Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plusdésolé cette photo n'existe plusdésolé cette photo n'existe plus
- Enquete -
Une maison bioclimatique à énergie passive
Une fois trouvé un terrain, à Moisdon, Anne a choisi une maison en bois massif selon la technique que maîtrise bien Bruno Mercier, menuisier à Plounéour-Menez (Finistère)
bernadette Poiraud pour Journal La Mée le 14/01/07 15:50

Maison bio-climatique à énergie passive

Une vieille maison à Châteaubriant, avec un jardin : le rêve d'Anne s'est brisé quand la maison fut mise en vente. Pas moyen de l'acheter, pas moyen de retrouver une location intéressante.

« J'aurais bien voulu aménager une longère en campagne, mais le prix d'achat et les réparations indispensables dépassaient largement mes finances » . Il ne restait qu'une solution : trouver un terrain et faire construire. « Je souhaitais une maison écologique, une maison en bottes de paille, comme il en existe beaucoup dans le monde, mais cela aurait nécessité une longue période de construction, et je ne pouvais pas cumuler l'achat de matériaux et un loyer d'attente » .

Une fois trouvé un terrain, à Moisdon, Anne a choisi une maison en bois massif selon la technique que maîtrise bien Bruno Mercier, menuisier à Plounéour-Menez (Finistère). Il utilise des panneaux « KLH » fabriqués selon une technique autrichienne : du bois séché artificiellement avec un taux d'humidité de 12 % qui exclut les attaques d'insectes ou la venue de champignons. Les panneaux sont en bois contre-collé, les planches ayant une disposition croisée pour éviter les variations de dimension et donner une bonne rigidité. La colle ne dégage ni solvant ni formaldéhyde.

Ce type de panneau a une grande résistance au feu (beaucoup plus résistant que le béton ou l'acier !). « La maison, moins ambitieuse que ce que je souhaitais, ... par manque de moyens, a été acceptée par l'architecte des Bâtiments de France, parce que la construction créait une rupture architecturale tout en respectant les cerisiers qui se trouvent au bord de la route d'accès » .

Arrive alors le moment de lancer le chantier. « Après le terrassement, une équipe d'amis est venue faire le soubassement : sur le soul-sol schisteux, la maison est construite sur plots de béton. La dalle est en bois, isolée avec de la ouate de cellulose venue du recyclage du papier » .

Il a fallu mener avec rigueur le grand jeu de construction car la dalle devait être parfaitement ajustée aux panneaux de bois prévus pour les cloisons. « le 6 septembre un grand camion s'est présenté sur le chantier. Il portait les quatre murs de la maison, où étaient déjà découpées les ouverture des portes et des fenêtres. Mon angoisse était forte, mais tout s'est bien ajusté : les quatre murs du rez de chaussée, puis le plancher de l'étage, et la toiture. Le tout en un jour et demi » .

Bien sûr il restait à faire la plomberie, la pose des portes et fenêtres, l'électricité, les planchers. Les amis ont encore donné un coup de main : Anne a pu entrer dans sa maison le 1er novembre. La construction a donc duré 7 semaines.

Peu de chauffage

L'isolation de la maison est faite par l'extérieur avec du feutre de bois, un pare-pluie et un bardage en pin Douglas (qui, à l'heure actuelle, reste à faire). Les fenêtres avec double vitrage sont en bois, ce qui évite les ponts thermiques. Les murs intérieurs sont en bois, ils peuvent être enduits, lazurés, tapissés ou laissés tels quels.

Aucune ventilation « VMC » n'est nécessaire car le bois respire naturellement. Les odeurs de cuisine, elles-même, sont vite absorbées et éliminées.

L'ensemble procure au bâtiment l'inertie thermique nécessaire au stockage et à la diffusion de la chaleur reçue des rayons du soleil qui pénètrent par les larges baies vitrées. Pas de chauffage : de temps en temps (pas tous les jours) Anne allume un poêle à bois dans la salle de séjour, qui chauffe très vite toute la maison.

C'est une maison bio-climatique à énergie passive, très peu consommatrice d'énergie.

Des toilettes « sèches » complètent le caractère écologique de la maison.

Il reste maintenant à aménager la cuisine (en bois) et le jardin pour cultiver les plantes aromatiques et légumes biologiques qui accompagneront les cours de cuisine qu'Anne donne pour diverses structures (elle a, pour cela, un diplôme d'animatrice en cuisine diététique, formation Brigitte Fichaux)

Renseignements :

- ► Le journal « La maison écologique » n°28, août-septembre 2005 - (voir le site)

- ► Le constructeur Bruno Mercier : mercier.menuiserie [at] wanadoo.fr

- ► L'entreprise (voir le site)

- ► Et Anne Lecointe à Moisdon-la-Rivière 02 40 28 03 10

ABP/BP

Cet article a fait l'objet de 1965 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons