Un collectif d’artistes et d’auteurs réclament un plan Marshall pour sauver le breton

-- Langues de Bretagne --

Reportage
Par Philippe Argouarch

Publié le 15/02/20 7:38 -- mis à jour le 16/02/20 09:52
L'appel de Morlaix, Paolig Combot dénonce l'échec du Conseil régional pour sauver les langues (205 vues)
Appel de Morlaix pour sauver les langues bretonnes : Yvon Ollivier (247 vues)
Appel de Morlaix : Interview de Frank Darcel (447 vues)
Appel de Morlaix : Interview d'Yvon Ollivier (121 vues)
Clarisse Lavanant sur le breton (231 vues)

Onze membres du collectif des artistes, auteurs et universitaires de Bretagne, se sont réunis à Morlaix au siège de l'association Ar Falz – Skol Vreizh pour lancer un appel afin de sauver les langues bretonnes. En effet l'Unesco a classé la langue bretonne dans la catégorie des langues en voie d'extinction.

Seulement 3% des enfants bretons sont dans des classes bilingues contre 50% au Pays Basque nord, ont fait remarquer plusieurs porte-paroles du collectif dont Paolig Combot.

Le collectif qui réunit une centaine de personnalités avait écrit au président de Région, Loïg Chesnais-Girard, pour réclamer un « plan Marshall » . «Il n'a même pas daigné les recevoir», s'est plaint Yvon Ollivier, un des porte-paroles du collectif. Dans sa réponse le président d'une région Bretagne qui dépense moins de 1% de son budget pour sauver ses langues a juste mentionné qu'il allait augmenter ce budget tous les ans. Le collectif trouve cette réponse inadéquate. L'inquiétude du collectif s'est progressivement transformée en colère comme on a pu le voir hier lors de la conférence de presse organisée dans les locaux de l'association Ar Falz – Skol Vreizh à Morlaix.

Le collectif demande que ce budget alloué aux langues bretonnes soit multiplié par 10, soit 80 millions d'euros par an, a déclaré Yvon Ollivier, par ailleurs auteur du livre Lettre à ceux qui ont renoncé à la Bretagne.

Les signataires de l'Appel exigent la mise en oeuvre d’une véritable politique linguistique avec des objectifs ambitieux. Ils demandent aussi «la généralisation de l’enseignement de nos langues à l’ensemble de nos enfants.»

Document PDF 50022-conferencedepressegalvmontroul.pdf Le dossier de presse. Source : Skol-Vreizh
©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. (voir le site) et (voir le site)

Vos commentaires :

Laer-noz
Dimanche 16 février 2020

Un plan national "Barbe Torte" c'est beaucoup mieux! Au delà de la langue seulement !

Jacques
Mardi 18 février 2020

C'est bien mais on connait déjà...

Une bonne partie des militants d'Ar Falz ont largement combattu la diversité politique (seul l'étiquette ''gauche'' ayant droit de citer), même l'émergence d'une offre politique bretonne indépendante des appareils politiques parisiens.

Une démarche qui étonnerait le fondateur d'Ar Falz qui était (sauf erreur de ma part) membre du PNB.

Je pense que la vieille garde des années 70-80 est face au mur de l'erreur de cette stratégie.... Une stratégie qui à préférée laver/réécrire l'histoire du 20ème siècle sur le dos des anciens pour se prétendre blanc comme lingue, là ou il fallait assumer...

Le résultat est impossible à masquer, nos ''amis'' socialistes nous l'on on donné ''un peu'' au prix du renoncement à la création d'une force politique.

Dans l'Emsav, il est aujourd'hui mal perçu de s'engager en politique bretonne si vous n'êtes pas clairement étiqueté à gauche... et encore...

(Combien de militants et proche du mouvement breton vote jacobin? l’écrasante majorité)

Il est temps de revoir cette stratégie, d'assumer le passé, de regarder vers l'avenir en respectant la diversité politique afin de construire enfin une puissance démocratique en Bretagne!

Les ''pennou braz'' du mouvement breton, sont-ils prêt à construire un avenir au prix de la reconnaissance de l'erreur de ces 40 dernières années??? Derrière les bonnes volontés de façade, pas sûr....!

Tant qu'il n'y aura pas 20 à 30% de citoyens bretons à voter national (breton), toutes les avancées ne dépasseront pas le stade d'une mort programmée de la langue et du renoncement des Bretons à la démocratie...

=>Nos amis ''de gauche'' nous vente les mérite du circuit court et l'économie de proximité, à quand la même logique appliquée à la démocratie???

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 8 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.