Ar Redadeg 2014 : l'équipe de Loire-Atlantique rentre dans la course

-- Langues de Bretagne --

Reportage
Par Didier Lefebvre

Publié le 12/04/14 11:56 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La Redadeg (la Course, en breton) est cette grande course-relais qui traverse la Bretagne tous les deux ans. Cette année, ce seront 1 530 km qui seront parcourus sans discontinuer, jour et nuit à travers les routes de Bretagne, de Morlaix (29) à Glomel (56).

Le départ sera donné le 24 mai à 16h30. Un petit circuit en boucle de 6 km en ville (attention, il y a des côtes à Morlaix!!!), et hop, le grand tour commence. Direction Guingamp puis Plouagat par le chemin des écoliers, qui sera proche de celui des douaniers par endroit, en effet, la course se dirige vers Perros-Guirrec en passant par Saint-Michel-en-Grèves.

Un circuit qui sillonne les routes de Bretagne

A Plouagat, changement d'équipe locale organisatrice (voir plus loin l'organisation et les manifestations ludiques et culturelles). Le passage du témoin se déroulera au km 113, à 5h26'20''.

Admirez cette précision, supérieure à celle de la SNCF ! Direction Saint-Malo (passage vers 18h30 le 25 mai), puis direction Rennes (traversée à 5h30 du matin le lendemain), et direction Nantes via Redon, et la très symbolique commune de Notre-Dame-des-Landes.

Arrivée dans la Cité de la Duchesse Anne (dont la Bretagne entière célèbre le 500e anniversaire de la disparition (voir notre article)), une nouvelle équipe organisatrice prend la main. Cette équipe, sous la houlette de la toujours très dynamique Korin Rotach, a organisé une réunion de présentation à la presse ce lundi (voir photo, et développement plus loin). La course-relais arrivera à 20h24'20'' place Viarme. Elle aura déjà parcouru 462 km. Elle traversera la ville en passant par différents lieux symboliques de ville, puis repassera place Viarme à 21h37'40 ». Enfin, elle repartira vers Muzillac via Pontchâteau.

A Muzillac, nouveau changement d'équipe organisatrice, on file vers Quimperlé en passant par Vannes, Pontivy et Lorient (je vous l'avez dit, on fait des km et des détours !!!), puis on court vers Telgruc après être passés par Châteaulin, puis avoir traversé le Cap Sizhun du nord au sud, puis Bigoudénie (nord-sud puis sud-nord, Quimper et la presqu'île de Crozon. Ensuite, on fait le tour du Bas-Léon jusque Landivisiau, par Brest, traversée aussi à 5h30 du matin le 30 mai, après 1 200 km, enfin, dernière étape à travers le Centre-Ouest Bretagne, destination Glomel, où l'arrivée est prévue à 17H42' le 31 mai, non sans avoir traversé la commune Carhaix-Plouguer, et salué son bouillonnant maire Christian Troadec (voir notre article).

Pourquoi une telle course-relais ? Pour la défense, le développement et la promotion du brezhoneg, la langue bretonne

Nous précisons tout de suite qu'en Bretagne, il y a deux langues pratiquées (2), le brezhoneg et le gallo (voir notre article), en plus de celle imposée par la Constitution française : la langue française.

Le but de l'association « Ar Redadeg a di da di » (la Course de maison en maison) (voir le site) est de

- Promouvoir l'usage et le développement de la langue bretonne dans la société ;

- Collecter des fonds pour soutenir des projets participant au développement de la langue bretonne.

Pour ce faire, elle organise tous les deux ans, depuis 2008, une course-relais à travers la Bretagne. Ses fonds proviennent de :

- la vente des kilomètres courus

- la recherche de sponsors

- la vente de produits dérivés

- les animations sur le trajet de la Redadeg

- l'utilisation de tous supports de communication susceptibles

La 1ère Redadeg est née en 2008. Elle est née à l'occasion des 30 ans de Diwan (voir le site) et est partie de Nantes (Eh, oui, Nantes, en Bretagne, pour se rendre alors à Carhaix, sur le site du Festival des Vieilles Charrues (voir le site)

Environ 600 km pour cette première course, le pari était osé. L'idée a été empruntée à la Korrika (voir le site) cette super course-relais basque qui existe depuis 1980. Réalisée depuis 1983 toutes les années impaires, la dernière version fut longue de 2 500 km.

Bel outil de promotion et de collecte de fonds pour la langue.

Les autres versions de la Redadeg se sont déroulées en 2010, puis en 2012.

Un principe : l'achat de kilomètres

Les entreprises, à raison de 200 Euro, et les associations et les particuliers, pour 100 Euro, peuvent acheter leur(s) kilomètre(s) !!! Ensuite, ils délèguent quelqu'un qui va le courir. Attention à être à l'heure (voir la précision plus haut). Le coureur, comme dans un véritable relais, portera un témoin, qu'il confiera à son successeur. Toutefois, tout le monde ne souhaite pas courir, auquel cas, la Redadeg se chargera de trouver un coureur parmi d'autres volontaires. Un tee-shirt, d'un merveilleux mauve et vert cette année, avec le numéro du kilomètre est offert.

L'équipe de Nantes de la Redadeg, qui a en charge 143 km (qui traversent 26 communes) en a déjà vendu 886. De la même façon, plus de 800 le sont déjà sur les 1 530 km totaux de la course. Deux mairies ont, à ce jour, acheté des kilomètres. Il s'agit des communes de Saint-Herblain et de Blain. Un seul élu municipal a annoncé qu'il courrait son kilomètre. Il s'agit de Yann Quemener, de Rezé. En regardant la liste des acheteurs sur cette partie sud du territoire breton, on trouve également deux partis politiques : le Parti breton (voir le site) l'UDB 44, (voir le site) ainsi que l'UDB Yaouank section du Pays de Brest et du Léon (voir le site) qui a acheté 5 km au total, un par département breton.

Parmi les entreprises privées acheteuses, nous trouvons la distillerie des Menhirs (à Plomelin) dont les produits sont fameux, mais à boire avec modération (voir le site) les cafés Coïc (voir le site) (pareil, si c'est avant de se coucher), la SARL Koro agence de communication qui soigne bien ici sa comm' (voir le site) Notons aussi que le garage Borgat-automobiles de Vannes (voir le site) met à disposition de l'association deux voitures et deux camionnettes. Nombre d'associations sont également dans la liste des contributeurs, nous invitons les lecteurs à en découvrir la liste (voir le site)

La Redadeg les remercie chaleureusement, et souhaite qu'elles fassent des émules.

On court, et après ?

Après, on se repose. Plus sérieusement, à quoi sert la course ?. Les coureurs étant souvent accompagnés d'amis, ou de camarades associatifs, ou d'autres, en 2012, environ 10.000 coureurs ont été dénombrés. Cela commence à faire du bruit. Partout dans les villes, dans les villages, la venue de la course est l'occasion de faire la fête. Des centaines de personnes peuvent accompagner le coureur et le témoin. On sonne, on chante, on danse...

Cette merveilleuse fête se déroule durant plus de 1 500 km. Bon, honnêtement, à deux heures du matin en pleine campagne, vers Savenay par exemple entre 2H31 et 2H37'40'' du matin, on peut penser que ce sera plus calme. Quoi que ! Quoi que ! Sait-on jamais. Dans les versions précédentes, les organisateurs pouvaient rencontrer quelques sonneurs au milieu de la nuit, qui encourageaient les valeureux coureurs. Cette ambiance festive permanente est la meilleure porteuse et ambassadrice du dynamisme de la langue bretonne, de ses enseignants et de ses apprenants.

Ce témoin, que représente-t-il ?

Ce témoin renferme un message, dévoilé à l'arrivée. En 2008, la merveilleuse chanteuse Nolwenn Korbell avait fait l'amitié de confier le texte de sa chanson Longue (voir le site) . En 2010, c'est Goulc'han Kervella l'écrivain du Pays Pagan devenu acteur dans la troupe professionnelle Ar Vro Bagan. En 2014, c'est l'écrivaine Mich Beyer.

Quel texte sera lu à Glomel ? Rares sont ceux qui ont la réponse. Je ne suis pas de ceux-là.

Une chanson spécifique

A chaque édition, sa chanson. Tout le monde connaît Gweltaz Adeux (voir le site) ancien chanteur du groupe celto-finnois EV (voir le site) . C'est lui l'auteur-compositeur de la chanson de l'édition 2008, puis ce fut David ar Gall en 2010 dont la chanson fur reprise par les Ramoneurs de menhirs (voir le site) enfin Dom Duff www.domduff.com en 2012 (voir le site) Cette année, encore une chanson très rythmée (il faut bien ça pour accompagner les coureurs !!!). La chanson retenue est celle proposée par Alambig Electrik (voir le site) qui nous chante an Alambadeg (voir le site)

Une collecte au profit des écoles Diwan, et d'autres projets

Environ 134 000 Euro doivent être redistribués pour cette version 2014 de la Redadeg. Outre la fédération Diwan, pour moitié, d'autres projets sont aussi retenus, dont les dossiers ont été sélectionnés en 2013. Ces projets ont été présentés par

- An Oaked

- An Alarc'h

- Skol an Emsav

- Blaz Peoducktion

- APLUD

- Div Yezh Bro Roazhon

- Deskin d'an Oadourien (DAP)

Ces projets sont précisés ici : (voir le site)

Une organisation très professionnelle

Organiser une telle manifestation n'est pas chose aisée. Outre la collecte des fonds, les contacts avec toutes le communes traversées, l'organisation du bornage (chaque km doit avoir son panneau, les tee-shirts doivent être remis aux coureurs...), il faut imaginer aussi la sécurité.

Une camionnette accompagne en permanence les coureurs quelques mètres devant. Dans cette camionnette, de la sono, bien sûr (c'est bon pour le moral), mais aussi des volontaires en permanence. Ceux-ci apprennent à sauter en marche, il faut tout prévoir. Ainsi, lorsque c'est un enfant qui court, des bénévoles sautent de la camionnette avant qu'il récupère le témoin, et courent à plusieurs autour de lui, l'entourant d'un cordon ruban rouge. C'est obligatoire, mais c'est justifié, pour la sécurité de nos jeunes. Des stages de préparation ont eu lieu !!! Nous avons vu des démonstrations de la bonne méthode à utiliser pour sauter d'une camionnette en courant !!!

De nombreux bénévoles sont également appelés à accompagner les coureurs en vélo, dans le but de « tracer » leur chemin lors de passages dangereux ou en ville, ou. En effet, une foule nombreuse est attendue dans les villes bretonnes traversées, surtout que des animations sont organisées lors du passage.

Des animations place Viarme à Nantes dès 18h30, et sur différents points du parcours nantais

La course passera deux fois place Viarme à : 20h24'20'' (km 462) et à 21h37'40' (km 473). Différentes animations sont prévues. Des chants, avec l'atelier chants de Kentelioù an Noz (voir le site) de la musique avec les écoles bilingues : Diwan (écoles de Nantes et collège de Saint-herblain), Div Yezh (enseignement public aux Marsauderies, aux Batignolles et au Collège Rutigliano) : (voir le site) et Dihun (enseignement privé à Sainte-Madeleine) : (voir le site)

Le Kan ha diskan sera représenté par Tosser dad ha mab (voir le site) et Geoffroy ha Roue deux couples de chanteurs (3). Enfin, Gweltaz Adeux (rock en breton), dont on a déjà parlé. On voit que la puissance sonore augmente, elle atteindra son paroxysme avec le triomphe des sonneurs, regroupant le couple de sonneurs Bianet/ Le Corre, Bombardes & co (voir le site) le Bagad de Nantes (voir le site) le Naoned district pipe-band (voir le site) et le Cercle breton de Nantes (voir le site)

Le sport n'est pas en reste, avec une prestation de barz yod (le le bâton de bouillie), jeux de force ou assis face à face en tenant le même bâton, il faut tirer son adversaire à soi. J'ai vu un joueur qui ne paraît pas bien costaud, mais qui sait gagner bien souvent des duels face à des apparemment bien plus musclés et plus lourds que lui. Cette animation est orchestrée par la récente et néanmoins excellente association Hentoù Breizh (site en cours de constitution) (les chemins (de fer) de Bretagne qui oeuvre avec bonheur dans le Pays d'Ancenis. Plus inattendu du kung-fu, avec l'association Yezhoù ha yec'hed (langues et santé).

Le football gaélique sera aussi représenté, avec le Naoned football gaélique. Le football gaélique, vous connaissez ? Mélange savoureux composé d'une moitié de rugby et d'une moitié de football, où le jeu est beaucoup moins « viril » (voir le site) et (voir le site) pour quelques images.

Des passages devant des lieux symboliques à Nantes

Entre ses deux passages place Viarme, la Redadeg s'offrira une petite promenade à Nantes, passant devant Ti Keltiek, lieu de rendez-vous de nombreuses associations bretonnes de Nantes, devant l'Hôtel de Ville et le Conseil général de Loire-Atlantique, la Cathédrale et le Château des Ducs de Bretagne (voir le site) l'Agence Culturelle Bretonne (voir le site) le Pont Anne de Bretagne (bien sûr, en cette année Anne de Bretagne : (voir le site) du Comité Anne de Bretagne). Enfin, les Machines de l'Île (voir le site) Après cette promenade, la course ira vers Saint-Herblain, cette commune qui sait tant montrer son amour pour sa région, la Bretagne.

Un flashmob place Royale à Nantes afin de sensibiliser le grand public nantais

Enfin, il faut faire la promotion de cette Redadeg en Pays nantais. Un grand Flashmob est le samedi 12 avril à 16h précises place Royale. Tout est prévu : l'entraînement peut se faire via deux vidéos, une version courte : (voir le site) et une version longue : (voir le site) Une répétition a eu lieu cette semaine.

La fête devrait être grandiose

Tout est donc prêt pour accueillir cette Redadeg, dont le millésime 2014 s'annonce très bien. La fête devrait être grandiose. Des centaines d'associations oeuvrent autour, des milliers de bénévoles s'activent ou courent, la vente de kilomètres se déroule bien, ceci afin afin d'aider les écoles Diwan, et les projets pour le développement de la langue bretonne.

Kalon deoc'h ha Chañs vat deoc'h ivez

Notes

(1) Sur la partie de l'équipe de Loire-Atlantique, à ce jour, un seul élu a annoncé qu'il courrait son kilomètre. Il s'agit de Yann Quemener, de Rezé.

(2) Le brezhoneg (langue bretonne, issue du britonnique, une des deux branches de la langue celtique) est encore utilisé par plus de 200 000 locuteurs, principalement en Basse-Bretagne, mais on en compte plusieurs milliers en Loire-Atlantique et en Ille-et-Vilaine. L'Office public de la langue bretonne (voir le site) a un site très complet qui fournira au lecteur tous les renseignements sur la langue, et les liens nécessaires. Grâce à ses nombreux apprenants, on est convaincu que le nombre de locuteurs peut repartir à la hausse.

La langue gallèse (voir le site) est une langue romane. Le nombre de locuteurs semble être en baisse ; de nombreuses associations se battent pour un nouveeu développement de cette langue, dont Galo Tertot.

Tamm Kreizh (voir le site) est le centre de ressources, d'information et de promotion de la musique et de la danse bretonnes. On peut trouver toutes les informations concernant les chanteurs ou couples ou autres.

Document PDF flyer_redadeg_brezhoneg.pdf Redadeg : flyer des animations place Viarme - e Brezhoneg. Source : Ar Redadeg
Document PDF flyer_redadeg_en_franais.pdf Redadeg : flyer des animations place Viarme - en Français. Source : Ar Redadeg
Voir aussi :
mailbox imprimer