Un excellent CD d'Andrea SEKI et Fabrice DE GREAF, avec DREAM° - Bardik Springs

-- musique --

Chronique de Culture et Celtie
Porte-parole: Gérard Simon

Publié le 6/10/17 12:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
Andréa SEKI - "On The Road To Tattapani" - Extrait de 01:06. CD Coop Breizh - Andrea SEKI et DREAM°

Ah qu’il est plaisant, enthousiasmant et ravissant, au sens étymologique du terme, de recevoir un album de cette qualité et d’écouter, de ré-écouter, de « sur-écouter »… mais, finalement, de ré-écouter, encore, sa substantifique moelle musicale qui, à chaque passage, nous dévoile de nouvelles et multiples richesses sonores.

43196_1.jpgJaquette CD Andrea SEKI et Dream° "Bardik Springs" Elfic Circle - Coop Breizh

Vous aimez le néo-celtique vivant et vaste, le progressif inventif, mais structuré, la world qui ne cède pas aux modes des métissages intempestifs de bon ton et parfois bien hasardeux, la transe qui n’occulte pas la mélodie et l’« orchestration », l’ambient qui ne se perd pas dans d’intellectualistes dédales… Cet album du harpiste auteur-compositeur Andrea SEKI, merveilleusement et principalement entouré de Catherine DREAU, artiste du son liquide et séquentiel s’exprimant sous le nom de DREAM° et de l’excellentissime flûtiste, virtuose du bansouri indien (flûte en bambou), Fabrice DE GRAEF, sans nul doute, vous concerne.

C’est, d’habitude, la conclusion de nos chroniques : ce sera, ici, d’entrée, nos primes propos : Procurez-vous ce remarquable CD de 11 titres distribué par Coop Breizh !

Ah au fait !… le titre de l’album : « Bardik Springs ».

Plus d’une heure de voyage « indo-néo-celtique » vous attend !

C’est, en effet, au cours d’un voyage effectué de Bretagne jusqu’aux sources de la culture Indo-Européenne, du Karnataka, état situé dans le sud de l’Inde, jusqu’au Kashimire qu’a été composé et enregistré cet album conceptuel, fruit de l’imagination… et du spécifique talent, déjà évoqué dans nos colonnes en ligne, de ce viscéral artiste qu’est Andrea SEKI.

La fiche de presse, jointe à l’album, précise que d’autres talentueux musiciens, rencontrés à Gokarna, village de l’état du Karnataka, se sont joints au projet, jusqu’aux sources sacrées du « Naranagh » en participant, même, à l’enregistrement de Srinagar, sur le lac Dal… dans un « house boat ».

Ce n’est pas notre habitude de détailler, à ce point, l’aréopage des musiciens présents en séances qui « sculptent », aussi, avec le « leader », l’architecture sonore d’un disque en y introduisant tant de subtilités musicales et sonores.

Mais nous allons, pour cet opus, le faire, d’autant qu’au-delà de citer leurs patronymes, vous allez, ainsi, pouvoir percevoir la multitude d’ instruments qui colore, avec finesse, de leurs jeux et sonorités, ce spectral album.

- Andréa SEKI : Harpe électro acoustique néo-celtique, façonnée par le célèbre luthier quimpérois, Marin L’HOPITEAU – Eventide FX pedal harp sounds – Harpe Drones et loops – Voix.

- Fabrice DE GRAEF : Né d’une mère pianiste et d’un père ingénieur en synthèse sonore, Fabrice DE GRAEF est un flûtiste bansuriste flamand. Par son grand père, sonneur de cornemuse et passionné de musique bretonne, dès ses 8 ans, il l’apprend la bombarde, son premier instrument. Suite à un séjour, d’un an, en Irlande, il décide d’en savoir plus sur les racines Indo-Europeenne de la musique, dite Celtique. Il part vivre en Inde, hébergé, tour à tour, par la famille du flûtiste Hariprasad CHAUSARIA puis, par le violoniste L.SUBRAMANIAM. Dix ans, durant lesquels, il se jette corps et âme dans l’apprentissage du Bansuri et du Raga. Ce présent album est, pour lui, une chance de réunir Inde et Bretagne… dans le « même sillon » !

Il était déjà présent dans le précédent CD d’Andrea « Son Atlantel » (voir le site) - Bansouri (flûte indienne)

- DREAM° (Catherine DREAU) : Tubalophones – Bol taoïste.

Depuis 2013, DREAM° expérimente un ensemble d'instruments fréquentiels composés de cinq tubalophones de nouvelle conception, deux métallophones ainsi qu'un bol Taoïst et bol de cristal en s'inscrivant au sein du Elfic Circle Project, collectif de musiciens créé en 1998, par Andrea.

- David HOPKINS : déjà présent dans le précédent CD d’Andrea « Son Atlantel » (voir le site) - Percussions, Bodhran, Daf, Hang Drum, Ocean harp, Bendir, Cimbals, Kalimbas, Shakers, Bells...

Entre autres, membre de BARZAZ, il a participé, en 2002, à l’enregistrement de plusieurs titres de l’album instrumental d’Alan STIVELL, « Au delà des mots ».

- Narayan GARGALLO : Guitare classique.

- Federica SCIAMANNA : Chants.

- Vincent BERTOUX (BIMALL) : chants Védiques.

Le chant védique est la récitation, sous forme de chants, de textes sacrés, comme les védas. Ceux-ci sont rédigés en sanskrit et sont les plus anciens des textes chantés de l’Inde.

- YOUTH (Martin GLOVER) : Basse.

- Daniel ROMAR : Galician Bag pipes, Sumerian Pipes.

- Didier DREO : Guitare électrique. Il se produit, en duo, avec Nolwenn KORBELL et était très présent sur son excellent CD « Noazh ».

- Michael RENDALL : Synthés et orchestrations.

- Farooq AHMAD : Chants traditionnels.

- Jansheed AHMAD :Tumak Nare (percussions du Kashemire).

- Bruno GENESTE : Poète et essayiste, surréaliste auteur-performeur de Pont-l'Abbé : Performance poétique, voix sur « Bardik Springs », en version française.

Après lecture de ces lignes, vous imaginez, aisément, la richesse du spectre musical qui colore et illumine ce disque.

Ayant passé plusieurs mois au Kashmire à la recherche des origines de la musique celtique, issu du nouveau courant harpistique bardique et contemporain, Andrea nous propose un émouvant album, tour à tour, spatial, ancestral, méditatif, psychédélique, aquatique, hypnotique… aux ambiances et spires quasi « floydiennes ».

Pas étonnant, donc, que ce disque « Bardik Springs », enregistré à Srinagar, au Kashmir et finalisé en Bretagne, ait été mixé, dans les studios de Londres de YOUTH (Martin GLOVER) célèbre producteur d'avant-garde psychédélique électro... qui a, aux côtés du leader guitariste David GILMOUR, producteur, coproduit, avec Phil MANZANERA le 15ème et dernier album studio de PINK FLOYD, paru en 2014 : « The Endless River ».

YOUTH a donné la possibilité au concept « Elfic Circle Porject » de transcender son expression artistique, Michaël RENDALL, l’ingénieur du son, également, sus-nommé parmi les musiciens, a, magiquement et littéralement, mis en espace les différents intervenants, sublimant les valeurs artistiques, humaines et spirituelles qui émanent des 11 pièces de ce très beau programme.

S’agissant d’un album, où tout, admirablement, naturellement, se lie, tout fusionne avec goût et précaution, tout s’interconnecte et se nourrit de l’autre, dans le culte de l’unité d’un album que nous apprécions, toujours, nous éviterons de nous lancer dans une présentation, pas à pas, des différents morceaux qui le composent.

Il y a une réelle unité artistique dans cet enregistrement.

Ce disque réhabilite, ainsi, comme dans les riches et créatives années 70, où, notamment, pop et symphonique se mariaient pour le meilleur et non le pire, l’idée d’un album divers, mais homogène, rythmé mais mélodique, méditatif mais non évaporé, ancestral, mais, aussi, prospectif.

Bien sûr, vous ne passerez pas à côté du remarquable jeu de harpe d’Andrea qui « conduit » de nombreuses plages. Vous l’écouterez, plus en « avant-scène », dans « Rozaball Secret » et « Bardic Voyage » (plages 6 et 7). Vous apprécierez la limpidité rythmée de son jeu.

Andrea SEKI est un harpiste contemporain de tout premier rang. S’il a commencé, dès 12 ans, par la guitare, puis, plus tard, a pratiqué le luth en interprètent de la musique de la Renaissance et du Moyen-Age, c’est notamment, en 1995, lors d’une rencontre, en Italie, avec Alan STIVELL dont il assurait, dans un festival et au luth, la première partie, que vivement encouragé par le « harper hero » à l’origine de la renaissance de la harpe celtique « re-construite » par son père, Jord COCHEVELOU, tout s’est, réellement, précisé pour l’artiste toscan qui venait, tout récemment, de découvrir, en Bretagne, la harpe celtique. Fort belle coïncidence, cautionnée, également, par Jakez FRANCOIS figure des légendaires et mondiales harpes CAMAC (voir le site) qu’Andrea a rencontré, en pays nantais, dans les ateliers de MOUZEIL (44-Bzh).

MYRDHIN aura été, aussi, pour Andrea un précieux guide avec lequel Il apprendra, entre autres, les techniques antiques du Clairseach (harpe gaélique).

Puis, Andrea approchera, également, la regrettée Kristen NOGUES, Gwenael KERLEO (Voir), Christian LE GOVIC (Voir), s’inscrivant, avec son propre style dans cette très belle lignée d’instrumentistes à cordes bretons.

Côté prospectif… progressif, dirigez votre écoute vers la plage 10, « Return to Dana’s océan ». Plus de 9 minutes d’envoûtement vous attendent. Grâce au bansouri de Fabrice DE GRAEF qui survole en spires mystiques l’orchestration synthétique de Michael RENDALL et les pleurs des Pipes de Daniel ROMAR, sur un fond sonore de mer orageuse et ténébreuse ponctuée des percussions de David HOPKINS, vous allez envisager d’autres paysages, d’autres horizons...

Instinctivement, j’associe cette pièce à l’huile sur toile « Grandes marées » du brillant peintre malouin, Christian DUMOULIN, que nous vous présentons sur nos pages en ligne (voir le site)

Dana, la déesse de la mythologie celtique irlandaise, est, sans nul doute, très présente dans ce tableau musical très contemporain.

Au-delà de cette évocation picturale, toute personnelle, « Return to Dana’s océan » s’avère une excellente introduction pour la version française de « Bardik Springs » déclamée par le poète performeur, Bruno GENESTE avec qui Andrea travaille et se produit, régulièrement.

Après un gravitant et ascensionnel solo de harpe d’Andréa, le contemporain conteur nous projette, en taches colorées et sensuelles, ses mots dans un mode surréaliste : « Ecume amoindrie entre les roches », « L’horizon des jours s’absorbe dans son ombre », Le soir remonte le courant invisible du passé dans ta voix », « L’écume froisse et nous révèle »…

Plus on avance dans cette narration, passionnément interprétée et prenante, plus le prime et apparent hermétisme prend sens réel dans une tentative de décryptage progressif du rapport de l’humain avec son milieu naturel et spirituel.

Une toute petite critique, il en faut bien une, mais, nous semble t-il, pour une meilleure valorisation de ce substantiel texte, autant les attaques des phrases sont, très nettement, audibles que certaines fin de propos prononcés, plus dans le souffle, pâtissent d’un mixage, peut-être, un peu trop présent de la harpe.

Cet album est remarquable, éveillant chez l'auditeur visions intérieures et émotions et toujours, un plaisir, une curiosité, un bien-être renouvelés.

Comparé à un fin nectar, cet album est un « cru de garde » qui vous fera voyager, imaginer, ressentir et réfléchir.

En possession du CD, n’hésitez pas à « pousser », un peu, le volume de votre chaîne Hi-Fi pour mieux vous envelopper de cette ample création.

Dépassez l’écoute en mp3, nécessaire pour la présentation en ligne, mais bien loin de la qualité sonore du support original.

Vous qui nous lisez, ne vous contentez pas de l’extrait sonore diffusé à l’ouverture de la page qui, par ses côtés celtiques très évidents qui tissent bon lien avec la ligne éditoriale de notre site, risquerait de vous priver d'autres sonorités que vous pourrez, déjà, partiellement, appréhender au travers de notre medley de 3 titres.

Un très grand bravo Monsieur SEKI, à partager avec vos musiciens, chanteurs et poète, pour ce « plus que bel opus » !

Ah qu’il est plaisant, enthousiasmant et ravissant, de recevoir un album de cette qualité !.. et, chers visiteurs, de vous le faire connaître et, espérons-le, au plus vite, partager !

Gérard SIMON

Illustration sonore de la page : Andréa SEKI - «On The Road To Tattapani» - Extrait de 01:06.

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, l'e-MAGazine : (voir le site)

_______________________________________

A la suite de la parution de cette chronique, Andréa SEKI et DREAM°, nous ont, particulièrement, touchés en nous remerciant chaleureusement pour ce présent «papier musical» consacré à leur magnifique album «Bardik Springs» et, même plus largment, pour la ligne éditoriale de Culture et celtie, l'e-MAGazine...

Et leur plus beau cadeau : des précisions sur deux titres de l'album, que nous publions in-extenso, ci-après.

Mersi Bras, cher Andréa et DREAM°... et kenavo ar wech all ! - Gérard SIMON.

.../...

On voulait simplement vous clarifier deux titres «Return to dana's Ocean» et les deux versions de «Bardik Springs».

Sur «Return to dana's Ocean», les orchestrations rythmiques sont effectuées par Michael RENDALL et pas David HOPKINNS, plus la présence d'enregistrements live pris à Gokarna (mer, vagues «effectées», cloches de temples, bruitage naturel d'atmosphère de jungle)...

Puis, pour mieux comprendre les deux versions de «Bardik Springs», morceau qui a particulièrement touché Youth qui le considère comme un «Master pièce» et qui, malgré cela, était froid envers la présence d'une narration en Français, nous a donné l'opportunité de réaliser une version avec la voix phantome de Bruno GENESTE, utilisée comme un effet sonore (version Anglaise) et, de notre coté, nous avons préservé la version nue qui est un trio composé, simplement de la harpe et des tubalophones enveloppés par la voix de Bruno.

C'est pour nous, important de noter l'alchimie particulière qui naît de la fusion entre la harpe aérienne et les tubalophones ( qui dans les gammes Dravidiennes représentent les éléments du feu et de l'eau) et la complémentarité subtile de l'ensemble.

Avec Dream°, ces derniers deux ans, j«ai développé un son inédit,et parfois difficile à percevoir du fait du jeu liquide de Dream° qui fusionne avec la partie de la harpe »effectée« qui crée une matière sonore de substance nouvelle.

Andréa SEKI et DREAM°

Les titres du CD »Bardik Springs«.

01 - Voyage To Karnataka - 05:51.

02 - Prélude - 02:19.

03 - Om Beach Nectar - 03:19.

04 - Breton-Vedic Trance - 04:20.

05 - On The Road To Tattapani - 07:00.

06 - Rozaball Secret - 03:24.

07 - Bardic Voyage - 07:00.

08 - These Days In Srinagar - 09:38.

09 - Bardik Springs (Version Anglaise) - 10:14.

10 - Return To Dana's Ocean - 09:18.

11 - Bardik Springs (Version Française) - 10:21

Total : 62:18

CD »Bardik Springs"- Andréa SEKI

Parution : 16 juin 2017.

Distirbué par COOP BREIZH - (voir le site)

Réf : 6119845

Le site Internet d'Andréa SEKI : (voir le site)

Le site de Fabrice DE GRAEF : (voir le site)

© Culture et Celtie

©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.