Un député autonomiste catalan blessé par des extrémistes de droite dans la délégation madrilène de la Catalogne

-- Politique --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 12/09/13 20:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La Vanguardia, quotidien barcelonais, indique que, le soir du 11 septembre, vers 19 h 30, Josep Sanchez Llibre, député au Congrès espagnol de «Convergence et Union», le parti qui gouverne la Catalogne, a été violemment agressé par un groupe espagnoliste d'extrême-droite dans les locaux de la Généralité, à Madrid, qui sont situés dans une partie du centre culturel de la Blanquerna, calle de Alcala.

Aux cris de «La Catalogne, c'est l'Espagne», il a été jeté à terre et frappé par une barre de fer, mais l'agresseur a été stoppé par les autres défenseurs. 5 personnes ont été légèrement atteintes, dont une petite fille de 4 ans à cause du gaz utilisé par les attaquants.

Tous les partis représentés aux Cortes d'Espagne lui ont fait part de leur solidarité.

Lors de la brève conférence de presse qu'il a tenue, le député a dénoncé un esprit de catalanophobie dans certains milieux espagnols. La police a interpellé 7 personnes, le 12, et 5 autres, le 13, mais le groupe comprenait de 15 à 20 attaquants qui font partie de Démocratie nationale et Phalange espagnole, qui n'aurait pas été signalé comme violent. C'est très probablement, l'énorme succès de la chaîne humaine en faveur de l'indépendance de la Catalogne qui a provoqué cette réaction de fureur (voir notre article). Le parti catalan CDC (centriste) a demandé l'interdiction des groupes d'ultra-droite.

La Vice-Présidente du gouvernement espagnol a dit qu'à l'interdiction, elle préférerait un renforcement des lois d'incitation à la haine.

Le premier ministre de Lettonie, Valdis Dombrowski, n'a pas exclu que son pays appuierait l'indépendance de la Catalogne, si un processus démocratique est respecté.

La Commission européenne a refusé de commenter la poussée indépendantiste qui met une forte pression sur les gouvernements espagnol et catalan.

Ce dernier parle d'une éventuelle élection plébiscitaire, mais, étant à droite, il est menacé d'être devancé par la Gauche républicaine de Catalogne, le seul parti invariablement indépendantiste qui ait gagné des élections, il y a 90 ans.

Voir aussi :
mailbox imprimer