-- Littérature --

Un auteur allemand devenu le plus populaire des auteurs de polars bretons ?

Si vous avez eu la chance de pouvoir passer quelques après-midis sur les plages bretonnes cet été, vous avez peut être croisé des Allemands (très nombreux cet été en Bretagne) avec sous le bras Bretonischer Stolz, le dernier roman de Jörg Bong.

Jörg Bong est un éditeur allemand, traducteur, critique littéraire, et écrivain. Depuis 2008, il est directeur de la maison d'édition S. Fischer Verlag à Cologne mais a endossé l'âme d'un romancier et d'un genre particulier : le polar breton. Il signe ses romans sous un pseudo, Jean-Luc Bannalec, qui a fait croire un temps que lui-même était breton... Un Allemand devenu le plus populaire parmi les auteurs de polars bretons ? En vendant un demi million d'exemplaires de son premier roman policier, il a dépassé les tirages du quimpérois Jean Failler avec son personnage de Mary Lester qui, lui, avec une trentaine de romans a quand même vendu plus de deux millions de livres. Il est toutefois peut-être encore loin, au total des ventes, d'un autre Quimpérois, le prolifique Hervé Jaouen, qui a publié une cinquantaine de polars bretons sans compter une dizaine de livres pour la jeunesse, deux douzaines de nouvelles et des traductions !

Passant tous ses étés en Bretagne, Jörg Bong a imaginé le commissaire Dupin, un flic parisien dans la tradition de l'inspecteur Maigret. Dupin a été muté à Concarneau pour faute grave (mais on ne sait pas pourquoi...) Bon flic, il est toutefois ignorant des coutumes locales, voire empreint de préjugés. Il découvre le pays breton avec les lecteurs non avertis. Fin observateur de la mentalité bretonne de la côte sud du Finistère, l'auteur instruit le commissaire et, incidemment, les lecteurs par le biais de la belle secrétaire du commissaire : Nolwenn, une bretonne pur jus.

Le premier roman est sorti en juin 2012 sous le nom de Bretonische Verhältnisse - Ein Fall für Kommissar Dupin (voir ABP 26830) soit, littéralement «Le microcosme breton». Vendu à 500 000 exemplaires, le best-seller vient d'être traduit en français sous le nom de Un été à Pont-Aven . Il a aussi été traduit en espagnol, en italien, et en anglais sous le titre Death in Pont-Aven. La télévision allemande en a fait un film (voir le site) .

Le deuxième roman Bretonische Brandung: Kommissar Dupin zweiter Fall , en français «Ressac breton» se passe en partie aux Îles Glénan et s'est vendu à 350 000 exemplaires. En TVfilm aussi (voir le site)

Le 3ème roman est sorti le 15 mai 2014 en Allemagne sous le titre de Bretonisches Gold : Kommissar Dupins dritter Fall. «L'or de Guérande», l'or blanc des paludiers, ce qui désigne la fleur de sel, se passe à Guérande. Toujours en Bretagne donc. Le titre du roman est clair et net, l'or de Guérande est un or breton ! Le roman est sorti en TVfilm sur la télévision allemande. (voir le site)

Le 4ème roman, sorti au printemps 2015, est Intitulé Bretonischer Stolz, en français «Fierté Bretonne». Il amène le commissaire Lupin du côté de l'interceltisme, avec le festival interceltique de Lorient mais aussi avec une virée vers les gorsedd et autres confréries de druides. Bannalec introduit le lecteur allemand au breton grâce à un «Breuderiezh Drouized, Barzhed hag Ovizion Breizh» ou même des dialogues en partie en breton. La carte en fin de livre, qui aide le lecteur à situer les pérégrinations du commissaire (surtout Finistère sud et Monts d'Arrée) est une carte B5 avec Nantes comme il se doit.

Si le festival du livre en Bretagne de Carhaix se décide à créer un prix international, Jörg Bong le mériterait.

.
Cet article a fait l'objet de 2114 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 0 multiplié par 9 ?

Publicités et partenariat