Coronavirus, un appel aux parlementaires bretons pour sauver les festivals d'août

-- Territoire --

Appel
Par Eric Léost

Publié le 20/04/20 12:17 -- mis à jour le 20/04/20 14:25

L’Agence Bretagne Presse publie dans son intégralité la lettre ouverte du directeur du Motocultor Festival à l'attention des parlementaires bretons. S’appuyant sur le report du Tour de France, dont le départ est programmé finalement le 29 août, il n’imagine pas qu’un cadre sanitaire n’ait pas été pensé et écrit puisqu’il s’appliquera dès l’organisation du critérium du Dauphiné début août, répétition générale du Tour, qui déplace plus de 4000 personnes par jour. Une réunion du Prodiss, syndicat des professionnels du secteur culturel, a lieu ce lundi. La lettre de Yann le Baraillec, en appelle à l’aide des parlementaires bretons à tout faire pour laisser du temps au temps et attendre au moins la fin mai voire le début du mois de juin pour acter des décisions d’annulation en ce qui concerne le mois d’août. Le MOTOCULTOR qui doit se tenir du 13 au 16 août prochain est toujours maintenu, quitte à s’adapter, revoir les jauges, réorganiser la programmation. Il reste un peu moins de 120 jours et le festival nécessite dix jours de montage. Voici l’intégralité du courrier :

A l'instar du Tour de France, le gouvernement peut encore sauver une partie des festivals du mois d'août !

Que ce soit pour le Tour de France, pour la reprise de la Ligue 1 avec public ou pour les festivals d'août, nous nous demandons tous comment se fera le passage, en toute responsabilité, du «sauvez des vies, restez chez vous» à l'autorisation des grands rassemblements dans trois mois. Envisager un Tour de France fin août, suppose qu'un certain cadre sécuritaire et sanitaire a été pensé. Pourquoi ne pas le partager aux organisateurs de festivals afin qu'ils se préparent au mieux à la tenue de leurs événements ?

L'OMS (Organisation Mondial de la Santé) livre ses préconisations pour les Grands Rassemblements sur les liens suivants :

=>

=>https://www.who.int/publications-detail/key-planning-recommendations-for-mass-gatherings-in-the-context-of-the-current-covid-19-outbreak

Mais cela ne nous suffit pas. Avec d'autres festivals, nous serons force de proposition et nous aurons besoin d'en échanger avec le gouvernement et / ou la préfecture.

Le Tour de France représente un «monument français» mais aussi «le poumon économique du cyclisme professionnel». Son annulation aurait de lourdes conséquences car «Sans le Tour de France, le cyclisme est en grand danger». Le choix de le décaler à la fin de l'été tient compte de l'amélioration espérée de la situation sanitaire. Une condition sine qua non pour une épreuve qui est bien plus qu'une course cycliste, une fête indissociable du public au point que l'hypothèse du huis clos, une course sans spectateurs, s'est éteinte d'elle-même. Le Tour, sommet de la saison cycliste, est surtout indispensable à l'équilibre économique de son sport. Si le Tour n'a pas lieu, des équipes pourraient disparaître, des coureurs et des membres d'encadrement se retrouveraient sans travail.

Le Président a indiqué le 13 avril dernier que « les grands festivals et événements avec un public nombreux ne pourront se tenir au moins jusqu'à mi-juillet ». Le lendemain, le Premier ministre, Édouard Philippe, a même évoqué « la fin du mois de juillet », soit le début du tout nouveau calendrier des courses de préparation pour le Tour de France. Jeudi sur France Inter, le ministre de la Culture annonce que certains « petits festivals » pourraient se tenir « à partir du 11 mai » avant, quelques heures plus tard en audition auprès des sénateurs, de préciser que «c'est certain qu'un grand rassemblement, une fosse avec 3.000 personnes, les uns sur les autres, ce n'est pas imaginable (après le 11 mai ou après le 15 juillet ?).».

En somme beaucoup de confusion sur l'avenir des festivals d'été du mois d'août, alors que pour les grands rassemblements sportifs lié au Tour de France, un calendrier très clair a été annoncé peu après l'allocution du Président. Ainsi le Tour de France est sauvé, mais nous craignons l'annulation pour les festivals d'août.

Nous regrettons ce deux poids deux mesures car la vie économique du pays est à l'arrêt, et aucun secteur n'est épargné, notamment celui du spectacle vivant qui est aussi en grand danger alors qu'il représente »près de 5 milliards de chiffre d'affaires et 135 000 emplois faisant vivre le tissu économique de nombreux territoires" selon le Prodiss. De nombreux festivals souhaitent encore se maintenir en août prochain et il est encore possible de les sauver. Aidez-nous !

Le gouvernement semble vouloir sauver uniquement le Tour de France et l’économie du cyclisme internationale qui ne s'en remettrait pas mais les festivals d'été aux retombées économiques importantes le méritent aussi.

Comment pourrait-il y avoir d'un côté le maintien de grands rassemblements sportifs comme le Critérium du Dauphiné programmé début août et surtout comme le Tour de France à partir du 29 août, qui attire chaque été 10 à 12 millions de spectateurs sur le bord des routes et génère le déplacement quotidien de quelque 4 500 personnes, et de l'autre côté l'annulation de force des festivals d'été de bien plus petite envergure qui souhaitent et peuvent encore se maintenir en août prochain ?

Les festivals d'été, devront-ils, attendre l'arrivée d'un vaccin qui n'arrivera pas avant un an ou deux, dans le meilleur des cas, au risque d'avoir deux ou trois saisons blanches avec les conséquences désastreuses que cela engendrerait pour les entreprises du monde culturel? Un ou plusieurs étés sans festival : cela serait une crise économique fatale pour tout un secteur. Ce serait aussi un crève-cœur pour le public ! Les festivals sont d'utilité publique pour notre bien-être, comme moteurs de la vie économique locale mais aussi du lien social. Après cette période traumatisante que nous sommes entrain de vivre, nous aurons tous besoin de cet exutoire vibrant et ressourçant.

En résumé, l’État vient de sauver le tour de France, il est encore temps de sauver certains festivals d'été du mois d'août 2020. Il y a urgence culturelle, s'il vous plait, aidez-nous car c'est vital pour ce secteur.

Yann Le Baraillec

Motocultor Festival

Responsable programmation et Président association Motocultor Fest Prod

Voir aussi :
mailbox imprimer