Yann Choucq : Il est temps de nous rassembler pour porter d'une voix commune l'affirmation de notre existence en tant que peuple
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 24/07/11 15:14 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Au cours de la remise des colliers de l'hermine ( voir l'article ) l'avocat au barreau de Nantes Yann Choucq co-fondateur de l'association Skoazell Vreizh et militant de la réunification de la Bretagne depuis plus de 40 ans, appelle tous les Bretons à définir les priorités et à se regrouper autour de l'essentiel : "Se rassembler pour porter d'une voix commune l'affirmation de notre existence en tant que peuple".

Reconnaissant que la culture bretonne s'est affirmée au cours des dernières 40 années et est reconnue même à l'international, Me Choucq a déploré la faiblesse du mouvement politique breton. "Le peuple auquel j'appartiens existe bien et il est conscient de son existence mais le problème est que son expression politique n'a jamais été aussi faible".

Le problème est que les Bretons se définissent "Bretons ET quelque chose", déplore Yann Choucq. Le "ET quelque chose" finissant trop souvent par "devenir plus important que l'affirmation d'être breton". "Mettons le ET de côté pour l'instant" a suggéré le brillant avocat.

(voir le site) de son appel sur ABP-TV

Voir la présentation vidéo des 4 herminés (voir le site) sur le site de l'Institut culturel de Bretagne.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2098 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
Emilie Le Berre
2011-07-24 16:44:12
D'accord, et maintenant
Pourquoi?
Qui ?
Comment ?
Quand ?
(0) 
bernard guyader
2011-07-24 21:08:31
Bon dià ... habituellement dès la première breloque ...on s'écrase... on va dans la conformité et puis on oublie "la main qui vous a nourrit " ( Voir L'Orsena for exemple!) .Yann Choucq fait un constat juste et son histoire prouve sa fidélité ...mais peut il faire quelque chose devant les divisions de la " famille politique" bretonne ( hors partie franc , bien sûr ) ., devant l'absence de médias indépendants en Bretagne et une culture qui rame à se renouveler ? Pourquoi pas ? La question reste posée " Comment?" B.G.
(0) 
Yann le Bleiz
2011-07-29 15:11:27
En commentaire d'un autre article, je soulignais l'importance du rôle du Président Breton (actuellement le Président du CR).
Son pouvoir démocratique est l'un des plus faibles parmi les présidents de régions d'Europe.
De plus, les autres régions d'Europe comparables à la Bretagne se battent pour que leur Président et son administration gagne en pouvoir sur l'état central, ce que l'on appelle la subsidiarité.
Même la LA (officiellement séparée) connait et reconnait le Président du CR B4!
Une bonne initiative est faite par la volonté de rassembler les informations statistiques de la Bretagne (LA incluse). Le pouvoir du Président doit se renforcer avec une autorité morale de facto sur la LA (faute de mieux pour l'instant).
Les bretons doivent se rassembler autour de se projet pour demander et exiger qu'il en soit ainsi, pas par communautarisme, mais par respect d'eux-même et par esprit européen.
Comportons-nous en breton, comportons-nous en européen, n'attendons pas des autres les solutions!
Bien sur, tous les bretons, c'est tous les bretons : Les grands, les petits, les modérés, les extrémistes, les gentils, les méchants, les lais et les beaux... L'ensemble de la nation!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.