Un Breton de Californie crée un eBay de la Numismatique
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 18/12/12 11:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

eBay est probablement une des entreprises internet les plus profitables. Elle rapporte 5000 dollars par minute en bénéfice sur les 100 000 dollars d'enchères en ligne par minute réalisées par le fameux site web.

Le "bay" de eBay fait bien sûr allusion à la baie de San Francisco où fut lancé l'entreprise d'enchères en ligne en 1995 par un Américain d'origine iranienne, né en France, Pierre Omidyar. Sur les rives de la baie se trouve aussi Google, Apple, Facebook et tant d'autres fleurons en silicone dont le rayonnement est mondial.

Beaucoup, parmi les millions de membres d'eBay, s'offusquent de l'indécence des bénéfices réalisés par ebay et c'est sans parler de ceux réalisés par Paypal, un service de payment en ligne racheté par ebay en 2002.

Un Breton de Californie, originaire de Matignon et installé à Berkeley depuis 5 ans, passionné de numismatique, a eu l'idée de lancer un site d'enchères pour les pièces de monnaie de collection, pour le moment entièrement gratuit vivant de dons uniquement. Le site se décline en 9 langues et le breton y figurera prochainement, nous assure Romain Grouazel, le fondateur et développeur du site. (voir le site)

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.