Un seul député breton a rejoint le nouveau groupe régionaliste à l'Assemblée nationale
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 18/10/18 3:05 -- mis à jour le 18/10/18 13:56
46007_1.png
Par XIIIfromTOKYO — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27712821

16 députés ont décidé de former un nouveau groupe hier à l'Assemblée nationale. Dénommé "Libertés et territoires", il regroupera principalement des députés régionalistes ou pour une vraie décentralisation. Alors que trois députés corses (sur quatre) ont rejoint ce groupe, un seul député breton a décidé de le rejoindre, il s'agit du député du Morbihan ex-LREM Paul Molac. Le groupe rassemblera des députés non-inscrits, des ex-LREM, des ex-UDI, des ex-PS, et des radicaux. Les 4 députés affiliés à la fédération "Régions et Peuples solidaires" (RPS) en font partie.

Paul Molac avait manifesté à plusieurs reprises son désaccord avec le gouvernement au sujet de la recentralisation sournoise qui a lieu depuis une dizaine d'années. Il a dénoncé la suppression de la taxe d'habitation si nécessaire aux communes, la suppression des emplois aidés qui affectaient tout particulièrement les écoles DIWAN. Il est le seul député à avoir voté contre le glyphosate en septembre dernier, ce qui n'est pas rien quand on est l'élu d'une circonscription rurale agricole. Farouche défenseur des langues minoritaires, il a poussé plusieurs amendements dans cette direction, et, à cette occasion, lors d'un débat parlementaire, a pris la parole en breton au sein de l'hémicycle. Il est aussi un fervent défenseur de la réunification de la Bretagne.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1353 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 7 commentaires
Yannig Coraud
2018-10-18 13:55:31
Bravo à Paul Molac et aux 15 autres députés qui nous montrent la voie à suivre
En espérant que d'autres bretons les rejoignent
Je continue d'espérer en la politique surtout après avoir lu le livre d'Yvon Ollivier
KENAVO HA CHANS VAT D'AN HOLL
(0) 
Jacques
2018-10-18 13:58:06
Preuve une fois encore que le Mouvement Breton est dans l'impasse...
Il faut se souvenir que l'immense majorité du Mouvement Breton a voté Parti Socialiste Français durant plus de 40 ans préférant une collaboration jacobine (sous couvert du ''camp du bien'') à la création d'une véritable offre politique bretonne (l'UDB a ce titre ayant saboté le vote breton en se ralliant de manière systémique aux jacobins tout en agressant de manière peu démocratique toute offre politique bretonne n’appartenant pas au ''camp du bien'').
Et la conséquence (qu'on on aime oublier), c'est qu'au CR B4 les conseillers nationalistes bretons ont disparu alors que les conseillers RN/FN ont fait une entrée majeure...
La chute du Parti Socialiste Français a laissé le Mouvement Breton orphelin... mais aussi avec une crise des valeurs!
(la chute du PSF étant la conséquence du décalage entre son oligarchie médiatico-financière méprisant ouvertement le peuple et son électorat de moins en moins populaire mais de plus en plus islamisé ou issu de l’immigration extra-européenne... le mariage de la carpe et du lapin..)
Cela s'est parfaitement démontré avec le report du ''vote breton'' sur le candidat MACRON... Un vote comme une bouée de sauvetage pour le ''camp du bien''... Un MACRON devant son élection à une pression médiatique largement orchestré par l'oligarchie financière très favorable au maintient de l'Etat-Nation jacobin...
Aujourd'hui, il n’existe pratiquement plus de relais pour défendre DIWAN, la Réunification et encore moins la démocratie bretonne. Le clientélisme du PSF ayant disparu et le réseau politique breton étant inexistant...!
=> L'échec du Mouvement Breton est total...!
Un phénomène unique en Europe... (partout où l'on regarde, il n'existe nulle part de situation comparable et dramatique comme celle que nous vivons en Bretagne. Une situation qui devrait nous apparaître évidente tant nous sommes théoriquement ''ouvert sur le monde''... sauf que cette ouverture clamée n'apparaît qu'être un verbiage d'autosatisfaction).
=> Reste maintenant à imaginer comment reconstruire???
Car malgré l'évidence cela va être difficile de faire accepter à des milliers de personnes nourris à la croyance quasi religieuse d'appartenir au ''camp du bien'' qu'ils ont fait fausse route de manière monumentale...
(0) 
P. Argouarch
2018-10-18 13:59:20
(0) 
Lhéritier Jakez
2018-10-18 19:02:43
Les histoires politiques bretonnes se répétant et le théatre politique médiathique français actuel est tellement pollué que les électeurs de base n'ont plus d'objectifs visibles pour se mobiliser.
A quand un groupe d'Union bretonne se mettant en place pour les municipales de 2020 ..?cela urge.
Mr Paul Molac, avec d'autres "leaders" bretons dans tous les domaines, peut il être un des moteurs pour une conquête des collectivités territoriales bretonnes.
(0) 
Diveli
2018-10-19 20:31:14
Je le répéterai, mais c'est très important.
Dans un premier temps, au terme relativement court, il faut bien sûr soutenir les enjeux tels que la réunification, l'autonomie, l'officialisation du breton, l'identité en tant que peuple, la dévolution économique, l'indépendance au final.
Mais à long terme, le futur État breton, qu'il soit capitaliste ou communiste, ou entre les deux, ne saura jamais résoudre des inégalités profondes, ne pourra jamais assurer la vie digne à toute la population, car même avec de plus belles intentions, les politiciens sont intéressés d'abord au pouvoir, les entreprises - d'abord au profit, et non pas à l'environnement.
De ce fait, en Bretagne comme dans le monde, la conclusion logique de tous les combats progressifs: émancipation des peuples, environnement, égalité de genre, de couleur, du travail aux conditions dignes etc. est la société anarchiste, horizontale, sans hiérarchie ni États.
L'anarchie a déjà marché en certaines sociétés, elle marchera dans le monde entier, il suffit de la volonté populaire générale.
Bevet an diren, bevt pobloù ar bed!
(0) 
Loïc.L
2018-10-24 20:51:33
@Diveli
Je ne vois pas ce que viens faire l'anarchie, même si vous essayez de l'expliquer.
La démocratie est un très bon principe, à ameliorer certes, l'anarchie que vous proposez est tout l'inverse, cela s'appelle la loi du plus fort.
Et vous écrivez " Mais à long terme, le futur État breton ... ne saura jamais résoudre des inégalités profondes". Vous êtes bien péremptoire! C'est le cas de la France, mais la Bretagne non, elle n'a pas les mêmes gènes.
La Bretagne s'est toujours mieux gérée que la France n'a pu le faire. Le territoire de la Bretagne n'a pas changé deuis plus de mille an, ce qui doit être unique dans l'histoire des peuples. Elle a des conseils à donner. Je trouve que vous avez une bien basse image de la Bretagne - ou de la démocratie.
(0) 
Luten Ar noz
2019-03-31 12:42:51
Un homme libre aux services des citoyen: c'est rare.
Paul Molac est un des rares députés breton à faire honneur à ses racines. Un homme attaché à ses langues: le Breton, le Gallo et le Français. Son intervention à l'Assemblée Nationale était émouvante et on sentait la sincérité dans ses propos. Depuis, bien que n'étant pas de sa circonscription, je suis ses interventions et pour moi, c'est un des derniers hommes politiques qui a une conscience libre et généreuse. Bravo pour cette prise de position.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.