Unis pour la langue bretonne – convention ÉTAT-RÉGION : 10 propositions des associations

-- --

Communiqué de presse de Kelennomp
Porte-parole:

Publié le 13/03/21 7:00 -- mis à jour le 13/03/21 11:53

La nouvelle convention État-Région doit porter des enjeux ambitieux, seuls à même d’assurer la transmission de la langue bretonne et de répondre à la demande sociale croissante. Nous voulons dépasser les blocages et faire aboutir les négociations entre la Région et l’État !

Principes généraux d’équilibre

  • Ne pas mettre en concurrence l’enseignement optionnel et l’enseignement bilingue

  • Ne pas mettre en concurrence l’enseignement bilingue à parité horaire avec l’enseignement immersif

  • Assurer la continuité des parcours scolaires en proximité

    Mettre en place un partenariat avec l’académie de Nantes pour l’enseignement en Loire-Atlantique

  • L’enseignement bilingue (à parité horaire ou immersif) vise la parité de compétence des élèves en langue bretonne et en langue française. L’enjeu est de s’appuyer sur la singularité de chaque réseau d’enseignement pour y parvenir et d’offrir à tous les élèves une scolarité bilingue.

1. Permettre à tous les élèves d’accéder au minimum à une initiation à la langue et la culture bretonne (LCR), en s’appuyant sur le travail déjà mis en place en primaire avec l’appui des collectivités locales. Prise en compte de cette généralisation dans les moyens humains, dans le suivi administratif des élèves et dans la communication aux familles. Validation d’un calendrier de déploiement de la généralisation.

2. Faciliter l’ouverture des nouveaux sites primaires et secondaires et renforcer les moyens dans les sites existants 1°) en répondant aux besoins en postes bilingues à carte scolaire et en renforçant le travail partenarial entre les associations, l’Education nationale et les collectivités locales et 2°) en permettant la contractualisation immédiate des nouveaux établissements Diwan primaires ou secondaires, sur les mêmes critères que ceux qui prévalent à l’ouverture d’une filière bilingue dans un établissement public

3. Faciliter la formation en langue bretonne des personnels non-enseignants en contact avec les élèves (assistant·es maternel·les, services périscolaires…)

4. Tenir compte des spécificités de l’enseignement associatif Diwan, en garantissant la mise à disposition du nombre suffisant de contrats en emplois aidés pour les emplois non-enseignant, dans l’attente de la montée en puissance du versement du forfait scolaire ; en assurant le versement du forfait scolaire de l’enseignement bilingue ; en sécurisant l’action des collectivités pour mettre à disposition les locaux d’enseignement ; en faisant aboutir la convention Etat-Région-Diwan mentionnée dans le contrat pour l’action publique en Bretagne.

5. Sécuriser les trois heures hebdomadaires de cours breton dans chaque classe bilingue du secondaire, quel que soit l’établissement.

6. Élaborer et mettre en œuvre un plan de développement des disciplines non-linguistiques pour tout l’enseignement bilingue, et en accompagnant les lycées volontaires à ouvrir les premières formations techniques ou professionnelles en langue bretonne.

7. Sécuriser et valoriser les parcours bilingues et LCR jusqu’au baccalauréat général, technologique et professionnel, en empêchant la mise en concurrence du breton avec les autres langues vivantes et en permettant aux élèves de passer leurs examens en breton.

8. Former le vivier d’enseignants nécessaires, dans le premier et le second degré, pour que les élèves des classes bilingues et de l’enseignement optionnel aient des enseignants compétents en classe, même en cas de remplacement. Cela implique 1°) d’atteindre 50% des places réservées au bilingue au concours du premier degré et 40 postes par an dans le secondaire, 2°) de renforcer les compétences en langue bretonne des enseignants bilingues et 3°) d’assurer une formation LCR pour tous les étudiants MEEF monolingues de primaire et de secondaire.

9. Faciliter la formation des enseignants 1°) en déployant le centre de formation des enseignants publics de Saint-Brieuc sur 3 sites (Brest, Rennes, Vannes) et 2°) en consolidant le financement du centre de formation des enseignants de Diwan (Kelenn à Quimper) pour lui permettre de collecter la taxe professionnelle.

10. Promouvoir l’enseignement bilingue et l’enseignement optionnel auprès des différents publics (familles, étudiants, enseignants) en s’appuyant sur la complémentarité de chaque réseau d’enseignement. Ce communiqué est paru sur Kelennomp kelennomp.bzh

Document PDF 51930-10propositionsconventionetatre.pdf Propositions pour l’enseignement du breton. Source : Kelennomp
Voir aussi :
mailbox imprimer
L’objectif de l’association est de regrouper toutes celles et ceux qui enseignent le breton et en breton dans les écoles maternelles, primaires, collèges, lycées, dans les écoles supérieures de professorat et d’éducation (ESPE), dans les universités, dans l’enseignement public, catholique et Diwan, par correspondance, dans les centres de formation et dans les cours du soir pour développer l’enseignement du breton.

Vos commentaires :

jakez Lheritier de St Nazer
Dimanche 14 mars 2021

Ouvrir les établissements scolaires écoles ,collèges,lycées,les samedi et dimanche matin pour permettre à ceux qui travaillent en semaine de suivre des formations continues,en toute liberté.

Que ce soit pour nos langues bretonnes et d'autres pays ainsi que pour d'autres matières sans le contrôle patronal toujours en action.

Ouvrir les médiathèques le dimanches matin et lundi pour ceux des employés de commerces .

Revendication des années 1968

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.