Un Trait au large
Reportage de Un Trait au large

Publié le 15/07/20 14:21 -- mis à jour le 15/07/20 19:47
50725_3.jpg
Agenouillé sur le pont, Renaud trie la pêche et "dispatche" celle-ci dans les bacs.

Des journées de 15 heures, par tous les temps, toute l'année, c'est le quotidien des pêcheurs côtiers. Le Covid a bousculé l'emploi du temps, leurs habitudes. Les marchés ont fermé, la grande distribution a joué la solidarité et pris le relais pour vendre la pêche. Mais sitôt le 11 mai, les supermarchés ont repris leurs belles paroles et leurs mauvaises habitudes.

Stephane Delahaye

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Il y à plus de 20 ans, je passais devant la boutique d’un photographe. Dans la vitrine de nombreux appareils photos d’occasion : l’un d’eux me fait un clin d’œil. A sa vue, un bruit de déclencheur me revînt en mémoire, doux et chuintant comme deux notes de musique, un son de mécanique fine et précise, le son incomparable, entendu, enfant à la télé du Canon AE1. Je stoppe devant cette boutique assaillie par les souvenirs qui me reviennent en foules, des images de films et photos en Noir et Blanc s’associant au son du déclencheur… j’avais oublié ! Mon désir de devenir photographe et de fabriquer moi aussi des images me vient vers 13 ou 14 ans. Nous savons tous que nos rêves d’enfants sont difficiles sinon impossibles à réaliser, qu’ils restent le plus souvent de simples souvenirs, vous comprendrez dès lors pourquoi je suis rentré dans cette boutique. Depuis j\'ai voyagé, j\'ai même beaucoup voyagé, la photo m\'a servie de journal intime, chaque image marquant un souvenir comme un paragraphe de ma vie. Bidon ville du Nicaragua, montagnes du Maroc, ruines du Cambodge, forêts d\'Allemagne, lieux insolites et rencontres de tous les horizons, de tous les métiers de toutes les nationalités de toutes conditions sociales. Les paragraphes sont devenus des chapitres, les chapitres un livre qui reste à terminer. Il y a environ 20 ans je deviens marin, je commence à réaliser dans le même temps des photos de mariages et de reportages, des livres. Puis je quitte mon travail pour me consacrer à la photo. Les années se suivent et ne se ressemble pas. Pour palier au manque d\'argent je fais de l\'interim. C\'est à chaque nouvelle entreprise une nouvelle découverte, un nouveau voyage, des ambiances , des hommes, des femmes, avec des objectifs qu\'il faut tenir. Les opportunités de travail temporaire sont autant d\'occasions d\'acquérir de nouvelles compétences professionnelles et d\'élargir sont réseau, les expériences diverses sont autant d\'occasion de démontrer ses compétences, ses qualités et son sérieux. Dés le départ j\'ai voulu réaliser des photos dans les entreprises qui m\'employait. Chaque travail mérite d\'être photographier, je crois même que chaque entreprises devrait proposer un service photo à ses employés. Nous passons près de 40 ans au cours de notre vie, à travailler je trouve que cela mérite un souvenir à partager en famille ou entre amis. Aujourd'hui je mets mon expérience au service de mes mariés, des entreprises et de ma région..
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.