Valéry Giscard d’Estaing à l’origine de la charte culturelle, du Conseil culturel et de Skol Uhel ar Vro
Enquête de Philippe Argouarch

Publié le 4/12/20 8:45 -- mis à jour le 04/12/20 09:43
Le discours de Valéry Giscard d’Estaing à Ploermel en 1977 :

Le 8 février 1977 à Ploërmel, Valéry Giscard d’Estaing annonce la création d’une charte culturelle bretonne.« Il n’y a aucune contradiction entre la volonté de vivre la culture bretonne et la conscience d’être pleinement Français » et il déclare « Les traditions et les cultures de la Bretagne ne sont pas seulement du folklore, elles sont des manières de vivre quelque chose de différent dans un monde qui se banalise et dont l’âme se vide. » Il affirme haut et fort que "l'unité française n'a aucune raison d'être l'uniformité française" et annonce aux élus bretons la création de chartes culturelles régionales.

Voici le texte de son discours :

Gaulois, romains, francs, celtes, vikings, se sont établis tour à tour sur notre sol. Notre culture commune est la fusion de leurs cultures. Acceptons que le même arbre conserve plusieurs racines. Les traditions et les cultures de la Bretagne ne sont pas simplement du folklore. Elles sont des manières de vivre, quelque chose de différent dans un monde qui se banalise, et dont l'âme se vide. Les cultures sont le bien de tous. Elles n'appartiennent à aucun parti. A fortiori, elles ne sont pas la priorité de petites minorités qui ne témoignent pas dans d'autres domaines, d'un bien grand respect pour les traditions du passé. La France est un pays de 53 000 000 d'habitants, dans un univers composé de vastes ensembles. C'est pourquoi le morcellement politique de la France, en nous affaiblissant face à l'Europe qui s'unit et en ravivant nos divisions, ne profiterait à personne. Mais, l'unité française n'a aucune raison d'être l'uniformité française. Vous les Bretons de tous âges, du pays Gallo ou du pays bretonnant, vous enrichissez par votre spécificité la vie nationale et vous devez être encouragés à le faire. C'est pourquoi, c'est pourquoi j'indique en réponse à un voeu exprimé par votre Conseil régional que le gouvernement est disposé à conclure avec les instances de la région une charte culturelle destinée à favoriser le maintien des cultures bretonnes sous toutes leurs formes. Qu'on élabore cette charte en 1977 afin qu'elle entre en application au début de l'année prochaine. Ainsi sera confirmé le fait qu'il n'y a aucune contradiction entre la volonté de vivre la culture bretonne et la conscience d'être pleinement français. Et qui autant que vous, qui avez consenti tant de sacrifices pour la patrie française pendant la Grande Guerre, comme pendant la Seconde Guerre mondiale et la Résistance, qui autant que les Bretons, peut éprouver légitimement la fierté d'être français ?__« Valéry Giscard d'Estaing

La Charte culturelle bretonne est un acte qui a été signé le 4 octobre 1977 par la République française, l’Établissement public régional de Bretagne (appellation de la Région dans le document) et les Conseils généraux des Côtes-du-Nord (aujourd’hui Côtes d'Armor), du Finistère, d'Ille-et-Vilaine, du Morbihan et aussi de la Loire-Atlantique. Voir aussi à ce sujet l’article de Francis Favereau paru dans BCD. La charte signifie que l’Etat reconnaît pour la première fois la spécificité culturelle de la Bretagne. Elle permettra entre autres d’améliorer l’enseignement du breton.

En 1978 est créé le Conseil Culturel de Bretagne et en 1981 l’Institut culturel de Bretagne par le Conseil régional de Bretagne. Ces nouveaux organismes se sont substitués à la Charte. Le Conseil culturel de Bretagne a évolué pour devenir un organisme officiel consultatif du Conseil régional de Bretagne.

Philippe Argouarch

Document PDF 51330-chartepdf.pdf La charte culturelle de Bretagne. Source : Ofis ar brezhoneg
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 4 commentaires
Anne Merrien
2020-12-04 12:40:38
Dans le Télégramme du jour, le long de sept pages consacrées à VGE, seulement une ligne fait allusion à la Charte culturelle.
(0) 
Naon-e-dad
2020-12-04 18:24:29
Cette Charte a aussi été publiée en breton, me semble-t-il....
Embannet eo bet ar garta-mañ e brezhoneg ivez, mes pelec'h an diaoul he c'havout?
(0) 
Jean-Luc Laquittant
2020-12-04 20:35:56
Cette photo est intéressante, hélas presque tous ont disparu, sauf quelques indestructibles. Ne jamais oublier que l'état français ne donne du lest à la Bretagne que sous la pression. A cette époque la pression était l'oeuvre du FLB qui faisait sauter les préfectures et au barde sans compromission qu'était GLENMOR. Aujourd'hui nous nous satisfaisons des miettes tombées de la table: elles ferment la gueule à ceux qui devraient l'ouvrir ;
(0) 
jakez Lheritier de St Nazer
2020-12-05 12:03:30
Jean Luc Laquittant
Vous attribuez: la "pression" au FLB.....avec une belle erreur historique et en oubliant les autres militants combattants impliqués dans de nombreuses organisations bretonnes réalistes et constructives.
Glenmor :oui, son rôle a été important en participant à cette époque du Revival Breton eavec d'autres chanteurs militants moins connus.
Le constat breton de 1977 est à rappeler avec un constat breton en 2020 et en y ajoutant des objectifs servant de base à la mobilisation des jeunes bretonnes et bretons.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.