Une écrasante majorité de Bretons fière d'être Breton
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 24/04/14 11:29 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

NewCorp Conseil, une agence de conseils en communication lancée récemment par Alain Renaudin, a réalisé une étude comparative du sentiment de fierté d'appartenance à une région (1). La Bretagne est loin devant avec 96% des Bretons fiers d'être né en Bretagne.

Les Bretons sondés se disent « très fiers » d'être nés en Bretagne à 73% contre seulement 36% en Pays de Loire qui se disent fiers d'être nés dans les Pays de la Loire. Les Franciliens ferment la marche avec 21% de Franciliens fiers d'être nés en Ile-de-France.

L’agence a ajouté une possibilité d’esquive modératrice en permettant la réponse « assez fiers » ce qui fait que les écarts se rétrécissent quand on additionne les « très fiers » et les « assez fiers ». Cette possibilité permet une réponse pas trop négative à ceux qui n’ont pas d’opinion tranchée.

Le rejet du Grand-ouest

Certes on regrettera que le sondage n'ait pas posé la question Êtes vous fier d'appartenir au Grand-ouest ? . Quoi qu'il en soit, les écarts se confirment par les pourcentages additionnés de ceux qui ne sont « pas vraiment fiers » et « pas fiers du tout » et ainsi nous lisons dans l’ordre croissant :

Bretagne :3%, Pays de Loire :10%, Basse-Normandie ;14%, Ile de France :37%.

Ces comparaisons entre les régions administratives d’un mythique « Grand Ouest » sont tout à fait éloquentes quant à l’inopportunité qu’il y aurait à forcer des fusions politiques entre Bretagne et PdL par exemple. De même certains groupes de presse ont peu de chance de créer un soi disant « Peuple de l’Ouest » même en forçant le trait pour créer cette nouvelle espèce d’individus coïncidant comme par hasard avec les zones commerciales de diffusion et la volonté cachée des jacobins de diluer à jamais une identité qu'ils perçoivent à tort comme menaçant leurs intérêts et une construction politique de plus en plus remise en cause.

Le rejet par les Bretons de la notion de Grand Ouest en tant que territoire et circonscription n’obère en aucun cas l’intérêt des coopérations inter-régionales. Les ententes à ce niveau seront d’autant plus aisées que la Bretagne et les Bretons auront obtenu le respect constitutionnel de leur intégrité territoriale.

Le coeur a ses raisons que la tête ne connaît pas

Des artistes comme Alan Stivell et des universitaires bretons (2) l'ont souvent fait remarquer : le plus grand bouleversement en Bretagne ces dernières années est invisible. Il s'agit d'une mutation profonde et signifiante dans la perception que les Bretons ont d'eux mêmes. Au fil des siècles, les Bretons étaient devenus honteux d'eux-mêmes suite à un matraquage constant par les acteurs et les missionnaires de la culture dominante d'un voisin qui les avait conquis et qui avait voulu détruire tout particularisme craignant qu'il se transforme en séparatisme. Malmenés par l'histoire, les Bretons sont restés fidèles à leurs racines. À la recherche de justice, de paix et de dignité, les Bretons sont toujours là et entrent tête haute dans ce 21e siècle avec une fierté retrouvée.

Notes

(1)

(voir le site) de l'étude complète.

(2) Voir par exemple le livre du géographe Jean-Michel Le Boulanger : Etre Breton ou la thèse d' Erwan Delon, Docteur en sciences humaines et sociales : Jeunes Bretons ou l'identité enchanteresse.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2895 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 4 commentaires
Reun Allain
2014-04-24 14:54:40
Sur ce site
(voir le site)
on lira avec intérêt quelques observations concernant les découpages hérités de la technocratie :
*** Le scénario alors vraisemblable est un découplage entre le découpage administratif d'inspiration financière et étatique, et le découpage régional culturel, qui ne se reconnaîtra pas dans les régions "vues d'en haut", c'est-à-dire de Paris.
Alors, plus les régions seront larges et éloignées, plus le maillage des identités locales se réaffirmera et sera fin. Des exemples existent déjà, comme la Vendée ou la Savoie pour n'en citer que deux, qui vivent davantage à travers leur identité départementale que régionale (Pays de la Loire et Rhône-Alpes respectivement).***
(0) 
Alan Coraud
2014-04-24 17:21:52
ce sondage qu'au niveau des habitants de la Loire-Atlantique et on aurait constaté ce que l'on sait déjà : pour nous habitants du Pays Nantais rejet des pays de la Loire donc pas fiers du tout de cette violence politique qui nous est faite .
Précision, il faut être fiers d'agir pour la Bretagne,
pour son émancipation-unification, fiers d'apprendre notre langue etc mais être Breton en soi on en a aucun mérite.
Red eo deomp deskiñ brezhoneg.
(0) 
M.Prigent
2014-04-25 03:36:12
C'est Auxiette qui, sur la base de cette enquète, sera heureux de proclamer que 88% des ligériens sont fiers d'être nés en Pays de la Loire (donc après 1972 !!!).
(0) 
Fred
2014-05-08 18:27:58
Un sondage qui réalisé dans les régions administratives françaises et les Basques !? ils sont englobés dans l'aquitaine , région en plastique chinois comme les pays de la loire...... donc normal qu'ils n'apparaissent pas ! autrement ils seraient en premier ou seconde position !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.