès. Les bretons bretonnants ont cru qu ils n avaient pas d autre choix que délaisser la langue de leurs ancêtres et offrir un avenir pour leurs enfants. 60 ans après, que s est il passé? La France n est plus considérée, le français est devenue une langue locale et à définitivement perdue face à l anglais, la majorité des bretons de l ouest de la Bretagne ont délaissé leur langue mais ne sont pas devenus plus intelligents pour autant, au contraire...

En plus l union européenne et de plus en plus présente au dépend de l espace français,etc....

La langue bretonne même si elle a perdu une majorité de locuteurs n est pas encore morte et au contraire est enfin considérée comme une potentielle langue nationale, elle a son orthographe codifiée et a des organismes publics chargés de son rayonnement. En revanche, la où il n y a eu aucune progression c est le sentiment patriote breton parmi la population bretonne, car l emsav n à jamais su se rassembler et proposer un programme complet qui servirait d alternative à la France, sans compter que l emsav est confisquée par des groupuscules extrémistes qui servent de repoussoir à la population bretonne. Également les Bretons ont encore honte de se définir comme bretons et préfèrent \"se pisser dessus\" que de défendre leurs traditions et spécificités. C est donc à ce niveau la qu il faut agir c est à dire que les Bretons clament haut et fort leurs spécificités. Pour cela n importe que mouvement qui se crée en Bretagne qui œuvre en ce sens est donc le bienvenue, se abord pour faire comprendre au pleutres bretons qu ils sont d abord bretons mais aussi aux français que les bretons ne sont pas des français...

jules
Lundi 4 novembre 2013

Bravo !!!

Padrig
Samedi 16 novembre 2013

Attention aux dérives, aux infiltrations quasi systématiques dans le mouvement breton. Les services de l'état sont, puissants, nombreux et bien renseignés. Leur but est d'infiltrer, répertorier les individus, démontrer leur liens, les incité à passer à l'action pour les compromettre. Un de leur principal objectif est de criminaliser les mouvements indépendantistes en les faisant passer pour des irresponsables aux yeux de la population bretonne. Le fait d'accepter un paquet d’autocollant, une bombe de peinture... de la par d'une taupe, vous suffit à être classer dans un " réseau ".

Argad à raison d'appeler à la prudence et à la non violence.

Le mouvement breton et la Bretagne auront bien plus à perdre qu'à rester dans la légalité.

Rappelé vous de Quévert et de sont attentat bidon, du parlement de Bretagne à Rennes qui à prix feu par hasard par un fumigène alors que l'on à constaté 3 départs de feu ! Et la liste est longue.

Que l'on prône d'écrire partout en Bretagne le mot: " INDÉPENDANCE " ou autre chose afin d'éveiller les consciences bretonnes ne doit pas vous être suggéré par des inconnus.

Le retour du bâton de l'état et de ses services, concernant ce mouvement des bonnets rouges lié au mouvement des indépendantistes et autonomistes, ne tardera pas à tomber. Et certains pourraient y laisser des plûmes. Méfiance !

PIERRE CAMARET
Samedi 16 novembre 2013

@AR VRAN . Vous avez en partie raison , et vos opinions sont respectables . En 50 ans les choses ont change . Vous le dites et c'est vrai : La France n'est plus une grande Nation ( l'a t-elle ete une fois ??) le francais se perd et les jeunes francais apprennent l'anglais , l'espagnol , le Chinois , l'allemand .

Les pays francophones ne le sont plus : VietNam - Cambodge - Laos - UGanda - Liban etc.....

Mais d'autre part les jeunes Bretons s'expatrient , je les vois arriver, ici en Australie .Non pas , que je sois contre une experience Överseas"bien au contraire .

Defaitiste , oui un peu, biensur ... j'ai vu au cours de ces 50 ans , tant de tentatives echouer ( le CELIB par exemple ) je sens les tentatives du Gouvernement de minimiser le mouvement des Bonnets Rouges et d'en faire une ( des) manifestations revendicatives , OU il negociera des subventions , augmentations de salaires ,la retraite a......Ca le Gouvernement connait bien , et les syndicats , leurs interlocuteurs , seront d'accord . Le Gouvernement francais , va pousser sous le tapis les revendications politiques ( Decider- Reunification - Parlement Breton)au nom des valeurs Republicaines ???? Ah Bon??)

AR VRAN , j'ai eu votre enthousiasme et a l'epoque ai eu beaucoup d'ennuis avec "La Republique ".Evidemment , maintenant je suis plus un spectateur qu'acteur , mais je garde mes idees et soutiens le combat mene pour la Bretagne .Je me tiens informe .

La Chose est sure la France, aujourdhui mal gouvernee, est rentree dans une periode dite de decadence accentuee.. attention : un animal blesse et plus dangereux qu'ún animal qui ne l'est pas . Je demande aux nouveaux chefs Bretons , d'etre extremement vigileants.

Desole , je ne suis egalement pas un adepte de la methode COUE : Pour moi 1 + 1 =2.Attendons la suite .

Independance : je l'ai vu ecrit sur les murs : au Viet Nam : DOC LAP . En Algerie : INDEPENDANCE (oui les algeriens ecrivent encore en francais ).

20 ans
Samedi 16 novembre 2013

Z'en ont pas marre de raconter leur vie, les vieux de la vieille là? Et d'étaler leurs vues d'en haut du panier ? On passe notre temps à entendre qu'on est dépolitisés, qu'on s'occupe que de nos retraites et de nos gueules, et plein d'autres trucs du style. Argad, c'est stylé comme nom. Après, leur projet y a du pour et du contre mais au moins ils en ont un et ils essaient de faire quelque chose. Alors les bblablablas et les "faut que jeunesse se passe" des mecs qui ont tout compris de la vie (et qui ont rendu la Bretagne autonome hein ça c'est sûr), remballez!

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 1 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.