Une manifestation menée par la CGT concurrente de celle de Quimper à Carhaix

-- Economie --

Le comité régional Bretagne de la Confédération générale du Travail (CGT) a annoncé le 30 octobre qu'il organisera, conjointement avec l'Union syndicale Solidaires et la Fédération syndicale unitaire (FSU) une manifestation à Carhaix-Plouguer, le 2 novembre, à 15 heures. Les directions de ces syndicats sont classées à l'extrême-gauche et sont connues pour être inféodées à la direction «nationale» à Paris selon le vieux principe du centralisme démocratique, un concept que l'on croyait pourtant mort et enterré avec le PCF. Leur théorie, que certains considèrent comme grotesque est un relent indigeste de la lutte des classes version 1917. Ils affirment que la crise de l'agroalimentaire breton est dû principalement a de mauvais investissements des patrons bretons, citant comme exemple les investissements de Doux au Brésil. Ben voyons. Beaucoup d'analystes politiques voient dans cette analyse de la CGT une réaction devant le conflit Bretagne-PARIS qui s'est substitué massivement à leur gagne-pain habituel, la dialectique patron-salarié. A noter aussi que si FO sera à Quimper, la CFDT ne manifestera pas. Ne pas être pour une fois le focus des médias nationaux est dur à digérer pour certaines organisations syndicales devenues des institutions sans véritables assises populaires et qui préfèrent les fermetures d'usine et les délocalisations à toute remise en cause des acquis sociaux ou modification du code du travail face à la mondialisation de l'économie.

Voici quelques perles du texte d'appel :

«[...]Les initiateurs de la manifestation du 2 novembre à Quimper ne portent pas les revendications des salariés.[...]»

«[...]Pour autant, les actions violentes surmédiatisées ne relèvent pas d'un mouvement social de salariés...[...] »

On a bien compris qu’il y avait deux sortes de violences pour la CGT, la violence «légitime» des salariés qui peuvent séquestrer les patrons, démolir ou faire sauter les machines ou même brûler des usines (c’est arrivé en Lorraine il ny’a pas si longtemps) et toutes les autres violences qui seraient des violences «fachistes». Ben voyons.

Plus loin, les syndicats signataires voient une utilisation des salariés à des fins politiciennes. «[...]Les bourreaux sont aux commandes de cette manœuvre et se servent de leurs victimes pour faire en même temps bouclier et bélier.[...] ».

On a bien compris : si c’est pas nous qui contrôlons le mouvement, c’est forcement les patrons ... Ben voyons !

Dans un autre communiqué, voir le PDF, la CGT approuve l'écotaxe : «Comme toutes les taxes, si elles sont injustes pour ceux qui y sont contraints, celle-là a le mérite de faire payer ceux qui polluent le plus et détériorent le plus les routes qui sont des biens collectifs.»

Comme ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et les leurs intérêts à courts termes, la CGT et autres signataires n’ont pas encore compris que c’est tous les Bretons y compris les salariés qui dans quelques années paieront, grâce aux portiques, un péage sur les 4 voies comme le font tous les Français dans le reste de l’hexagone pour les autoroutes.

Cette tentative de concurrencer la manifestation de Quimper qui s'annonce de grande ampleur (des cars sont affrétés un peu partout) est inédite et inattendue. Elle marque bien qu'il se passe des événements tout à fait particuliers en Bretagne. Le gouvernement socialiste ayant réussi à faire ce que personne n'avait réussi à faire depuis le CELIB, l'unité des Bretons contre les abus du centralisme parisien.

Dans le Monde daté du 31 octobre, Laurent Davezies, chercheur qui préconise la métropolisation et l'abandon des territoires qui coûtent trop cher, commente la situation bretonne et atttaque la décentralisation qui favoriserait «le populisme territorial». Il va jusqu'à écrire que «la capacité de réaction des Bretons est évidente : ils ont toujours été des pilotes en pratique de mobilisation collective en faveur du développement local. Par ailleurs, ils ont toujours eu des vrais problèmes de relation avec Paris et ont toujours négocié brutalement.»

«Populistes, brutaux et bourreaux», le débat politique semble très vivant, dès qu'il s'agit de parler de ce dont a peur.

Les organisations syndicales n'ont-elles pas peur de rendre plus voyant, ce que tout le monde sait sur leur perte inéluctable d'influence ? Rappelons que le sondage IFOP-Ouest-France du 26 octobre donne 74% des Bretons contre l'écotaxe (plus de 80% dans le Finistère et le Morbihan) et que si 85 % des Bretons n’ont plus confiance dans le gouvernement, ils sont 65 % à ne pas avoir confiance dans les syndicats.

Document PDF 20131030_communiqu_des_organisations_syndicales_de_salaris_de_bretagne.pdf Communiqué du 30 octobre. Source : CGT
Document PDF ecotaxe_poids_lourds.pdf Ecotaxe poids lourds. Source : CGT
Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1674 lectures.
mailbox imprimer
la rédaction de l'abp

Vos commentaires :

jean yves le corre
Jeudi 31 octobre 2013

TOUS A QUIMPER SAMEDI,pas de DIVISIONS POLITICIENNES,UNITE de MOBILISATION et d'ACTION pour faire entendre et defendre collectivement les luttes des travailleurs Bretons et les interets bafoués de la Bretagne (economie,langue,culture,44 etc ...)

Emilie Le Berre
Jeudi 31 octobre 2013

La CGT est un syndicat jaune. Discours hypocrite. Se souvenir que Bernard Thibault participe au "diners du siècle" qui ont lieu tous les mois où se retrouvent toutes l'oligarchie. La CGT se tape la cloche avec les plus gros patrons, les plus gros spéculateurs responsables de la crise financière actuelle et vient donner des leçons aux ouvriers. Pour qui roule la CGT ?

J-Emmanuel CRUAU
Jeudi 31 octobre 2013

On n'a pas vu la CGT très présente à GAD, Doux et autres, honte à eux

yvon ollivier
Jeudi 31 octobre 2013

On voit qui cherche à diviser l'unité bretonne qui s'affirme au soutien du vivre et travailler dignement au pays.. Ces gens-là, téléguidés par paris, font le jeu du pouvoir élitiste et de la bourgeoisie parisienne. Le peuple breton, notre vieux peuple , incarne une formidable source d'émancipation sociale, économique, culturelle.. Les ouvriers ne doivent pas se laisser tromper: le peuple sera à Quimper. A Carhaix, il n'y aura que les quelques laquais inféodés à leur instances parisiennes. Que les Bretons ne se laissent pas tromper une seule seconde...Leur combat est aujourd'hui celui de l'autonomie.

Michel Prigent
Jeudi 31 octobre 2013

Et bien entendu, les syndicats nationaux volent au secours de leurs sponsors qui les subventionnent à hauteur de 4 Md¤ d'argent public et de 1,5 Md¤ d'argent privé, pour organiser une contre manifestation à Quimper.

Ed Du
Jeudi 31 octobre 2013

CGT c'est du passé!

Ann Gowaz
Vendredi 1 novembre 2013

D'un côté la manif de ceux qui veulent décider en Bretagne. De l'autre la manif de ceux qui obéissent à Paris.

PIERRE CAMARET
Vendredi 1 novembre 2013

@Ed Du . Je le souhaite .La CGT en est encore a GERMINAL .Elle n'apporte plus rien ... que des conflits . Elle est negative sur tous les dossiers . Manque absolue de pragmatisme et de realisme .

Son language est desuet .

eugène le tollec
Vendredi 1 novembre 2013

Nous les bretons devons inventer notre propre idéologie,je l'appelle:

Le Britonisme à base de tous nos objectifs d' avenir.

Nous ne devons plus faire du socialisme,du communisme,du droitisme mais du britonisme.

jojo22
Vendredi 1 novembre 2013

La CGT-Marins appelle ira manifester à Quimper, tout comme certains membres du Front de Gauche. C'est donc beaucoup plus complexe que ce que dit l'article.

En fait, les syndicats connaissent les mêmes clivages internes que les partis politiques : opposition entre militants de base et responsables locaux aux ordres.

marc iliou
Vendredi 1 novembre 2013

C'est vrai que la Bretagne a toujours eu de mauvais rapports avec la France, mais ils n'avaient déjà pas à nous envahir et comme l'a dit Alain Glon "le seul problème de la Bretagne c'est la France"!

eugène le tollec
Vendredi 1 novembre 2013

NON,Marc,la France est un problème mais le plus important est Bretagne ,elle même .

Pas d'unité-pas de message et de verbe commun,chacun est son propre chef et gourou!

R onan Courtial
Vendredi 1 novembre 2013

70 ans après le meurtre de l' abbé Perrot, toujours les mêmes ennemis de la nation bretonne.

SPERED DIEUB
Vendredi 1 novembre 2013

Alain Glon dit le problème de la Bretagne c'est la France mais peut être pas devant tout le monde... çà dépend quels interlocuteurs qu'il a en face ,devant Sarkozy il n'avait pas tout à fait ce discours là lors de sa rencontre avec le chef de l'état français en 2011 ,devant lequel il n'avait même pas abordé le problème de l'écotaxe ...Je pense qu'il serait plus sincère s'il dirait que le problème de la Bretagne c'est la législation française qui est effectivement à réformer mais il y a quand même nuance !!!,cependant il ne faut pas non plus se laisser dupés par des personnes qui prennent la cause bretonne en otage par rapport à l'intérêt de leurs entreprises et c'est normal aussi qui les défendent, mais il faut être vigilant sur les conflits d'intérêts d'autant que toutes les causes du marasme de l'économie bretonne ne viennent pas toutes du pouvoir parisien ,mais certaines de la mondialisation ,du libre échangisme européen ,de la concurrence allemande déloyale de part un dumping social en ce qui concerne son agro alimentaire dont le gigantisme va aussi dans le mur et ne fait plus non plus l'unanimité outre Rhin Par contre on insiste pas assez sur une vocation maritime de la Bretagne par opposition à celle plus continentale de la France géographiquement ce sont deux pays différents même si à la limite la Bretagne était habitée par des chinois ou autres !!!

eugène le tollec
Vendredi 1 novembre 2013

Je maintiens,ce qui se passe est l'amorce d'une plus grande action qui doit submerger la Bretagne,le joug se desserre.

Vive les bonnets rouges,nous sommes tous des bonnets rouges

Jo Glazik
Dimanche 3 novembre 2013

La CGT montre ici parfaitement son côté parasitaire et manipulateur dès qu'il s'agit de lutte sociale. Ces types ne cherchent qu'à faire défiler sagement des moutons qu'ils n'invitent jamais quand cela se passe à Paris à marcher sur l'Elysée ! Il apparaît également qu'aucune révolution n'ait jamais vu le jour sans le soulèvement de ce qu'on appelle les classes moyennes et sans véritable fondement populaire au delà des clivages droite/gauche et c'est précisément ce qui c'est passé à Kemper et qu'a fuit la CGT à l’instar de cet escroc de Mélenchon. Ils ne servent que de rabatteurs pour le système.

Un mot quand même sur l'UDB qui nous explique avoir été parfaitement à sa place au milieu des bonnets rouges car ils seraient tous à gauche (voir le communiqué des jeunes de l'UDB) ! Ce genre de discours au sein de l'Emsav où les partis ne se déterminent qu'en fonction de ce clivage si français et tendent la main à leurs compatriotes en fonction de leur gauchisme ou de leur "droitisme" est totalement dépassé sauf à vouloir être les idiots utiles de l'Etat français et ne souhaiter en réalité que rien ne bouge vraiment !

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.