Une Fédération démocratique alsacienne créée pour empêcher le PS de saborder l'Alsace

-- Politique --

Dépêche de Christian Rogel

Publié le 22/02/15 13:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Beaucoup d'Alsaciens veulent lutter contre le diktat de la réforme territoriale

Diverses manifestations avaient eu lieu en Alsace pour protester contre la disparition du pays que le gouvernement socialiste veut joindre dans une improbable région géante qui irait jusqu'à moins de 10 kilomètres de Provins, riante cité su Sud de la Seine-et-Marne, dans la Région Île-de-France.

Reniant les promesses faites aux Alsaciens, lors de la récupération par la France en 1918 et s'asseyant sur l'article 5 de la Charte européenne de l'autonomie locale, les députés socialistes alsaciens ont mis toute leur énergie polémique pour s'opposer aux amendements de la droite alsacienne (largement majoritaire chez elle) qui voulait empêcher la fusion.

Dans la même séance, les amendements qui tendaient à réunifier la Bretagne, injustement amputée en 1956 par le gouvernement socialiste (déjà !), ont été repoussés.

Une fédération démocratique alsacienne très diverse

Un entrepreneur de Sélestat, a pris l'initiative de fédérer les nombreuses organisations formelles et informelles qui ont appelé à manifester depuis juin 2014. Avec l'aide du maire de Dannemarie, Paul Mumbach, lointain successeur d'un maire, Eugène Ricklin, persécuté, et par le Reich et par la France. Jean-Michel Ritter vient de lancer la Fédération démocratique alsacienne ou d'Alsace, c'est selon (FDA).

De manière significative, le nom est traduit en allemand par Heimatbund (union patriotique), un mouvement qui fut créé en 1926 pour réclamer l'autonomie du pays (manifeste ici (voir le site) et dont les leaders furent poursuivis pour complot par le gouvernement français en 1928.

Outre Unser Land-Le Parti alsacien qui avait brillamment relevé le défi de maintenir une manifestation à Colmar ( voir l'article ), la FDA réunit de nombreux collectifs : Les Alsaciennes unies , Les « Alsaciens réunis, Les maires indépendants, Les Élus pour la langue et la culture alsacienne, Les Bonnets rouges frontaliers, Elsass Land, Heimtsproch un tradition, plus des animateurs de site ou de blogs comme Hopla.net www.hopla.net.

Un plan de lutte pour la dignité alsacienne

Les responsables de la FDA relèvent que l'État français est centralisé à outrance et qu'il est à bout de souffle. Ils protestent contre « un hold-up sur la démocratie locale ». Ils proclament que « le mot autonomie n'est pas un gros mot ».

Un plan de bataille pour « enterrer la réforme territoriale » a été préparé. Il comprend une campagne de pétition, une grande manifestation à Strasbourg le 14 mars prochain, un projet pour l'obtention d'un référendum local et un recours auprès du Conseil d'État, vers lequel, très bizarrement, le Conseil constitutionnel a semblé renvoyer le mistigri de la violation de la Charte européenne de l'autonomie locale. C'est pourtant ce même Conseil constitutionnel qui avait proclamé la supériorité des accords européens sur la loi française (1).

Les candidats autonomistes alsaciens à l'assaut des partis nationaux et du jacobinisme corrupteur

Par ailleurs, le parti centriste et écologiste, Unser Land, va présenter ou soutenir des candidats dans 23 cantons nouvelle manière, soit dans la moitié de l'Alsace. Pour trouver des candidats, elle a lancé un appel public qui a eu des résultats remarquablement rapides.

L'un des candidats, Olivier Boule, « engagé dans le combat pour sauver l'Alsace », intitule un texte : « Quand les élus ne pensent plus peuple… C'est le centralisme (ou le jacobinisme) qui corrompt nos élus » (voir le site)

Une nouvelle grande pétition ?

La pétition Alsace, arrêtons de subir ! Nous, Alsaciens, devons prendre notre destin en main, lancée en juillet dernier par le maire UMP de Mulhouse, a réuni presque 63 000 signatures ( voir l'article ), mais, pour obtenir que le Conseil régional d'Alsace organise un référendum demandant que l'Alsace reste une région, il faudrait 10% du corps électoral, soit 127 000 signatures d'électeurs.

(1) L'art. 55c de la Constitution française dispose que "les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois".

Christian Rogel

Licence pour reproduction intégrale, sous condition de mention de l'auteur et l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1420 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 18 commentaires
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Je suis cela ,avec interet, par mes contacts en Alsace .
J'ai aime sur la page : Unser Land , a la question :etes vous Republicain la reponse que la reponse ait ete : La Coree du Nord , la Chine sont Republicaines .
Nous sommes Democrates .
Il est vrai que je suis bassine a entendre a la cadence d'une mitrailleuse : La Republique , les valeurs republicaines .... par contre le mot democrate , je connais et me sens plus en confiance .
(0) 
Pôtr ar skluj
Mercredi 26 janvier 2022
Moi, ce qui m'ennuie ce sont ces débats stériles sur les mots de "république" et de "démocratie". J'y vois un signe inquiétant de l'islamisation de l'esprit français : nous abandonnons notre rationalisme cartésien pour un verbalisme satisfait de lui-même.
La vérité, c'est que ce soit sous les espèces des niaiseries jacobines façon Fête de la Fédération ou sous celles du cynisme anglo-saxon, le libéralisme est nuisible à la cause des vieilles nations provinciales. La mobilité généralisée, la sacralisation de l'argent en lieu et place de la tradition, l'idée que l'appartenance à une terre est un archaïsme honteux finiront par tuer la Bretagne. Et cet évangile du monde moderne est autant véhiculé par la République Française que par la mondialisation qu'encourage l'Union Européenne.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Non, moi cela ne m'ennuie pas .
J'ai absorbe et me trouve tres bien dans le modele anglosaxon .
Origine en partie allemande , activites professionnelles depuis environ 5 decennies dans la mouvance anglosaxonne.
Quand a la Bretagne ???? Nice to visit , but not to stay .
(0) 
Pôtr ar skluj
Mercredi 26 janvier 2022
Il est évident que le monde d'aujourd'hui est fait pour vous : vous êtes cosmopolite et métissé. Mais moi je reste attaché à l'ancien monde immobile, paysan, divisé en de vieilles provinces ayant chacune son ethnie propre. Ce monde est mort.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
C'est exact . Mere allemande d'origine francaise ( Huguenot) ai servi dans ,les HJ en Allemagne de 1942 a 1945.
Ensuite , Pere Breton , la Marine l'Indochine , Suez , Algerie ..... qu'est ce que je viens foutre dans cette galere .
Je suis citoyen NeoZelandais et vis en Australie ,La logisque est de me fonder , de m'adapter .
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Vous savez , je me suis donne un "Dead Line "les elections cantonales fin Mars 2015.
Si aucun "sursaut "Breton alors ( desole ) go to fuck yourselves .Je clos le dossier Bretagne ... c'est fini ..les tombes de mes parents au Pouligwen et Le Croisic , seront abandonnees et cela sera la faute des Bretons qui ont renie leur passé . Honte au URVROAS , Honte au LEBRANCHU , Honte au LEDRIAN ..... mais cela ne leur portera pas chance .
Pauvres types .
(0) 
Naon-e-dad
Mercredi 26 janvier 2022
@Pôtr ar skluj
Ethnie? Quel vocabulaire!
Je comprends que les mots "république" et démocratie" vous ennuient.
Or même si les mots sont parfois flous - ou plutôt, les mots sont comme des cailloux durs, c'est la cible vers laquelle ils pointent qui bien souvent et immanquablement manque de netteté.
Des mots comme république, démocratie, ethnie sont équivoques. Attention à les utiliser avec précaution. Ou alors, en en précisant le sens lorsque c'est nécessaire.
Pour ma part - et j'ai été influencé par le milieu rural (mais pas seulement!), en Argoat - je n'hésite pas à rejeter le vocable d'"
ethnie".
Même si on peut retrouver - n'en déplaise à certains - , des caractéristiques à fréquence élevée (par exemple, le risque de coxharthrose).
L'important est de remarquer que la Bretagne ne s'est jamais pensée comme ethnie, que je sache. Et surtout pas, à l'époque actuelle (XX° et XXI ° siècle), la mienne, la vôtre. Sinon, trouvez moi des exemples vérifiables. J'attends sereinement et avec intérêt!
L'Etat breton est passé par là. Un état moderne, même absorbé par son puissant voisin, cela a laissé des traces profondes. A mon avis, c'est notamment en raison de l'existence d'un Etat breton avancé (au XV/XVI° siècle) que l'on ne peut parler d'"
ethnie".
Une structure politique, réelle en Bretagne, surtout dans un territoire exposé aux échanges, de par sa configuration maritime et sa situation à la croisée des grands courants d'échanges européens, a permis que la Bretagne devienne une entité moderne et en garde le souvenir.
C'est justement ce contre quoi se battent les "
jacobins". Sur le temps long, je pense - et j'espère! - qu'ils finiront par perdre leur combat d'arrière-garde. J'espère que les réalités spatiales (ou géographiques), historiques, et les désirs de liberté grandissants l'emporteront.
Pour l'instant, il manque un outillage politique et aussi médiatique. Bien sûr, les adversaires de la Bretagne- aujourd'hui comme hier - s'emploient à éviter l'émergence de tels pré-requis.
Pourtant, la Bretagne a tout l'avenir devant elle, pourvu que l'on accepte qu'elle soit elle-même, qu'elle s'invente et renaisse, et continue de traverser l'Histoire.
La Bretagne n'est pas isolée, elle appartient à des sur-ensembles... français , européen, et finalement planétaire. Mais elle doit être reconnue pour son unicité, et son caractère remarquable. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas.
Et ce sont tous ses habitants, d'origine ancienne autochtone ou pas, qui forment un "
peuple".
Un "
peuple" doit être capable de traverser les grands moments historiques. Là, je viens de prononcer un –mot tabou! En français républicain, on dit "population". Mais ici, en Bretagne, la différence sémantique, est parfois bien ténue...Souvenez vous: "Breton,...Breizhad". Cette subtilité linguistique n'est tout simplement pas traduisible en français.
N'eo ket echu gant ar Vretoned! N'eo ket echu gant ar Vreizhiz!
Nota : soutien aux Alsaciens dans leur entreprise.
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Naon ha du ganeoc'h kant dre gant
Il y a dans ce sens un dilemme ,du fait que des organisations bretonnes mettent en avant la notion ethnique ,certaines adhérant à l'organisation européenne ,ce qui aurait été cohérent jusqu'au années 1970 environ, mais exclusivement pour la basse Bretagne et encore
Comme vous dites avant la perte de l'indépendance la Bretagne était même déjà en avance du fait que c'était un pays qui avait les caractéristiques d'un état moderne de part le regroupement de plusieurs communautés
Pierre Camaret vous avez servi dans les HJ ??? ... malgré vous ?? comme Benoit XVI
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
La HJ , n'etait pas obligatoire ..... mais extremement , extremement recommandee.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
SPERED DIEUB . Il y avait un cote tres positif dans cette organisation : La Camaraderie ( Kameradschaft) que je n'ai jamais retrouvee dans le civil ( dans la Marine ,si, en grande partie ).... cela a ete ma faiblesse dans la vie civile , de considerer la Compagnie comme une unite militaire ou paramilitaire .Resultats , avec les Societes francaises : Tres aime de mon personnel , SOUVENT en conflit avec mes superieurs hierarchiques,quand je defendais mon personnel . Avec les Societes etrangeres pour lesquelles j'ai travaillees , aucun probleme avec le personnel bien sur ,mais aussi aucun probleme avec ma hierarchie .
Mais la FRAAAAAANCE est une monarchie , je vous le rappelle.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Potr ar skluj. Votre Remarque est tres pertinente .
Le monde d'aujourdhui est mon Monde .
C'est exact je suis un metis Allemand- Breton , mais mon sang allemand apporte une valeur ajoutee a ma partie Bretonne .
J'en arrive a penser qu'il est dommage qu'il n'y ait pas eu plus de tel metissage en Bretagne .
Pendant 4 ans d'occupation , les troupes allemandes ont fait 200 000 enfants dans l'hexagone .
Il n'y a pas de statistiques separees pour la Bretagne ??? En avez vous ????
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
Bien que ce soit un peu HS, il faut ajouter au commentaire de P. Camaret sur la camaraderie dans la HJ, 3 remarques tirées d'un doc allemand vu sur Arte avec beaucoup d'interviews des membres.
- Si des parents n'envoyaient pas leurs enfants, c'est un cortège avec fifres et tambourins qui venait les réclamer. Presque impossible d'échapper à cette pression publique pour les parents et les enfants
- C'était des centres de loisirs avant la lettre avec des activités enrichissantes et agréables, donc, attractives
- Mais, on y appliquait le principe de l'obéissance sans discussion des consignes des différents petits et grands chefs (Fürherprinzip). Résultat : lors de la bataille de Berlin, les ados enrôlés se sont fait tuer sur place, alors que les Alliés étaient déjà quasiment vainqueurs
(0) 
Pôtr ar skluj
Mercredi 26 janvier 2022
À Naon-e-dad
Vous dénoncez les tabous lexicaux de la France républicaine, mais lorsque vous dénoncer "ethnie" comme un gros mot, vous faites montre des mêmes tendances. De tous les mots qui s'offraient à moi pour désigner l'entité culturelle et biologique que constituent les Bretons, j'ai choisi celui qui choquerait le moins. Nos prédécesseurs n'avaient pas ces pudeurs :
"Je vous disais dernièrement que les hommes de chez nous, depuis la guerre, avaient repris conscience de leur nationalité, de leur race, et qu'ils sont fiers désormais d'être des Bretons."
(Yann-Bêr Kalloh, lettre à Achille Colin, le 12 Octobre 1915)
"eit gobér d'er Vreihis konpren penaus ou des éleih a blégeu mat, hanaùet get en ol, hag e zeliehé ou lakat de vout fier ag ou gouen, er houen keltiek, kar d'er houen gallek"
(Loeiz Herrieu, Dihunamb, Meurh-Imbrill 1905)
Brud Nevez a reproduit une partie de la correspondance de Charlez ar Gall. Dans l'une de ses lettre, il félicite son correspondant pour la rapidité avec laquelle il a appris le breton et attribut cela au fait qu'il est "eur Breton a ouenn vad". Je n'ai pas ma collection de Brud Nevez sous la main, mais si quelqu'un possède le numéro 304, il pourra vérifier.
L'Emzao ne met plus en avant l'originalité ethnique des Bretons car il est francisé au point de ne plus pouvoir concevoir la nation en des termes différents de ceux qu'utilise la France : la nation comme une création artificielle et idéologique de l'État. Or l'État breton n'est en rien à l'origine de la nation bretonne. Sans son identité ethnique, la Bretagne serait aujourd'hui aussi peu menaçante pour l'unité française que le duché de Nevers, qui a pourtant été rattaché au Domaine Royal 200 ans après elle.
La Bretagne n'est pas un regroupement de plusieurs peuples comme l'est la France. Les Gallos sont des Bretons, ils ont gardé tous les traits de l'ethnie, sauf de la langue qu'ils ont perdue pour de bêtes raisons géographiques et économiques. Par contre, les habitants du Pays de Retz sont des Poitevins dans le l'ancien duché de Bretagne. Mais jusqu'à la dégénérescence de leur identité locale, ils savaient bien qu'ils n'étaient pas Bretons.
L'opposition Breton/Breizad fait partie des petites légendes de l'Emzao. Breizad n'est qu'un synonyme poétique attesté tardivement. Chez nos vieux auteurs, je n'ai pas jamais remarqué aucune nuance de sens entre ces deux vocables. Quoi qu'il en soit, le peuple use exclusivement du mot Breton.
J'espère, en tout cas, que personne ne sera tenté de tirer de mes constatations une de ces hiérarchie raciale qu'on établissait autrefois et qui, en effet, sont des perversions haïssables de l'anthropologie. L'ensemble du problème de l'ethnicité des Bretons n'a qu'une importance historique. Dans une génération, il n'y aura plus de Bretons ethniques.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
A BERLIN , 6000 HJ defendaient un pont contre les Russes. Ce Pont devait rester allemand pour permettre a l'Armee WENCK de degager BERLIN.
WENCK a desobeit , il a attaque les Russes de front avec succes, pour liberer les militaites et civils allemands deja prisonniers des russes, et leur ordonnant d'aller se rendre a l'Ouest ( US et Anglais ).
J'ai servi ( comme auxilliaire ) une piece de la FLAK , et après les bombardements , ai ete deblaye les ruines .... a 15 ans .Cela marque , pour la vie .
(0) 
Jean-François Mattler
Mercredi 26 janvier 2022
Bonjour,
Un malheureux point, et l'URL vers le lien du site Election Départementale Sundgau ne fonctionne pas.
Il faut suivre : (voir le site)
et non (voir le site)
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Pierre Camaret il n'y a pas que les jeunes bretons qui émigrent ,les jeunes australiennes aussi !!!
(voir le site)
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
SPERED DIEUB . C'est quand meme limite . IL S'AGIT de jeunes filles , nees en Australie ..... d'Origine musulmane.......... mais bien sur ,c'est inquietant .
Effet contraire : de jeunes australiens ( origine europeene /chretienne) rejoignent les milices chretiennes , pour aller combattre l'IS????
Nous semblons revenir aux Croisades .
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
SPERED DIEUB . Justement , la Presse ( the Australian) le publie . Le premier Australien volontaire qui servait dans la milice Kurde contre IS , a ete tue hier au Combat .
Il avait combattu dans l'Armee Australienne de Reserve en IRAQ et en AFGHANISTAN.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.