Un champion de la cornemuse de Bretagne est parti : Erwan Roparz

-- Nécrologie --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 9/01/15 12:34 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Erwan Roparz, un des « monstres» de la grande cornemuse écossaise ou biniou bras est décédé le 8 janvier, après une longue maladie.

Il n'avait que 64 ans, mais il restera comme l'un de ceux qui ont porté l'excellence musicale en orchestre (bagad en breton), qui ont fait que les bagadoù de Bretagne sont les seules formations musicales issues de la tradition qui sont parfois conviés dans des émissions de télévision.

Pendant des années, non seulement, Erwan a développé la maîtrise de son instrument, mais il a été la locomotive du Bagad Kemper, qui a, presque, monopolisé les titres de champion de Bretagne (finale au festival de Lorient) et continue de le faire dans la droite ligne de son exercice de «penn soner» devenu quasiment une légende. Sous sa conduite , le bagad en a gagné 10 et il fut acteur de deux autres.

Surnommé, amicalement, le «Grand bleu» ou «le Géant bleu» (les costumes bretons de Quimper et du bagad sont bleus), Erwan a été inspiré par son père, Loeiz, joueur d'instrument (bombarde), lui-aussi, qui a relancé la pratique de la danse bretonne sur accompagnement du chant, le kan ha diskan, tel que ce professeur de breton, français, latin et grec l'avait vu faire dans sa jeunesse, particulièrement, sous l'Occupation, dans son village natal de Poullaouen.

Sa mère, Marie-Thérèse Hénaff (de la famille des industriels), jouait du piano en famille, ce qui a aussi été décisif dans sa vocation musicale. Sa vocation a été précoce, puisqu'à 14 ans, il était penn soner du bagad qui accompagnait les Eostiged ar Stangala, le célébrissime ensemble de danse bretonne de son quartier de Kerfeunteun. Dès son entrée au Bagad Kemper, en 1968, Erwan a occupé une place importante dans la formation. Instructeur permanent de la Bodadeg ar Sonerien à partir de 1982, il enseignera aussi au Conservatoire de musique de Quimper.

Jefig Roparz, l'autre fils de Loeiz, s'est aussi investi dans le côté technique de la musique bretonne, prenant, en partie, la suite d'Henri Wolf, le disquaire alsacien de Quimper qui enregistrait avec Loeiz Roparz les danseurs du Centre Bretagne sous des micros accrochés à une sorte de lustre circulaire. Les enfants d'Erwan, Steven (cornemuse) et Mona (bombarde) ont aussi été musiciens au « Bagad Kemper »

Erwan a sonné aussi en couple biniou bras-bombarde au meilleur niveau et remporté plusieurs titres au championnat de Gourin avec Raymond Plouzennec en 1974, 75 et 76 et avec Serge Riou en 1992. C'était aussi un compositeur et un arrangeur de grand talent, dont les productions ont été présentes, dès 1975, sur les premiers disques du bagad édité par le label Rikou Soner, d'Hervé Le Meur, (devenu Keltia Musique), la réalisation étant assurée par Jakez Bernard, aujourd'hui, président de Produit en Bretagne.

Ayant quitté le Bagad Kemper dont il a été le penn soner, il s'est ensuite consacré à un autre groupe, le Bagad Kerne.

Il laisse le souvenir d'un homme modeste, mais méthodique dans son désir de faire accéder la musique bretonne au meilleur niveau en allant se former auprès des meilleurs joueurs de cornemuses écossais.L'immense succès de la tournée de « L'Héritage des Celtes » lui en est, avec tous les autres membres de la formation, éminemment redevable.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1123 lectures.
mailbox imprimer