UPPB 2014 - séance 5
Communiqué de presse de Université Populaire de Philosophie Bretonne (UPPB)

Publié le 6/12/14 12:47 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Nous publions aujourd'hui sur notre site : (voir le site) la vidéo de la séances 5 consacrée à la deuxième partie de la seconde "Méditation" de Descartes (ainsi que le texte correspondant).

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Rappelons ici la publication prochaine du troisième volume des "Cahiers de l'Université Populaire de Philosophie Bretonne" (janvier 2015). Volume rassemblant la totalité des textes pour la saison 2014-2015. Le second volume (2013-2014) est toujours en vente (15 euros) avec la préface inédite de Jean Pierre Le Mat.

Dans notre cinquième séance consacrée aux "Méditations" de Descartes, nous mettons en évidence que, pour Descartes, ce qui a été ressenti une fois doit aussi être conçu (c'est l'enjeu du processus de réflexion). Et non « par la raison » (comme ont souhaité le faire croire les intel-lectuels parisiens du 19e siècle), mais «par l'esprit». Esprit qui se découvre lui-même à l'occasion de la réflexion, et qui est sans nul doute l'apport le plus important de la Bretagne à la France dans la période de "l'après 1532". Epoque au cours de laquelle le jeune Descartes développe sa pensée à Rennes : entre Bretagne et France.

A galon,

Simon Alain

www.simonalain.com


mailbox
imprimer
Simon Alain est l'auteur de huit ouvrages publiés aux Editions Yoran Embanner. Il a créé dans le cadre de "Breizh-ImPacte" en 2012 une « Université Populaire de Philosophie Bretonne ».
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.