90 organisations de 30 États européens apportent leur soutien à la réunification administrative de la Bretagne
Communiqué de presse de Institut Culturel de Bretagne
Communiqué de presse de Patrick Malrieu

Publié le 15/05/14 9:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Communiqué de presse de l'Institut culturel de Bretagne, section Droit et Institutions. Nantes le 12 mai 2014.

La FUEN (Federal Union of European Nationalities, Union Fédérale des Nationalités Européennes) ou Union fédéraliste des communautés ethniques européennes (1), qui a été fondée à Paris en 1949, rassemble 90 organisations réparties sur 30 États du continent européen. C'est la plus grande assemblée européenne de protection et promotion des minorités, groupes ethniques et communautés linguistiques minoritaires.

Elle ambitionne de représenter et de s'exprimer pour la défense d'environ 100 millions d'Européens, membres de ces différentes minorités (un Européen sur sept).

Autant dire que ses prises de position sont surveillées par les Institutions européennes et de nombreux décideurs politiques.

Elle vient de clore son congrès annuel qui s'est tenu du 7 au 10 mai à Flensburg (Allemagne) en présence notamment de monsieur Hartmut Koschyk, commissaire de la République fédérale d'Allemagne. Des ministres des länders allemands et danois avaient également fait le déplacement, outre quelques fonctionnaires de la Commission européenne.

L'Institut Culturel de Bretagne, représenté par Jean-Pierre Levesque (2), était présent, notamment parce qu'il est partenaire d'une initiative citoyenne européenne nommée Minority Safepack avec la FUEN.

La veille de l'ouverture du congrès, lors d'un marché des minorités, où chaque délégation présente des produits locaux, les sachets de fleur de sel récoltés par Jean-Charles Nicol, paludier à Kervalet en Batz-sur-mer, ont rencontré un franc succès, jalousé par les Danois présents qui n'ont pas manqué de rappeler qu'ils produisent également du sel dans la presqu'île du Jutland, mais le meilleur était à suivre.

Dès son discours d'ouverture du Congrès, monsieur Hans Heinrich Hansen, président de la FUEN, a immédiatement attiré l'attention des congressistes sur la situation de la Bretagne menacée d'être dissoute dans un Grand Ouest, avant d'évoquer la situation en Ukraine.

L'Institut Culturel de Bretagne a pu convaincre les congressistes de l'importance de faire voter une Résolution par l'Assemblée des délégués des organisations et a pu proposer un texte qui, après amendement, a été voté le 10 mai dernier.

Voici sa traduction en français :

Résolution urgente sur la réforme territoriale en Bretagne

Depuis plusieurs mois, le président de la République française et le Premier ministre ont annoncé leur souhait de réduire le nombre de régions administratives pour 2017, en se basant sur un rapport qui propose un maximum de 12 régions. Aujourd'hui il y a 22 régions en France.

Au regard de la réforme des territoires français, l'Assemblée des Délégués de la FUEN appelle le gouvernement français à fermement s'engager pour la réunification administrative de la Bretagne.

L'Assemblée des délégués de la FUEN apporte son soutien au souhait de l'État français d'alléger le poids des trop nombreuses strates administratives sur le territoire français.

En accord avec les valeurs de l'Union européenne, telles que les droits des minorités et le respect de la diversité culturelle et linguistique, et en accord avec les standards européens pour la protection des minorités nationales tels qu'ils figurent dans les Traités du Conseil de l'Europe (comme par exemple la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales), la Bretagne ne devrait pas disparaître, ni être fusionnée avec d'autres régions.

L'assemblée des Délégués demande aux Institutions européennes d'intervenir et de convaincre l'État français qu'il devrait faire coïncider la Bretagne avec ses frontières historiques. (Texte original en PDF : Urgent resolution on territorial reform in Brittany).

Cette Résolution s'ajoute aux votes du Parlement européen sur la situation des droits fondamentaux dans l'Union pour l'année 2012 et de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe qui, en ce début d'année 2014, sont venus confirmer les obligations des États-membres de respecter notamment les territoires historiques des minorités nationales.

S'opposer à la réunification administrative de la Bretagne va désormais devenir un acte de défiance vis-à-vis des Institutions européennes. Difficile ensuite d'obtenir des aides européennes pour faire vivre des territoires que l'on tentera d'imposer aux mêmes Institutions.

En tous les cas, il est réjouissant de constater que les Européens s'intéressent à notre région, et qu'ils confirment que l'Europe a besoin de régions fortes.

Merci pour votre attention.

Jean-Pierre Levesque

(1) (voir le site) de la FUEN

(2) Jean-Pierre Levesque est président de la section Droit et Institutions de l'Institut Culturel de Bretagne et membre de Bretagne Réunie. Tél : 06 62 71 42 48

Notes supplémentaires

- (voir le site) pages des liens, discours, revues de presse… (pas de presse française).

- (voir le site) de Flickr page des photos du Congrès, où vous découvrirez avec eus le bien beau musée de la navigation de Flensburg, une soirée théâtrale, un concert, une soirée anniversaire dansante des 65 ans de la FUEN...

Document PDF resolution_2014.pdf Urgent Resolution on Territorial Reform in Brittany. Flensburg 10 mai 2014. Source : FUEN
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1061 lectures.
logo
Institut Culturel de Bretagne / Skol-Uhel ar Vro. Développement et diffusion de la culture bretonne à l'ensemble de la Bretagne. Colloques, conférences, journées de travail, publications.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.