West-Web Valley aux Vieilles Charrues : mélanger les serviettes et les torchons

-- Economie --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 2/06/18 13:12 -- mis à jour le 02/06/18 15:44

Pour la cinquième fois, la West Web Valley organise en même temps que le festival des Vieilles Charrues, le West Web Festival, un rassemblement hétéroclite de dirigeants d'entreprises internet. Le tout à l'occasion d'un concours de start-up.

Outre le prix exorbitant des conférences, 400 euros pour deux jours, trouver un parking à moins de quatre kilomètres, traverser une foule immense, croiser des individus alcoolisés, des services de sécurité de plus en plus pesants, font de cet événement un parcours du combattant absurde même pour les mordus de la nouvelle industrie internet.

Au programme ? A part pour Christian Guillemot du groupe UBISOFT, on n'y rencontrera principalement que les directeurs français, basés à Paris, d'entreprises américaines comme Google, Linkedin ou Facebook. (voir le site)

La triste réalité est que l'industrie internet française est principalement représentée par les branches françaises des success stories américaines et que, les quelques start-up locales, à l'exception de blablacar et du Boncoin (une licence suédoise du groupe Schibsted en réalité), partent aux USA pour y trouver un financement adéquat et la possibilité de devenir des PME. Certes la West-Web-Valley est dotée, en partenariat avec Arkea, d'un fonds de 35 millions pour investir dans des start-up mais pour le moment on est obligé de constater que rien d'important n'est sorti de ce fonds d'investissement.

La star locale, le mathématicien et informaticien breton Yann Le Cun, directeur de la recherche en Intelligence artificielle de Facebook et prof de l'université de New-York n'a même pas été invitée.

Voir aussi :
mailbox imprimer