Couverture du roman
Couverture du roman

L'édition est plus que jamais soumise à la terrible dictature de l'actualité, qui fait tomber dans l'oubli peu après leur parution certains ouvrages qui auraient mérité de rencontrer une audience plus importante. Le roman de Patrick IarnHowen est de ceux-là. Edité par une maison d'édition basée à Lopérec dans le Finistère, il n'a pas reçu l'accueil qu'il mérite auprès de la presse quotidienne et des revues culturelles.

Gaïa point zéro ne nous divertit pas aimablement comme tant d'autres romans. Il nous rappelle que notre époque dévastatrice est en pleine convulsion, que notre humanité exténuée est à un tournant crucial de son existence.

Bien que l'auteur, chercheur en sciences humaines à Brest depuis trente ans, ne le mentionne pas, le nom de Gaïa, déesse primordiale de la mythologie grecque, ne peut manquer de faire penser aux travaux du scientifique anglais James Lovelock, qui dès 1970 désigna ainsi la terre et sa biosphère, en tant qu'organisme vivant qui s'autorégule pour maintenir la vie. Patrick IarnHowen s'empare des savoirs anciens dévalorisés, faits de connaissances intuitives et de rapports étroits avec la nature, manie toutes les disciplines du savoir actuel et met en scène ici les concepts les plus complexes qu'il présente dans sa postface. Il s'appuie sur des connaissances solides, loin d'une digression philosophique new-âge. Mais, la lecture de ce roman ne nécessite pas une connaissance de ces références. Tout l'art de Patrick IarnHowen est de mêler l'imagination et la lucidité, la fiction et la réflexion, car Gaïa Point zéro est bel et bien un roman à la narration haletante, faite de péripéties, d'intrigues, de rebondissements.

Le point de départ du roman se situe dans les années 2020. La technoscience et la dictature invisible de la finance ont pris le pouvoir engendrant une inhumanité absolue. Ce centre de ténèbres contamine toute forme de pensée. C'est la fin d'un cycle de 26 000 ans, dominée par la figure du guerrier. L'humanité, devenue une espèce agressive et invasive, plonge dans les bas-fonds et s'empêtre dans la violence et l'ignorance, déchaîne des forces qu'elle ne maîtrise pas, mettant en péril l'écosystème terrestre et sa propre existence. Quelques dissidents, hommes et femmes, dont le vieux sage Alexis et Lugh son jeune initié, entrent en résistance. Cette ½uvre noire sur un monde décomposé est aussi un récit initiatique où nous assistons à la naissance d'une nouvelle humanité.

Marie-Josée Christien

Gaïa point zéro, Patrick IarnHowen, Editions Nouvelle Terre, 484 pages, 22 ¤

Site de l'éditeur : (voir le site)

Voir aussi :

mailbox imprimer