Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Un CRS tire en l'air une grenade lacrymogène lors de la manifestation des lycéens à Quimper le 13 décembre . On imagine très bien la trajectoire. Le projectile en redescendant  peut très bien atteindre la tête d'un manifestant, voire un oeil. Des manifestants ont eu aussi les testicules éclatés. On imagine le sort d'un foetus recevant un flash ball.
Un CRS tire en l'air une grenade lacrymogène lors de la manifestation des lycéens à Quimper le 13 décembre . On imagine très bien la trajectoire. Le projectile en redescendant peut très bien atteindre la tête d'un manifestant, voire un oeil. Des manifestants ont eu aussi les testicules éclatés. On imagine le sort d'un foetus recevant un flash ball.
Le LBD PENN ARM LAUNCHER à 6 coups tenu par un CRS (photo desarmons.net)
Le LBD PENN ARM LAUNCHER à 6 coups tenu par un CRS (photo desarmons.net)
- Investigation -
Brutalités policières

17 gilets jaunes ont perdu un oeil par un tir de flash ball depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Le Pen Arms envoie des balles de caoutchouc de 4 cm de diamètre avec une portée de 150 m et une énergie de 180 joules Ces armes peuvent causer des blessures très graves si la tête est atteinte.

Philippe Argouarch pour ABP le 17/01/19 12:39
:
Réalisation :

17 gilets jaunes ont perdu un oeil selon désarmons-les (14 selon Libération) par un tir de flash ball. Ces armes appelées LBD pour Lanceur de Balles de défense, sont utilisées pas la police depuis le début du mouvement des Gilets jaunes et en fait depuis 1995.

Le Penn gun

Un Flash ball est un projectile en caoutchouc. C'est une invention française (1990) de la société Verney-Carron de Saint-Étienne. Depuis 2016 la police française utilise le fusil PGL, PGL pour Penn Gun Launcher, du fabricant américain Combined Systems (CSI / CTS) basé en Pennsylvanie, aussi appelé " Riot gun Penn Arms" ou Penn gun ; (voir le site) des différents modèles. Une version à 6 coups, le PGL-65 est muni de 6 barillets permettant de tirer plusieurs coups en quelques secondes. Voir la photo et la vidéo de Désarmons-les sur la panoplie et les règles d'engagement de la police.

Le Penn Arms envoie des balles de caoutchouc de 4 cm de diamètre avec une portée de 150 m et une énergie de 180 joules (une balle de tennis n'en a que 100). Ces armes peuvent causer des blessures très graves si la tête est atteinte. La police n'a pas le droit de viser la tête mais comme le montre notre photo prise à Quimper, il suffit de tirer en l'air pour éborgner quelqu'un. De plus de nombreuses photos de presse et des vidéos montrent des tirs tendus à hauteur de visage donc dans certains cas la tête a été visée délibérément. Dans ces conditions, on comprend très bien qu'avoir interdit le port de casque par les manifestants, un acte délibéré de la part du Ministre de l'intérieur afin de dissuader les affrontements, a eu comme conséquence d'exposer les Gilets jaunes à de graves blessures à la tête.

Une liste incomplète des victimes bretonnes

Le 22 février 2014, Quentin Torselli, a perdu un oeil à Nantes lors d'une manifestation contre NDDL. Le 1er mai 2016, Jean-François Martin, un étudiant de Rennes de 20 ans a perdu un oeil lors d'une manifestation contre la loi El Khomri. Le 27 novembre 2018 à Quimper, Thierry Lescouarc’h a été défiguré par un tir de flash ball dans la joue lors de la manifestation des Gilets jaunes. Le même jour, la photographe Pauline Horellou qui faisait des photos pour ABP a reçu un projectile de flash ball dans la cuisse. Le 29 décembre à Nantes, un jeune de 22 ans a été grièvement blessé à la tête par un tir de flash ball lors de la manifestation des Gilets jaunes.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1012 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 10 commentaires
Jakez Lhéritier Le Jeudi 17 janvier 2019 19:11
Drôle pays la Fraaaaaaaaaance !
La situation actuelle, découle d'années de montées en puissance des forces de police et de leur équipements en liaison avec les reculs de la vie démocratique.
Ce qui entraine la montée des actions anarchiques.
A comparer avec la baisse du nombre de manifestants syndicalisés ou autres qui ne veulent plus aller aux manifestations "genre défilé,discours et dispersion sans objectif ..?Cela démobilise.
Sur St Nazer dès les années 1955 à 1957, la présence massive des CRS,des gendarmes mobiles, aboutissaient systématiquement à des affrontements violents plus de 200 blessés.
Ensuite cela s'était un peu calmé car ils étaient planqués,pas très loin mais pas visibles
Je me souviens de manifestations des mineurs gallois en 83/84,qui se frottaient aux rangées de "Bobbies" non armés,non casqués,sans violence.Cela m'avait étonné.
J'ai entendu en 2019,un ancien ministre de Sarkozy Mr Ferry, des manifestants envisager de tirer,de sortir les armes...Grave.
Jusqu'où cela va t il aller ?
Voilà le résultat :Il faut donc équiper de plus en plus les "forces de maintien de l'ordre" face aux révoltes populaires ..Cela fait vendre aussi à l'étranger ...
L'éducation civique,le respect des expressions démocratiques,la justice sociale doivent faire évoluer les rapports.
Empêcher les financiers,les DRH, de licencier ,sans contrôles,dans l'heure -des centaines d'employés,sans rien,sans penser aux dégats dans les familles etc.
Combien de divorces ,de suicides.. sans que ces financiers (Fonds de pensions,rentiers,etc)soient poursuivis
pour homicide?
Prévoir des forces de police contre ses bandits également,qui engendrent cette grande violence.
On le disait déjà en 1968 ,la première des violences c'est le licenciement.
Réduire la "poche" des sans emplois,des précaires ,estimée à près de 8 Millions d'hommes et de femmes,c'est réduire les "désordres".
Rappelons nous la chanson des Prolétaires de Gilles Servat:
S'il y a du chômage ,
y'aura du désordre,
il faudra des policiers pour maintenir l'ordre...
.......
Et de tous ces policiers.;
qu'est ce qu'on va en faire
Il s'en iront à la ville taper sur les ouvriers, taper sur nos frères....
(0) 

krys44 Le Vendredi 18 janvier 2019 14:43
Éclairage d'Amnesty International :
https://youtu.be/ja0IhALv1m4
https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/usage-excessif-de-la-force-lors-des-manifestations
(0) 

jean louis Le Corre Le Vendredi 18 janvier 2019 14:50
MERCI ! ABP pour ces sérieuses informations bien renseignées et utiles pour tout militant et simple citoyen !
Pour memoire l'ex_ministre "socialiste" breton de la Justice ( JJU) et le ministre de l'interieur PS de l'époque,avaient fait voter en catimini au milieu de la nuit !( début Fevrier 2017)par seulement ,25 Députés presents (sur 560...),une loi liberticide,justifiant entr'autres ..."la légitime defense des policiers",representée sur le graphique du reportage joint a l'article,par l'utilisation des "Flash Ball",aujourd'hui objet de demandes d'interdiction vu les nombreux dégats mutilants tres graves sur les Citoyens-manifestants!...
On est mal barrés dans cette dictature technocratique !
(0) 

Jacques Le Vendredi 18 janvier 2019 18:10
Sujet intéressant, mais je ne l'aurais pas intitulé ainsi.
Je dirais plutôt : ''incompétences policières et fantasme de la force au sein d'un état non issu du peuple''.
Pour en revenir au ''Flash Ball'':
C'est une arme dont on peut saluer la création à juste titre.
Je m'explique : Verney-Carron la créée pour le marché CIVIL afin d'offrir aux commerçants subissant un braquage une solution de riposte pour sauver leur vie et leur bien... sans tuer l'agresseur car cela entraine la condamnation de la victime qui n'a pas demandé à se faire agresser... étant donné la conception particulière de l'autodéfense par la justice qui estime qu'une victime à le droit de se défendre une fois qu'elle est morte (ou bien avancée sur la question...)
En clair, le Fash Ball permettait d'obtenir un résultat similaire à un 9mm ou à un calibre 12 (tenter de sauver sa vie) sans aller en prison une fois sa vie sauvée... car c'est très con de mourir par humanisme pour un agresseur qui veut vous tuer et c'est encore plus con d'aller en prison pour avoir osé sauver sa propre vie...
Il faut donc retenir que le Fash Ball a été conçu pour remplacer une balle de 9mm quand cette dernière est la seule solution réaliste pour sauver votre vie.
Mais ce fut un échec commercial et c'est finalement les policiers qui vont intéresser au Fash Ball, pour la même raison... : Éviter de finir en prison, s'ils doivent tirer sur un agresseur qui veut clairement les tuer...
Donc comme expliqué : le Flash Ball est une alternative (''non létale'') au 9mm et au calibre 12 (qui eux sont létales car c'est leur raison d'être). C'est donc en comparaison du 9mm et du calibre 12 que l'on justifie le qualificatif ''non létal''... et en aucun cas parce que cette arme serait supposée comme ne provoquant pas de blessures....
Et c'est là que le problème se pose... La hiérarchie policière a fini par croire au terme ''non létale'' sorti de son contexte initial... et d'arme d'usage exceptionnel et alternatif au 9mm, elle est devenu une solution de force dans la gestion des manifestations...
A cela il faut ajouter l’incompétence policière... En effet, les policiers s'entraînent très rarement a l'usage de leurs armes... même avec leur 9mm, ils ne tirent pas plus que quelques dizaines de cartouches par an... En clair quand ils sortent leur arme de service, ils sont aussi dangereux pour eux-même que pour les personnes en face d'eux....
Donc dans leur immense majorité les policiers ne savent pas tirer alors inutile de se faire des illusions sur leur capacité à respecter les règles d'engagement... sachant que dans le cas du Fash Ball, la doctrine d'usage a été largement étendue a des situations pour laquelle elle n'a pas été conçue...
Reste à savoir si les manifestations des Gilets Jaunes justifient l'emploi des Flash Ball :
=>Est-ce que les Gilets Jaunes sont armés avec des pistolets ou des fusils? Oui ou Non?
=>Est-ce que les Gilets Jaunes sont armés d'armes blanches pouvant intenter à la vie d'une personne? Oui ou Non?
=>Est-ce que les Gilets Jaunes commettent des violences dont le but est d'intenter à la vie d'une personne ou de le blesser de manière grave et durable? Oui ou Non?
Si on répond Non à ces questions... Alors, il est difficile de justifier l'emploi d'une arme qui a été conçue comme alternative non létale à un 9mm ou à un calibre 12...
C'est aussi simple que cela...
Et pour finir :
Je me pose également la question si le Gvt Français n'a pas utilisé les blessures graves par Flash Ball (perte définitif d'un oeil) pour dissuader les manifestants... (Je connais plusieurs personnes qui m'ont clairement avoué ne plus aller aux manifestations par peur de perdre un oeil... car c'est une blessure très handicapante et à vie...)... D'autant qu'un ancien ministre philosophe de métier (L.Ferry) a publiquement invité les policiers a faire ''usage de leurs armes'' létales c'est à dire : pistolets 9mm et fusils d'assauts (conçues dès l'origine pour tuer...)...
Tout cela pour contrer des personnes qui demandent la Démocratie (la Souveraineté du Peuple)!
(0) 

Pierre Robes Le Samedi 19 janvier 2019 14:39
Le problème c'est que les préfets comme Strzoda ou Michel Delpuech à Paris font venir les membres des BAC (Brigades anti-criminalités) et c'est souvent eux qui utilisent les armes types Flashball comme si les maniftestants étaient des criminels portant un gilet jaune. Tout cela en plus des CRS (c'est ce dont certains syndicats policiers se plaignent)
Patrick Strzoda « Mr Flashball » Préfet efficace avec la BAC, sous Nathalie Appéré, Maire de Rennes qui s'est concertée avec le Préfet qui a brutalisé les manifestants à Rennes, dont un qui a perdu son oeuil, puis embauché par Macron mais inefficace à l’élysée pour faire intercepter des passeports et pour contrôler les personnes qui sont sous ces ordres munies de phone Théorem, de flingues et de faux papiers, passes-droits et autres coffres forts & tapis volants de l’ami Benalla .
(0) 

Yann Menez Are Le Samedi 19 janvier 2019 14:43
Violence policière certes, mais également violence de casseurs et d’extremistes de tout poil !
Nous vivons une période violente, c est inquiétant et je dois dire que cela devient fatiguant à la longue.
(0) 

Pierre Robes Le Jeudi 24 janvier 2019 13:03
Samedi 19 janvier lors de la manifestation des 3 000 gilets jaunes à Rennes place de la République il y a eu à nouveau deux personnes touchées gravement aux yeux, un manifestant de 27 ans et un photographe (voir vidéo journal FR3)
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/gilets-jaunes-rennes-deux-enquetes-confiees-igpn-manifestants-blesses-oeil-1611657.html
Révoltes au Vénézuela (soutenues par Macron) et en Bretagne pour la liberté et pour la démocratie en France (soutenues par le pouvoir italien)
(0) 

Pierre Robes Le Mardi 29 janvier 2019 16:09
FAKE NEWS de Jupiter-Macron en Égypte Lundi qui explique que les forces de l’ordre ne sont pas responsables d’aucun des 11 morts lors des manifestations des Gilets Jaunes et de leur « bétise humaine » car « aucun n’a été victime des forces de l’ordre ». Dans les médias aux ordres pratiquement tous les éditorialistes n’ont pas bronché sur les dires de Sa Majesté.
E effet une femme âgée d’environ 80 ans est morte à Marseille après avoir reçu une grenade (ou des éléments) sur la tête étant sur son balcon (infos, La Provence Lundi 3 décembre 2018)
https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5270743/gilets-jaunes-une-personne-agee-est-decedee-a-marseille-des-lycees-bloques-dans-la-region-la54-coupee-a-s
c’était suite au tir de grenade et de LDB, à Paris, sur un des leader Mr Fernandes qui a été hospitalisé pour son œil.
(0) 

Pierre Robes Le Jeudi 31 janvier 2019 14:02
erreur sur le nom du leader : Mr Jérome Rodrigues à la Bastille (Paris)
La loi anticasseurs (ou antimanifestations) est dénoncée par Charles de Courson (à l'Assemblée) comme étant une loi digne du retour du régime de Vichy. A noter qu'ils étaient si peu nombreux à la voter : 144 dont 144 exprimés (à savoir qu'ils étaient moins de 50 dans l'Assemblée, mais comme chaque député peu voter pour 2 député absent en plus de son propre vote). Sur LCI, Jeudi 31 matin, le député Collard la qualifie de loi fasciste qui interprète la façon dont l'ordre public doit être tenu, en restreignant le droit constitutionnel de manifester.
Au Parlement de Bretagne un député qui était en retard d'une heure ne pouvait ni assister, ni voter, ni connaître l'objet du vote. Quel recul ''démocratique'' ... de cette anti-constitution française.
(0) 

Pierre Robes Le Dimanche 10 février 2019 14:59
Nathalie Appérée, la Socialiste Maire de Rennes, interrogée sur FR3 cette semaine sur la loi anticasseurs n'a pas voulu répondre à une demande d'interview.
l'élection de 2017 devait faire échapper la France du "chaos" populiste cependant,
depuis le gouvernement socialiste d'Hollande et Valls (*), et de son protégé Macron, l'Etat français est dans une dérive autoritariste, voir fasciste pour certains écrivains, il n'y a jamais eu autant de blessés et de mutilés dans des manifestations. Avec des lois digne du gouvernement de "Vichy" afin de mettre "en taule" les manifestants pour Charles de Courson, fils de résistant.
(* Manuel Valls devait assister à une manifestation d'extreme droite en Espagne)
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 7 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons