1ère levée de fonds : 600 000 € d’investissement pour eOdyn dont la technologie d’analyse est la seule au monde à mesure

La startup eOdyn est portée par l'ingénieur Yann Guichoux
La startup eOdyn est portée par l'ingénieur Yann Guichoux

Spécialisée en océanographie opérationnelle et analyse de données massives, eOdyn bénéficie de 600 k€ d’investissement après le succès de sa première levée de fonds de 300 k€, réalisée auprès de Nestadio Capital et de Force29 (Crédit Agricole Finistère). La startup a développé un algorithme permettant de calculer les courants de surface à partir des données de géolocalisation AIS (Automatic Identification System) transmises par les navires. Une technologie de rupture qui n’est pas sans rappeler l’apport de l’IRM en matière d’imagerie médicale : rendre visible, l’invisible. Cette innovation technique ouvre de nombreuses perspectives pour le sauvetage en mer, l’analyse du climat, mais aussi pour réaliser des économies d’énergies en optimisant la route des navires.... L’Ifremer, l’ESA (European Space Agency), CMA-CGM ou Airbus Defence and Space sont d’ores et déjà clients ou partenaires.

Experte en océanographie opérationnelle et fouille de données massives, eOdyn est aujourd’hui la seule société au monde capable de fournir à ses clients des données de courant marins de surface en temps-réel à l’échelle d’un bassin océanique.

La technique innovante mise en œuvre peut à certains égards être comparée à l’IRM dans le domaine de l’imagerie médicale et l’analyse des flux sanguins, rendant pour la première fois la circulation océanique visible et quantifiable sur toutes les mers du globe simultanément…

Grâce au développement de l’e-Navigation, eOdyn reçoit sur ses serveurs et traite en temps réel des données AIS émises par les navires, et peut s’appuyer sur un réseau de collecte d’information international constitué de récepteurs et d’antennes installés le long des côtes ou de satellites évoluant en orbites basses.

L’étude du mouvement des navires et de leurs trajectoires permet de calculer avec précision en haute résolution la dynamique océanique 2.0, qui fournit par analyse numérique des données sur la circulation de surface des océans des zones où elle est souvent méconnue.

« Les courants de surface sont méconnus. Ils circulent de manière permanente au sein des océans et répartissent sur la planète la chaleur emmagasinée par les masses d'eau. Les données que fournit eOdyn enrichissent la connaissance sur les courants et permettront de mieux cerner certains mécanismes liés au réchauffement climatique. C’est une véritable révolution numérique basée sur le big data maritime » souligne Yann Guichoux fondateur d’eOdyn et ingénieur spécialisé en traitement de l’information et en télédétection Appliquée à la sécurité maritime et au suivi des navires.

Transport maritime, industrie offshore, lutte anti-pollution, sauvetage en mer… des données de courants très convoitées

Le procédé d’analyse de données massives exploité par eOdyn a fait l’objet d’une demande de brevet dès 2013. Cet algorithme permet de fournir des données ouvrant de nouvelles perspectives dans de nombreux domaines et secteurs économiques et notamment pour :

- l’optimisation de la route des navires et l’exploitation de courants porteurs pour réduire leur facture énergétique et leurs émissions polluantes (1 tonne de fuel consommée équivaut à 3 tonnes de C02 émises dans l’atmosphère)

- la réduction des risques opérationnels lors d’opérations offshore (les courants marins peuvent provoquer des incidents synonymes de retards de production et de pollutions accidentelles).

- la fourniture de données fiables indispensables à la recherche sur l’évolution du climat pour par exemple apporter des réponses à des questions comme : le Gulf Stream ralentit-il ?, si oui, à quelle vitesse ?,

- l’analyse réaliste de la dérive d’un homme à la mer lors d’une opération de recherche et de sauvetage et la réduction des délais d’intervention.

eOdyn prévoit de mettre en ligne très prochainement une plateforme d’observation temps-réel des courants dans le canal de Sicile, librement accessible.

La levée de fonds réalisée auprès de Nestadio Capital et de Force29 (Crédit Agricole Finistère) va permettre à la startup de développer ces applications, de finaliser sa plateforme de commercialisation de données de courant et de proposer de nouveaux services de mesure du vent et de houle en temps-réel. La startup brestoise a déjà réalisé des études à l’aide de ses données pour le compte de l’Ifremer, l’ESA (European Space Agency) ou Airbus Defence and Space et devrait prochainement collaborer avec des sociétés travaillant dans les domaines pétrolier et gazier. eOdyn a été soutenue depuis sa création par le technopôle Brest-Iroise, la région Bretagne ainsi que l’incubateur Télécom Bretagne /IMT Atlantique de Brest et va pouvoir participer aux programmes du Village By CA qui vient de s’installer aux Capucins à Brest.

www.e-odyn.com

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

VinciCom

Agence de communication globale, relations presse/médias et production de contenus.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 9 multiplié par 3 ?

Publicités et partenariat