Un new deal pour la Bretagne ?
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 26/05/09 3:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Réuni en session extraordinaire hier pour discuter de la crise, le Conseil régional de Bretagne a lancé le débat sur les orientations de l'économie bretonne au sortir de la crise.

Le Drian, président du Conseil Régional, a appelé à la mise en place d'un « Breizh Green Deal, d'une nouvelle révolution économique bretonne, en nous appuyant sur les savoir-faire accumulés de ce qu'on a appelé le modèle breton, mais avec plus de valeur ajoutée, plus d'écologie, plus d'innovation, plus d'énergie maîtrisée. Nous dépasserons la fragilité de notre système productif. Il faut créer une sorte de new-green-deal ou de breizh green deal».

Les budgets liés à la mise en place de ces nouvelles aides à la formation seront débattus et votés lors de la prochaine session du Conseil régional, les 25 et 26 juin prochains.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1282 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
henri de Lesquen
2010-08-31 23:27:40
Qu'on me permette de dire qu'il s'agit là de l'exemple typique de l'effet de communication dans le mauvais sens du terme.
La "région" Bretagne n'a tout simplement pas les leviers pour penser l'économie bretonne et lui donner une direction globale en concertation avec les acteurs économiques et sociaux en plus des spécialistes des questions concernées.
Le "new deal" consisterait à avoir une autonomie fiscale quasi totale, la suppression des préfectures et le remplacement des chambres de représentation par de nouvelles structures, beaucoup plus transparentes. Le tout associé à une réduction drastiques des échelons administratifs.
Il faudrait un "parlement économique, social et d'innovation" capable de créer une démarche collective réflechie, consensuelle et volontariste mais aussi une banque centrale bretonne.
Bref autant de réformes interdites par le cadre français actuel qui condamne toute initiative, donc toute réactivité.
Le budget de la "région" est si dérisoire, qu'il ne peut absolument pas penser et déterminer de changement de l'ampleur affichée. Il est malhonnête d'utiliser des termes si forts quand on objectivement pas les moyens d'une telle politique.
Utilisez le mot breton "Breizh" et anglais "New Deal" dans un système qui brille par la négation des libertés bretonnes et une méconnaissance grave du monde du 21ème siècle que souligne un franco-centrisme aberrant sont donc un effet de manche plus qu'une politique.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.