Une pétition pour changer l'article 2 de la constitution de la 5e République
En Bref de Philippe Argouarch

Publié le 28/11/05 19:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

D'apres Pierre-Alexandre COÏC, étudiant en troisième année de Breton et Celtique à l'université de Rennes 2 et l'instigateur de la pétition, le but est "d'avoir un effet de masse par le rassemblement de personnes ayant le même objectif afin de se faire vraiment entendre et de montrer que les langues régionales sont encore vivantes pour une grande partie de la population et qu'elles ont un véritable avenir."

Pierre-Alexandre COÏC veut toucher toutes les régions et toutes les minorités: "Si la pétition venait à bien se faire connaître entre régions de France, ca donnerai une importance plus grande à la demande d'un changement de cet article et à ce que la France prenne enfin ses responsabilités envers les langues régionales qu'elle a voulu éradiquer...C'est par le poid du nombre que les choses pourront changer! "

La petition se trouve sur le site:

(voir le site)

ABP/PFA

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.